Amazon veut déployer des robots dans les entrepôts de ses "nouveaux" supermarchés

 |   |  705  mots
La chaîne de supermachés bios Whole Foods Market compte 460 enseignes en tout.
La chaîne de supermachés bios Whole Foods Market compte 460 enseignes en tout. (Crédits : Reuters/Carlo Allegri.)
Pour réduire les coûts, le géant du commerce en ligne veut avoir recours à des robots dans les entrepôts de la chaîne de supermarchés bio Whole Foods Markets, qu'il vient de racheter. Les projets d'automatisation de la firme de Jeff Bezos inquitètent chez le groupe de distribution alimentaire.

C'est une annonce qui suscite déjà des craintes. Dix jours après l'officialisation du rachat de Whole Foods Markets pour 13,7 milliards de dollars, Amazon a indiqué qu'il allait avoir recours à des robots dans les entrepôts de l'immense chaîne de supermarchés bios américaine. Lors d'un discours adressé à ses employés, le directeur exécutif de Whole Foods John Mackey a déclaré :

"Nous allons rejoindre une compagnie qui est visionnaire. Je pense que nous allons apporter beaucoup d'innovations dans nos magasins. Je pense que nous allons voir beaucoup de technologie. Je pense que nous allons voir Whole Foods Market évoluer de manière considérable".

| Lire aussi Amazon rachète des supermarchés bio et chahute la grande distribution en Bourse

Une réduction des coûts

D'après plusieurs sources interrogées par Bloomberg, Amazon a passé énormément de temps durant les négociations à analyser les technologies utilisées par Whole Food Markets, "s'intéressant aux opportunités pour réduire les coûts".

Les principaux changements pourraient d'abord concerner les entrepôts de stockage. Selon Gary Hawkins, directeur du centre de recherche sur le commerce de détail à Los Angeles, " l'endroit le plus simple pour apporter l'expertise d'Amazon sont les entrepôts car c'est là que le géant du commerce en ligne excelle". Pour ce spécialiste, "s'ils peuvent réduire les coûts, ils vont pouvoir le montrer sur les rayons et changer l'image de Whole Foods surnommé Whole Paycheck." La chaîne de magasins est parfois moquée aux Etats-Unis pour ses prix supérieurs à la moyenne, d'où l'expression.

Une stratégie de l'automatisation

Amazon voit l'automatisation comme un avantage stratégique à l'intérieur de toute sa chaîne de distribution selon des documents internes de la compagnie consultés par Bloomberg. La firme fondée par Jeff Bezos espère ainsi appliquer ses méthodes dans les 11 centres de distribution spécialisés dans la nourriture périssable que compte Whole Foods.

Brittain Ladd, un consultant dans le secteur de  la distribution qui a passé deux ans à travailler sur la stratégie d'Amazon dans l'épicerie, a indiqué que la firme de Bezos est en train de construire un réseau d'entrepôts de distribution automatisés conçus pour le commerce de l'alimentaire. Ces bâtiments d'une surface d'environ 900.000 mètres carrés seraient assez grands pour accueillir toutes les activités de stockage de Whole Food et d'Amazon spécialisés dans l'alimentaire comme comme Amazon Fresh ou Prime Pantry.

"L'objectif sera de créer un réseau de distribution capable autant que possible de fournir aux consommateurs un service exceptionnel avec des produits les plus frais possibles aussi bien pour les légumes que pour la viande, explique Brittain Ladd."

"Amazon va gagner contre Wal-Mart en gagnant sur le segment des produits frais."

L'un des grands défis d'Amazon est de maîtriser la chaîne de distribution alimentaire avec des robots alors que cette société s'est très tôt spécialisée dans l'industrie culturelle.

| Lire aussi Amazon ouvre une (vraie) librairie dans un quartier huppé de Manhattan

Une menace pour les emplois

Toute cette stratégie développée par le spécialiste du commerce en ligne pourrait avoir des conséquences sur les emplois de Whole Foods market situés dans l'ensemble de ces entrepôts. Les autres craintes au niveau des suppressions d'emploi tournent autour des caissiers de la chaîne de supermarchés bios qui comptent 460 enseignes et réalise 16 milliards de dollars de chiffre d'affaires par an. Mais à l'heure qu'il est, le déploiement des robots dans les magasins n'est pas prévu à court terme.

"Les robots peuvent opérer auprès des clients dans les magasins mais Amazon veut absolument que ces outils soient sécurisés" a expliqué Austin Bohlig, un conseiller à Loup Ventures, qui investit dans des startups spécialisées dans la robotique.

Par ailleurs, le patron d'Amazon a rappelé au mois de janvier dernier que son groupe prévoyait d'embaucher 100.000 employés dans les 18 mois à venir sous la pression du président Trump de créer des emplois aux Etats-Unis. Jeff Bezos a-t-il annoncé ce chiffre pour rassurer ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2017 à 9:03 :
Il va etre temps de taxer les multinationales et autres actionnaires milliardaires propriétaires directement ou indirectement des outils de production, si on leur faisait payer les impôts comme il se doit il n'y en aurait pas besoin, afin de commencer à penser à un mode dénué de travail productif qui, cela va de soit, va être remplacé par des machines.

La délocalisation de masse dans des pays esclavagistes par nos possédants a remis à plus tard cette robotisation, mais depuis le temps il est évident que les technologies ont progressé et les coûts diminués.

Alors il est bien évident qu'en tant que serviteurs des possédants ils sont pas encore prêt de nous dire qu'il va falloir nous détendre via une redistribution des richesses qui n'est captée plus que par quelques uns au détriment de tous.

Impasse sociale néolibérale majeur mais s'ils veulent que des gens continuent d'acheter ce que fabriquent leurs robots il va bien falloir donner de l'argent aux consommateurs d'une manière ou d'une autre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :