Clap de fin pour Virgin Megastore

 |   |  277  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le tribunal de commerce de Paris a prononcé ce lundi la liquidation judiciaire des magasins Virgin en France, signalant la fin de plusieurs mois mouvementés pour l'enseigne de distribution. Celle-ci emploie 960 salariés en France.

Plusieurs mois de lutte syndicale, des magasins pris d?assaut avant leur fermeture, et, ce 17 juin, la disparition définitive. La liquidation judiciaire des enseignes de distribution Virgin par le tribunal de Commerce de Paris sonne la fin officielle des Virgin Megastore. L?enseigne comptait encore 26 boutiques en France, et 960 employés qui attendent de connaître les modalités du plan social le 24 juin.

Des idées, cinq offres, aucune reprise

En difficulté dans un contexte de crise des supports physiques des biens culturels, le groupe détenu en majorité par Butler Capital Partners était en cessation de paiement depuis le début de l?année. Sur les cinq offres de reprise officiellement déposées, deux avaient été maintenues mais aucune n?a été retenue. Et la proposition, formulée par le directeur de la maison de disque Naïve, Patrick Zelnick, qui consistait à faire du vaisseau des Champs-Elysées un ?souk culturel?, ne sera restée qu?une idée. Par ailleurs, Rougié et Plé avait retiré son offre fin mai. Celle-ci était jugée comme l'une des plus prometteuses.

Destockage et quasi-émeute

La perspective de fermeture de ces points de vente a suscité diverses réactions depuis plusieurs mois. Evénement notable : des destockages massifs fin mai qui ont créé des quasi émeutes dans les magasins. Une semaine après le baisser de rideau, certaines boutiques, dont celles des Champs-Elysées, étaient encore occupées par des salariés. Le plan social prévoit un somme de 8 millions d'euros. Les représentants de ces salariés en souhaiteraient 7 de plus.

>> Virgin Megastore destocke massivement, les salariés "écoeurés"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2013 à 15:34 :
Un peu plus de chômeurs sur un marché du travail déjà sinistré. Virgin ferme ses portes alors que d'autres enseignes ouvrent des espaces culturels notamment "Leclerc". Il est difficile de croire que ces indépendants soit plus qualifié pour vendre de la culture que des enseignes à vocation culturelle avec de nombreuses années d?expérience. Dans cette affaire le capital à plus de valeur que l'humain. Combien de fermetures faudra-t-il pour nous faire réagir.
a écrit le 18/06/2013 à 11:03 :
Tristesse ! encore, et encore....
a écrit le 18/06/2013 à 10:38 :
resultat d' une lutte sans merci entre les syndicats et des fonds d'investissements qui ne pensent qu'a la rentabilite a court terme sans aucun projet d'avenir si ce n'est le profit a voir maintenant en dehors du probleme des employes la chute des fournisseurs meme s'il s'agit de majors
Réponse de le 18/06/2013 à 11:33 :
quand on cherche le profit " à court terme", on investit pas en capital de société non cotées, encore moins en retournement...dans ces opération là, ça casse dans plus de 70% des cas..ça a cassé..le plan B ? la Fnac aussi recule sur la libraire, a lâché le téléchargement, et voit son CA reculer...la nature du proprio ne change rien au marché..Ca reste triste, tout ça..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :