LTDE

Energiency met le big data au service des industriels

 |   |  348  mots
Energiency fait faire des économies d'énergie aux industriels
Energiency fait faire des économies d'énergie aux industriels (Crédits : Enedis)
En quelques années, le logiciel conçu par Energiency a permis à cette startup rennaise de devenir le leader français en matière d’économie énergétique pour les industriels. Sa récente levée de fonds (2,7 millions d’Euros) devrait lui permettre d’asseoir sa réputation à l’international.

Avec 500 % de croissance annuelle depuis la commercialisation de son logiciel (en 2015), Energiency affiche un dynamisme étonnant. Ce succès s'appuie d'abord sur la grande souplesse de la technologie choisie. « Toute notre offre est accessible via un cloud, grâce à un abonnement renouvelable, tous les 6 mois ou tous les ans », explique Arnaud Legrand, CEO d'Energiency.

Pas d'infrastructure locale, des coûts de maintenance réduits et une grande capacité d'adaptation en cas d'augmentation de la demande : « le logiciel s'adapte parfaitement aux grands groupes qui pensent global, veulent simplifier leur architecture informatique et souhaitent répéter un processus à grande échelle, sur plusieurs sites », poursuit Arnaud Legrand. La société équipe déjà près de 50 usines de différentes tailles.

20 % d'économie d'énergie

Le logiciel collecte et analyse les données des différents capteurs communicants de l'usine, identifie les gisements d'économie puis propose un plan d'action. Ambition affichée : permettre aux industriels d'économiser 20 % sur leur facture énergétique.

L'innovation d'Energiency, c'est donc son algorithme, puissant et précis, fruit de 2 ans de recherches. L'ascension de la startup tient autant à sa qualité qu'à sa constante amélioration : « nous arrivons en aval du capteur, analyse Arnaud Legrand. Notre métier reste l'analyse prédictive et, si on veut rester les meilleurs, il faut toujours faire progresser cet algorithme. »

Europe et agriculture en ligne de mire

Energiency se développe actuellement sur différents secteurs clés (l'agroalimentaire, le papier, la chimie, les matériaux) avec des clients comme Colas ou le papetier norvégien Norske Skog. Et, si Arnaud Legrand n'envisage pas de se déployer au-delà de l'industrie, il se voit bien investir d'autres champs : « l'agriculture est un sujet qui vient naturellement et dans lequel notre solution offre un fort potentiel. »

Dernier objectif, rendu possible grâce à la levée de fonds au début de l'année 2017 : un développement en Europe, notamment vers l'Italie et l'Allemagne, deux pays très industrialisés où l'énergie coûte cher. Entre temps, la startup devrait avoir doublé ses effectifs pour passer de 14 à 28 salariés.

Romain Carlioz

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :