Ikea séduit par l'emballage aux champignons

 |   |  397  mots
La marque suédoise s'est engagée à avoir un impact positif à la fois sur les gens et la planète, ce qui implique d'être pionnier dans la transformation des déchets, de développer des matériaux qui contribuent inversement au flux des déchets et de concevoir des emballages facilement recyclables pour les produits clés.
La marque suédoise s'est engagée à "avoir un impact positif à la fois sur les gens et la planète, ce qui implique d'être pionnier dans la transformation des déchets, de développer des matériaux qui contribuent inversement au flux des déchets et de concevoir des emballages facilement recyclables pour les produits clés". (Crédits : reuters.com)
Le géant du mobilier bon marché étudie l'utilisation de matériaux renouvelables et recyclés pour le conditionnement de ses meubles. Dell se sert déjà d'un matériau produit à partir de mycélium depuis 2011.

Une nouvelle matière susceptible de remplacer le plastique fraye son chemin dans l'univers de l'emballage. Mis au point par une société américaine, Ecovative, ce produit nommé Mushroom Packaging présente non seulement l'avantage de se décomposer complètement et rapidement, mais aussi d'être peu coûteux. De quoi séduire certains grands groupes, qui cherchent des solutions pour réduire leurs impact sur l'environnement.

Si Dell a été un pionnier dans l'utilisation de ce matériau, dont il se sert depuis 2011 pour emballer ses serveurs informatiques, Ikea envisage désormais de lui emboîter le pas. Le géant du mobilier de maison étudie le recours à ce procédé pour emballer ses meubles, même s'il n'est pas encore utilisé, rapporte Le Figaro jeudi 10 mars.

Ecoactive design emballage champignon

Exemple d'emballage Mushroom Packaging. Crédits : Ecovative.

Il s'agit de répondre à l'engagement de la marque de "réduire l'utilisation de matériaux fossiles tout en augmentant l'utilisation de matériaux renouvelables et recyclés, au moyen de procédés nouveaux et innovants", ainsi que d'"avoir un impact positif à la fois sur les gens et la planète, ce qui implique d'être pionnier dans la transformation des déchets, de développer des matériaux qui contribuent inversement au flux des déchets et de concevoir des emballages facilement recyclables pour les produits clés", explique au journal la responsable des relations presse du groupe, Elise Hoppe Liogier.

Un produit qui se forme spontanément

Alors que la consommation mondiale de plastique augmente de manière exponentielle, et que des centaines de millions de tonnes de déchets flottent dans la mer, le Mushroom Packaging constituerait une alternative "plus économique et plus performante", affirme le co-fondateur et PDG de Ecovative, Eben Bayer. Fabriquée à partir de mycélium, dit aussi "blanc de champignons", cette matière serait relativement facile à produire, à partir de déchets végétaux propres, par exemple agricoles. Dans certaines conditions, le mycélium se forme spontanément, se mêlant progressivement aux déchets et prenant une forme solide. Il suffit ensuite de sécher la matière pour éviter toute prolifération ultérieure.

Le procédé présente d'autres avantages écologiques, en plus de celui d'être compostable : il évite l'utilisation de matières fossiles, nécessaires pour produire le plastique, mais principales responsables du réchauffement climatique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2016 à 14:42 :
Une belle innovation et le pakaging sur la photo est vraiment attractif car il parait vraiment naturel et recyclable. Les bioplastiques fabriqués avec des résidus agricols et des produits biologiques vont plaire car ils se degradent et retournent facilement dans l'écosytème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :