Carrefour va ouvrir un magasin bio à Paris

 |   |  865  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le distributeur prépare en grand secret l'ouverture d'un Carrefour Bio dans Paris. Auchan va lui aussi tester une nouvelle enseigne Cœur de Nature. L'assaut de la grande distribution n'inquiète guère Biocoop, premier réseau de magasins bio en France.

Selon nos informations, Carrefour cherche un emplacement dans Paris pour ouvrir son premier magasin Carrefour Bio. Mais où installer cette nouvelle enseigne ? Dans le quartier des Batignolles ou à la Bastille, fiefs des bobos parisiens ? Ou, rive gauche, dans le XVe arrondissement où les familles bourgeoises se convertissent au bio dès la naissance de leur premier enfant ? Peu importe. Un nouveau concept bio - fût-il celui d'une multinationale - devrait trouver son public. A Paris, comme ailleurs en province. Interrogé par La Tribune à ce sujet, Carrefour dit ne pas avoir « entériné de projet». Mais l'enseigne convient avoir une « réflexion sur ce marché ».

14% de croissance en 2011

Elle aurait tort de s'en priver. Car, le bio est de toutes les bouches. La proportion de Français déclarant ne jamais consommer bio s'est abaissée à 39% en 2011, contre 53% en 2001.En dix ans, le marché s'est multiplié par quatre, selon l'Agence Bio, pour atteindre 4 milliards d'euros en France. Et malgré un coup de frein en 2009, le marché est reparti de plus belle. L'an dernier, les ventes de produits biologiques auraient crû de 14% selon les premières estimations de l'Agence Bio. Le filon n'est pas près de s'épuiser. Quinze ans ans après le scandale de la vache folle, chaque jour apporte son lot de polémiques sanitaires - Paraben, pesticides cancérigènes etc - qui décident les Français à se convertir au bio. Sans parler du plus convaincant des arguments dans le pays de la bonne bouffe : le goût, celui que beaucoup redécouvrent en avalant, un jour d'été, une simple tomate issue de l'agriculture biologique.

19% des Français y sont venus après la naissance de leur enfant

Carrefour sait tout cela. Ses rayons Bio dans ses supermarchés Carrefour City et Carrefour Contact font un malheur. Notamment grâce à sa gamme de 350 produits sous sa propre marque Agir. Dans ce nouveau concept, d'après nos informations, Carrefour couvrira un large spectre de produits de consommation courante : des produits alimentaires, des fruits et légumes, de l'hygiène-beauté et quelques pièces d'habillement, dont de la layette. Ce rayon-là est indispensable pour séduire les 19% de Français qui, selon une étude de BioàlaUne.com, basculent bio lors de la naissance de leur premier enfant.

Auchan et Leclerc en sont aussi

Carrefour n'est pas le seul groupe de grande distribution à se lancer, sous enseigne, sur ce marché florissant. Auchan va faire de même, toujours dans la région parisienne. En mai, il ouvrira un magasin de 1.000 m² à Bretigny-sur-Orge (Essonne). « Nous n'avons pas d'autres ouvertures prévues », précise à La Tribune un porte-parole d'Auchan. Ce magasin prendra un nouveau nom d'enseigne « C?ur de Nature » dépourvu de référence à Auchan. Même l'oiseau de son logo n'y figurera pas. La man?uvre lui évitera d'être pollué par le nom Auchan, ténor de l'hypermarché que pourfendent tous les écolos convaincus.
Leclerc veut aussi s'aventurer sur ce terrain. L'enseigne entend rendre moins cher le bio dont le prix rebute beaucoup de consommateurs. Le leader des enseignes alimentaires pourrait aller jusqu'à éprouver un concept bio en consacrant 20% des 2.000 m² d'un futur magasin Leclerc à Houilles (Yvelines).

Un bon coup de pub

Ce tir groupé de la grande distribution en fait sourire plus d'un. A commencer par Gilles Piquet-Pellorce, directeur général de Biocoop, coopérative créée par des militants dans les années 70 et aujourd'hui premier réseau bio en France avec 333 magasins sous enseigne ou affiliés. «Je me félicite de tous leurs projets. Nous, nous n'avons pas les moyens de faire de la publicité ! Eux, oui ! On devrait en profiter par ricochet», rigole celui qui, depuis un an, dirige ce groupement dont les ventes ont bondi de 11% en 2011, se hissant à 500 millions d'euros, grâce à 25 ouvertures. L'arrivée opportune des Carrefour, Leclerc et autres Auchan ne devrait guère gêner le développement de ces commerces indépendants. Car, l'autoroute du développement durable s'ouvre à eux, oserait-on.

A Toulouse, Biocoop a son « drive »

« Plus de 60% des Français qui achètent du bio déclarent vouloir encore augmenter leurs achats de produits alimentaires», relève l'étude 2011 de BioàlaUne.com, site communautaire fondé par Philippe Mouillard. Le marché du bio a donc encore de beaux jours devant lui. Sous toutes les formules de distribution. Biocoop qui fédère des magasins de 30 m² (à Eourres en Ardèche) à 700 m² (à Toulouse, avec son drive et son rayon surgelés) espère aligner 500 magasins en 2015. A cette date, le groupement qui défend l'agriculture paysanne devrait peser « 700 à 800 millions d'euros de chiffre d'affaires ». D'ici là, Biocoop devrait signer la plus belle de ses années d'expansion avec 40 ouvertures en 2012. « Nos ventes ont déjà bondi de plus de 10% au premier trimestre », se réjouit Gilles Piquet-Pellorce.

La France, lanterne rouge du bio

Reste à savoir si la filière agricole, entre autres, pourra fournir tous ces nouveaux magasins. Il lui faudra mettre les bouchées doubles. La France est toujours la lanterne rouge de l'agriculture biologique. Malgré un doublement du nombre d'exploitations en dix ans, seuls 3% de la surface agricole utile en France y est dévolue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2012 à 5:33 :
carrefour ne s'interesse qu' aune seule chose : le fric ! le bio c'est une philosophie, on doit refuser d'aller acheter du bio dans un carrefour, faut pas refaire les memes erreurs qu'avec les produits non bio { la merde quoi ! }, vendre du bio dans un carrefour c'est comme ecouter de la musique classique dans un carrefour c'est du nimporte quoi. Preferer les magasins, les marches locaux, la ou ya pas d'exploitations de personnels, la ou ya pas encore de multinationales puantes...
a écrit le 09/05/2012 à 14:58 :
Le géants de la distribution se mettent au bio sans en connaitre les fondements. La démarche bio va au delà d'un produit certifié mais ouvre un chemin environnemental et social. S'ils veulent être aussi précurseurs que les premiers producteurs bio, les distributeurs devront comprendre que l'avenir est dans nourriture produite en bio, une relocalisation de la distribution et la création d'une nouvelle économie sur les bases du commerce équitable. Ci cela les intéresse, il doivent d'abord se rapprocher des pionniers et non pas foncer tête baissée.
a écrit le 08/05/2012 à 17:23 :
Carrefour ne sera jamais capable de vendre du vrai bio mais uniquement du bio industriel importé d'Espagne.
a écrit le 19/04/2012 à 17:46 :
A quand un hard-discount bio ? Peut-être que les produits bio pourront enfin être accessibles!
a écrit le 19/04/2012 à 14:17 :
attention à ce que les règles du bio ne s'assouplissent pas trop...
a écrit le 19/04/2012 à 14:11 :
le seul objectif de ces grands groupes est la MARGE . le producteur le consomateur ils l ingnorent
a écrit le 19/04/2012 à 12:38 :
Cet article me parait bien optimiste sur l'avenir du bio en France. Si on observe les fruits et légumes, les producteurs bretons se plaignent que la demande soit molle actuellement et que les prix soient tirés vers le bas alors que les couts de production ne peuvent pas diminuer . En ce qui concerne la production laitière, les prévisions font apparaitre que l'offre de produits bio se développe beaucoup plus vite que la demande.Ce sont surtout les élargissements de gamme sur les produits transformés qui ;expliquent la dynamique du marché. Je pense m^me qu'il faut s'attendre à une bulle économique sur le marché du bio avec la crise du pouvoir d'achat. Quant à l'appréciation du goût des fruits et légumes, les tests à l'aveugle ne font apparaitre aucun avantage pour les produits bio, le gout étant lié plutôt à la variété, à la maturité du produit au moment de la récolte, aux conditions de stockage... mais non aux pratiques culturales.
a écrit le 19/04/2012 à 12:08 :
L'écologie le bio doit être à la portée de tous et toutes les bourses : l'écologie dans les linéaire n'est pas dans l'absolu une aberration. Mais c'est difficile. La tva devrait être allégée sur ces types de produits (alimentation, soins du linge, éclairage, gels douche schampooing) ou service (électricité verte, nettoyages ...) pour faciliter l'accès et rendre du pouvoir d'achat, sans être bling bling ...
a écrit le 19/04/2012 à 9:54 :
A Paris cela peut peut être marcher mais en province c'est une autre histoire. je déambulais l'autre jour dans un hyper carrefour qui vient de se transformer en Carrefour planète: force est de constater que l'allée bio était déserte. Les écolos vont soit dans les coopératives ou AMAP soit si il sont bobos dans les enseignes type : la Vie "chère" mais pas dans la grande distribution.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :