La fin de Virgin a définitivement sonné

 |   |  408  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le tribunal de commerce de Paris a jugé irrecevables les deux offres de reprise partielle. Du coup, les 960 salariés de l'enseigne de distribution de biens culturels voient se profiler une liquidation judiciaire de l'entreprise. La majorité d'entre eux risque fort de perdre définitivement leur emploi.

La triste mais néanmoins attendue nouvelle est tombée : le tribunal de commerce de Paris a rejeté ce lundi 10 juin les deux offres qui étaient encore en lice pour la reprise de l'enseigne de distribution Virgin Megastore. La liquidation judiciaire semble à présent inévitable, une fin qui fera perdre leur emploi aux 960 salariés de l'entreprise.

Partielles, ces offres émanaient du groupe de prêt-à-porter Vivarte (La Halle aux chaussures, André...) et du spécialiste des loisirs créatifs Cultura. "Aucune des offres examinées n'étaient satisfaisantes du point de vue financier comme du point de vue du personnel", a indiqué à Reuters, Sylvain Alias, délégué du syndicat Sud. "Maintenant nous allons essayer de faire pression sur Lagardère et sur l'administrateur judiciaire pour abonder le plan de sauvegarde de l'emploi", a-t-il ajouté.

Le délai supplémentaire n'a pas suffit à changer la donne

La nouvelle de ce rejet était attendue. Le tribunal parisien avait en effet estimé le 23 mai que les offres des repreneurs potentiels actuels étaient insuffisantes, et avait fixé une nouvelle audience au 10 juin, accordant ainsi un nouveau délai pour déposer d'éventuelles nouvelles offres.

Les mauvaises nouvelles concernant l'avenir de l'enseigne avaient commencé de pleuvoir dès le 4 janvier 2013, avec l'annonce de la demande de placement en cessation de paiement. La société, qui comptait alors 27 points de ventes en France, accumulait une dette de 22 millions d'euros.

>> Virgin va bien demander le placement en cessation de paiement

La piste Rougier & Plé, un faux espoir

L'enseigne avait ensuite été placée redressement judiciaire en janvier, avec une période d'observation de quatre mois. Pendant un temps, l'offre de reprise partielle de la société Rougier & Plé avait suscité l'espoir chez les salariés. Mais celle-ci avait finalement été abandonnée le 17 mai dernier. "C'est vraiment une très mauvaise nouvelle. C'est le pire qui pouvait arriver" avait alors déploré Loïc Delacourt, représentant CFE-CGC de chez Virgin Megastore.

Désormais, seuls quelques salariés pourraient se voir adressés une proposition de reclassement. L'actionnaire à près de 20% Lagardère, a proposé de reclasser 80 personnes. De son côté, l'actionnaire principal, Butler Capital Partners, s'est engagé fin mai à verser deux millions d'euros au titre du plan de sauvegarde de l'emploi, contre un million initialement. Mais pour une large majorité des effectifs, un passage par la case chômage semble désormais inévitable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2013 à 15:30 :
voilaz la fin d un marché qui avait tout pour réusir et qui n a pas fait ce qu il fallait avec ces foutues marges c'était imposible d en sortir mais quand meme on a pas cherché ce lien qui etait un lien très fort mais il est vrai que la direction avait pris un mauvais chemin en s appuyant pas sur le capital CHAMPS ELYSEE et maintenant voila qu elle doit se retirer sans gloire car elle en avait les moyens mais les français quand on parle d argent ce qui arrive derrière c'est la frilosité;
a écrit le 11/06/2013 à 13:55 :
Chaque jour des usines ou des commerces ferment leurs portes, et la courbe du chômage monte monte monte vers les sommets ! Bravo Flamby le menteur chevronné.
a écrit le 11/06/2013 à 7:56 :
Prochaines enseignes sur la liste des fermetures : Fnac et librairies du groupe Majuscule ou un plan social est en cours. Les français ont compris que tout est disponible en 24 heures sur Amazon.fr et que cette enseigne rachète maintenant les livres lus des particuliers !!!
Réponse de le 11/06/2013 à 9:38 :
petit détail le siège d'amazon.fr est au Luxembourg !
Réponse de le 11/06/2013 à 9:41 :
Adresse sociale :

Amazon EU Sarl
5 rue Plaetis
L-2338 Luxembourg
Grand-Duché du Luxembourg
Réponse de le 11/06/2013 à 14:05 :
Le gouvernement n' a cas aligner les taxes et les impôts français sur les sociétés sur celles du Luxembourg !!!
Réponse de le 11/06/2013 à 14:49 :
la Fnac.com livre aussi vite et aussi bien
a écrit le 11/06/2013 à 7:27 :
j'espere qui sont pas trop dégouté le personnel de virgin c'est cuse du boncoin que ça ferme et aussi à vous les gens
a écrit le 11/06/2013 à 2:06 :
Il est normal qu une entreprise qui perde de l'argent arrete son activite.
Une boite ce n'est pas l'etat.
D'autre part. Internet a tue virgin. La prochaine victime : la fnac
Réponse de le 11/06/2013 à 13:43 :
Ce n'est pas internet qui a tué Virgin ; La Fnac est depuis longtemps sur le créneau internet avec son site internet et offre depuis bien longtemps les frais de port, tout comme le fait Amazon.
Virgin se sont lancés bien trop tard sur le créneau de la musique en ligne alors même qu'itunes était leader depuis longtemps : la chute était prévisible.

C'est bien triste pour les salariés et pour les consommateurs qui auront moins de choix quant aux enseignes à fréquenter, mais c'est la suite logique de leurs choix stratégiques.
a écrit le 10/06/2013 à 22:54 :
Pour réaliser des économies budgétaires, je suggère de procéder à la liquidation judicieuse de l'assemblée, du sénat, et du gouvernement. Ce serait tout bénef pour notre pays : moins de taxes (= plus d'argent dispo pour relancer la croissance par la conso), moins de normes stupides (= plus de latitude pour innover), moins de bureaucratie (= plus de temps pour travailler et créer des emplois)
a écrit le 10/06/2013 à 20:41 :
c'est une boite ' a la francaise' qui respecte l'imperatif de ne pas faire de mechants profits, avec pour consequence dans la justice que desormais les collaborateurs ne se feront plus exploiter par personne sur leur dos laborieux ultra exploite... beau pays, c'est bien, continuez...
Réponse de le 11/06/2013 à 9:29 :
Loin de connaître le dossier en détails... je trouve bizarre que le tribunal à dit stop aux repreneurs éventuels ... ça sent le conflit d?intérêts !?
Réponse de le 11/06/2013 à 9:30 :
.... sachant q'il n'y a pas de risque industriel !
Réponse de le 11/06/2013 à 11:42 :
il y a de toute façon un risque d'entreprise. Le tribunal à pour mission de choisir le plan de reprise permettant le plus possible le maintien de l'activité et le remboursement des créanciers (dont souvent l'ursaff et l?état). le repreneur bénéficie lui , outre d?un prix "cassé ", de la possibilité d?un environnement plus favorable (étalement des créances , par exemple), sous le couvert de la justice. Son engagement et ses capacités à développer une alternative doivent donc être démontrés, et pas seulement à tenter un coup d'opportunité....refuser un plan sauvant peu d?emploi tout en apportant beaucoup au repreneur (sachant que les actifs acquis ne pourront plus servir au plan social de autres salariés ) peut se tenir ,
a écrit le 10/06/2013 à 20:04 :
Mauvaise gestion, aucun renouveau d'entreprise, pas de publicités, pas de ventes sur internet, pas de diversifications pour augmenter les ventes dans leurs domaines de bases, un avantage carte très mauvais, les vendeurs ne venaient jamais pour renseigner les clients, des milliers de gadgets pourris qui ne se vendaient pas...

une enseigne qui s'est laissée mourir du début à la fin: Adieu Virgin tu ne nous manqueras pas!
Réponse de le 10/06/2013 à 23:00 :
Je trouve votre critique un peu sévère. Certe les vendeurs ne venaient pas vers vous, ils ne le font pas plus dans d'autres enseignes culturelles. Par contre en tant qu'habitué, je trouvais l'offre de la librairie très intéressante, régulièrement mise à jour. Par contre je n'ai jamais compris, l'absence de la marque sur internet, son positionnement sur certains produits en magasin comme la hi-tech (pc portables, tablettes, consoles,...) et la papeterie, à côté de magasins dont c'est la spécialité, avec un choix plus important et des prix inférieurs, sans parler de la concurrence d'Internet. Pour la musique et sur les DVD/Blu Ray, la majorité achèteraient sur internet, ou attendaient les soldes. Qui va encore acheter le coffret d'une série à 60 euros pein pot dans un magasins, quand on le trouve moins cher sur internet, ou qu'au bout de 6 mois, on aura 2 coffrets pour 30 euros ?
a écrit le 10/06/2013 à 17:56 :
On bouffe tous les petits et après on disparaît et il reste plus rien.
Les clients de cette enseigne peuvent maintenant aller chez AMA..... .COM c'est bien il on tous. La France un peut moins de libraire,disquaire, etc... plus de chômage et le pays va en plus gagner moins d?impôt et taxes (AMA..... . com optimise a fond sa fiscalité).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :