L'Inde lance la procédure d'achat de 111 hélicoptères militaires

 |   |  270  mots
Airbus Helicopters lorgne cet énorme marché, sachant que les appels d'offres du gouvernement hindou sont assortis de conditions strictes pour produire localement.
Airbus Helicopters lorgne cet énorme marché, sachant que les appels d'offres du gouvernement hindou sont assortis de conditions strictes pour produire localement. (Crédits : Michaela Rehle)
L'administration indienne a donné son feu vert formel à la procédure d'achat de plus d'une centaine d'hélicoptères militaires pour sa marine, un contrat valorisé à 3,2 milliards de dollars, a indiqué mercredi un responsable.

C'est un marché qui en fait rêver plus d'un. L'administration indienne a donné son feu vert formel à la procédure d'achat de plus d'une centaine d'hélicoptères militaires pour sa marine, un contrat valorisé à 3,2 milliards de dollars, a indiqué mercredi un responsable. New Delhi - premier importateur d'armes de la planète - est engagée dans un vaste programme de modernisation de ses forces armées, à l'arsenal souvent obsolète, pour faire face aux défis géopolitiques et militaires de l'Asie du XXIe siècle, notamment l'affermissement de la puissance chinoise.

Le conseil d'acquisition de défense a validé mardi les fonds pour l'achat de 111 hélicoptères utilitaires navals, un marché lorgné notamment par Airbus Helicopters. Cette commande devrait soulager le "manque critique d'hélicoptères" de la flotte indienne, a salué sur Twitter un porte-parole de la marine. Les fonds pour une commande encore plus grosse de 123 hélicoptères multirôles pour l'Indian Navy attendent eux encore d'être approuvés.

Transferts de technologie

Si les dizaines de milliards d'euros de manne de contrats potentiels font rêver les fabricants d'armes mondiaux, le gouvernement nationaliste hindou assortit cependant ses appels d'offres de conditions strictes pour produire localement. Les postulants doivent désormais s'associer avec un partenaire local, désigné par les autorités, et concéder des transferts de technologies.

Narendra Modi ambitionne, à terme, de rendre son pays indépendant en matière de technologies militaires et de limiter ses importations. En poussant les industriels étrangers à produire sur son territoire, il espère aussi dynamiser les créations d'emplois en berne.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2017 à 17:20 :
L'Inde souhaitant avoir une chaîne d'assemblage sur place et d'importants transferts de technologies, le H160 sera sans doute exclu de l'appel d'offre au profit du Panther AS565 MBe.

Comme en France le site de Marignane est en train de migrer vers la fabrication des H160 et que la fabrication des Dauphin a été transférée en Corée du Sud, la fabrication des Panther risque de finir en Inde si il est retenu.
Réponse de le 03/11/2017 à 11:04 :
Exact les Dauphin en Corée du Sud, les anciennes versions du Puma en Roumanie
a écrit le 01/11/2017 à 16:40 :
Transferts de techno aux chinois devenus n°1 MONDIAL du ferroviaire, et idem pour les avions bientot avec le fameux comac, le naval via l italien ficantieri-STX, et l'inde pourra aussi tout faire et tout exporter. U.S.A et Eur devraient s allier SUR CES MARCHES SI MALINS, pour ne pas concurrents, ETRE DEPOUILLES
a écrit le 01/11/2017 à 16:39 :
Transferts de techno aux chinois devenus n°1 MONDIAL du ferroviaire, et idem pour les avions bientot avec le fameux comac, le naval via l italien ficantieri-STX, et l'inde pourra aussi tout faire et tout exporter. U.S.A et Eur devraient s allier

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :