Une bombe de la Seconde Guerre mondiale découverte dans l'enceinte de Fukushima

 |   |  359  mots
(Crédits : © POOL New / Reuters)
La découverte par un sous-traitant de l'électricien Tepco s'est produite au cours des importants travaux engagés dans la centrale nucléaire en vue du démantèlement de ses six réacteurs, dont quatre ont été sévèrement endommagés après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

Une bombe datant probablement de la Seconde  Guerre mondiale a été découverte jeudi au Japon dans l'enceinte de la centrale nucléaire accidentée Fukushima Daiichi, a indiqué l'exploitant.

L'engin "a été repéré vers 7h30 heure locale [soit cette nuit, à 00h30 heure de Paris, Ndlr] par un employé d'une société sous-traitante au cours de travaux pour créer un parking", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco).

La bombe, d'une longueur d'environ 85 centimètres pour 15 cm de diamètre, "se trouvait dans le sol à une distance d'un kilomètre des bâtiments des réacteurs 2 et 3 du site", a-t-il précisé.

"Nous avons prévenu les services de police de Futaba qui sont désormais chargés de suivre le dossier", a ajouté le porte-parole.

Ce sont les forces d'autodéfense, nom de l'armée japonaise, qui devraient prendre en charge l'opération de retrait après avoir vérifié les risques d'explosion de l'engin.

La région hébergeait une base aérienne nippone en temps de guerre

La région où est implantée la centrale Fukushima Daiichi, à cheval sur les localités côtières de Futaba et Okuma (nord-est), hébergeait en temps de guerre une base aérienne de l'armée nippone et a subi des bombardements américains, selon les informations dont dispose Tepco.

Ces deux agglomérations ont été entièrement évacuées dans les jours suivants la catastrophe atomique de mars 2011 et demeurent désertes et inhabitables.

Tepco assure que le travail se poursuit

La centrale nucléaire Fukushima Daiichi fait actuellement l'objet d'importants travaux en vue du démantèlement de ses six réacteurs, dont quatre ont été sévèrement saccagés par des explosions d'hydrogène à la suite des violents séisme et tsunami survenus il y a six ans, le 11 mars 2011.

La découverte de la bombe jeudi a conduit à mettre en place un périmètre de sécurité sur une petite partie de l'immense site, mais n'a pas perturbé le travail des équipes oeuvrant ailleurs, notamment près des réacteurs, selon la compagnie.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2017 à 14:18 :
Encore une incompétence majeur de la part des responsables de cette centrale qui auraient pu quand même construire ce qu'il se fait de plus dangereux au monde sur un territoire sain.

Mais ils voulaient gagner tellement de fric tellement vite qu'on construit une centrale nucléaire sur des bombes et en plus on retire les sécurités de la centrale parce que ça coûte trop cher.

Les propriétaires responsables de cette centrale sont des criminels mais qui ne seront jamais inquiétés par les autorités. C'est ça l'oligarchie.
a écrit le 10/08/2017 à 13:19 :
L'explosion de la centrale dissimulée par le gouvernement japonais a manifestement ouvert un portail temporel d'où provient cette bombe. On veut nous faire croire qu'elle serait resté non découverte depuis 1947 (la vraie date de fin de la seconde guerre mondiale) ? Allons bon !
Réponse de le 10/08/2017 à 17:19 :
Sûr qu'au prochain coup de pelle, c'est Gengis Khan et ses hordes qui vont jaillir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :