La Tribune

Spécial JO : "la plus grosse opération de restauration au monde"

Les traditionnels "fish and chips"  seront à l'honneur lors des JO de Londres - Copyright Reuters
Les traditionnels "fish and chips" seront à l'honneur lors des JO de Londres - Copyright Reuters
Marina Torre  |   -  650  mots
J-1 avant l'ouverture officielle des Jeux Olympiques de Londres. Les quelques 200.000 membres de l'organisation sont sur le pied de guerre. L'un de leurs défis à relever: nourrir les milliers d'athlètes et le reste des délégations ainsi que les spectateurs. L'occasion également pour les sponsors de la grande distribution comme McDonald's de faire de cet événement ultra-médiatisé un podium pour leur marque.

Les XXXe Jeux Olympiques de l'ère moderne sont aussi un immense festin. Au cours de deux semaines de compétitions, quelque 14 millions de repas seront servis pendant toute la durée de l'événement. Le comité chargé de l'organisation de ces jeux (LOCOG) a fait le calcul et a rempli le garde-manger : 25.000 morceaux de pain, 232 tonnes de patates, 75.000 litres de lait, 19 tonnes d'oeufs ont été commandés pour le seul village olympique.

Repas moyen pour une famille : 40 livres

Outre les 15.300 athlètes et les équipes qui les accompagnent ainsi que les organisateurs et techniciens, il faudra également prévoir de quoi nourrir les visiteurs ainsi que les Londoniens eux-mêmes qui se seront déplacés pour assister à des épreuves disséminées dans 40 lieux différents de la capitale britannique. Jusqu'à 2 millions de personnes sont attendues pour l'occasion, sans compter les jeux paralympiques qui suivront.  D'après les organisateurs, un repas de base pour une famille de quatre personnes coûterait en moyenne 40 livres (environ 51 euros) dans le Stade Olympique.

En 1948, des tickets de rationnement

La logistique nécessaire à l'approvisionnement en nourriture pendant ces Jeux 2012 lui a valu le surnom de "plus grande opération de restauration dans le monde en temps de paix ". Des préparatifs bien éloignés de ceux des précédents JO de Londres. En 1948, les délégations avaient été contraintes d'apporter leur propre nourriture et les Londoniens eux-mêmes devaient se contenter de faire avec leurs tickets de rationnement.

Le plus grand McDonald's du monde

En 2012, les choses ont bien changé. Les millions de visiteurs attendus et la visibilité générée par l'événement font des JO un moment crucial pour ses grands sponsors. Au premier rang, McDonald's, a sauté sur l'occasion pour déployer sa campagne de communication. Le groupe ouvre ainsi son "plus grand restaurant au monde", un lieu éphémère qui doit être détruit après les Jeux et qui dépasse l'actuel record détenu jusqu'à présent par l'une de ses enseignes à Moscou. Situé à proximité du stade olympique, il peut servir jusqu'à 1.200 clients en une heure.

A VOIR: Une vidéo publiée par McDonald's mettant en scène la construction du bâtiment:

"McDo" a même réussi à négocier une quasi exclusivité sur la vente de frites à laquelle seuls les traditionnels vendeurs de "fish and chips", grande spécialité culinaire britannique, peuvent déroger.

Polémique sur la "junk food"

La forte présence d'autres sponsors comme Coca-Cola ou Cadbury a fait tiquer, notamment la municipalité qui a voté une motion pour demander que soit bannie la "junk food" des lieux où se dérouleront les compétitions.

Même Jacque Rogge, le président du Comité international olympique a reconnu que la présence de ces grands distributeurs posait des questions, notamment pour le symbole qu'ils représentent alors que de nombreux pays développés luttent contre l'obésité. Mais il a toutefois défendu leur participation en rappelant que les fonds qu'ils apportent sont vitaux pour l'organisation de cet événement.

Porridge, boeuf écossais, Stilton...

Malgré la forte présence de sponsors américains, le secteur de la restauration britannique devrait tout de même y gagner. Leurs bénéfices pourraient atteindre 46 millions de livres (environ 59 millions d'euros) pendant la seule période des jeux, selon une étude menée par le fournisseur de cartes de crédit Visa. Les retombées entre 2013 et 2015 sont évaluées à 171 millions de livres (218 millions d'euros). Les restaurateurs britanniques profiteront notamment d'un plan de promotion des produits locaux ainsi que de la charte éthique et environnementale  auxquels des associations de producteurs bio ont apporté leur voix. Au menu, donc, la crème de la cuisine britannique:  porridge, rôti de porc, boeuf écossais, tartes au fromage de Stilton, et toutes sortes de cakes pour le "high tea"...

Réagir