Le ministère de l'Economie reçoit les syndicats de GM&S

 |   |  256  mots
Le directeur du cabinet du nouveau ministre de l'Economie rencontrera, ce vendredi 19 mai, les représentants syndicaux de l'équipementier GM&S Industry de La Souterraine, menacé de liquidation.
Le directeur du cabinet du nouveau ministre de l'Economie rencontrera, ce vendredi 19 mai, les représentants syndicaux de l'équipementier GM&S Industry de La Souterraine, menacé de liquidation. (Crédits : Reuters)
Le nouveau ministre de l'Economie Bruno Le Maire devra agir vite s'il veut trouver une solution à la situation de l'équipementier GM&S de La Souterraine, menacé de liquidation. A quatre jours de la décision du tribunal de commerce, les représentants sociaux attendent beaucoup de la rencontre avec le gouvernement.

Le rendez-vous est fixé. Ce vendredi 19 mai, le directeur de cabinet du ministre de l'Economie recevra les représentants syndicaux de l'équipementier GM&S de La Souterraine. Au programme: une discussion autour du sort de l'usine menacée de liquidation.

Mercredi 17 mai, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, avait assuré que le dossier serait prioritaire. En cause, le calendrier puisque le tribunal de commerce de Poitiers doit se prononcer le 23 mai prochain sur une éventuelle liquidation qui menace l'emploi de 277 salariés.

> Lire aussi: Table ronde sur l'avenir de GM&S, Mélenchon et Poutou en soutien mardi

Lors de cette rencontre, le conseil régional de la Creuse espère repousser la décision afin de laisser le temps, au potentiel repreneur GMD, de formuler une offre.

Pour le délégué CGT Vincent Labrousse, interrogé par Reuters, le rendez-vous incarne une lueur d'espoir: "C'est une écoute de la part du ministre[...] Ce qui est déterminant pour nous, c'est la date du 23 mai. S'il y a un soutien du conseil régional et du gouvernement, on espère que ça sera pris en compte."

Depuis le 11 mai, le site industriel GM&S est occupé par les salariés qui disent "l'avoir piégé" avec des bonbonnes de gaz. Ils espèrent faire pression sur les constructeurs automobiles afin de voir leur commandes augmenter.

> Lire aussi: Les salariés GM&S, sous-traitant de Renault et PSA, détruisent du matériel et "piègent" leur usine

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2017 à 17:17 :
Concernant l'économie, la croissance fait-elle une INFLEXION ou une inflation? On trouve une croissance publiée en numérique (constant 2005), pour la période 1970-2007 puis 2008-2016, aux USA il y aurait 3,17 puis 2,03 soit 64% pour la seconde période. Pour l’Allemagne il y aurait 2,22 puis 1,83 soit 82%. Pour l’Angleterre 2,61 puis 1,93 soit 74%, pour le Canada 3,06 puis 2,32 soit 76%, pour l’Australie 3,15 puis 2,56 soit 81%, pour le Japon 2,94 puis 1,26 soit 43%, pour la France 2,66 soit une valeur supérieure à l’Allemagne, puis 0,98 soit 37%, pour les Pays-Bas 2,76 puis 0,55 soit 20%, pour l’Italie 2,88 puis -0,58, pour l’Espagne 3,25 puis -0,54, pour le Portugal 3,45 puis -0,87, pour la Grèce 2,70 puis -4,7, pour la Suisse 1,85 puis 1,73 soit 94%, pour la Suède 2,39 puis 2,30 soit 96%, Pour la Norvège 3,38 puis 1,54 soit 46%, pour le Mexique 3,82 puis 3,16 soit 80%, pour le Luxembourg 4,14 puis 3,08 soit 74%, pour la Finlande 3,18 puis 0,40 soit 13%, pour le Danemark 2,21 puis 0,70 soit 32%, pour la Belgique 2,57 puis 1,10 soit 43%, pour l’Autriche 2,80 puis 1,16 soit 41%.
La croissance France Allemagne sur les périodes 71-80, 81-90, 91-00, 01-07, 10-16 donne 3,64 contre 2,91 puis 2,49 contre 2,34 puis 2,11 contre 1,99 puis 1,86 contre 1,40 puis 0,98 contre 1,83.
Pour la période 80-07 la France fait 2,16 contre 1,95 pour l’Allemagne soit 110,8% et pour 2010-2016 (prévision pour 2016) 54%. Sur la période 2010-2016 la croissance passerait sous le niveau Allemand en étant supérieure depuis 1970 et sous le niveau du Japon à 1,26.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :