La Tribune

Le tourisme parisien porté par les pays émergents

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Marina Torre  |   -  609  mots
La Ville Lumière a accueilli 7,7 millions de visiteurs au premier semestre 2011 selon l'Office de Tourisme de Paris qui publie ses résultats ce mercredi. Plus de la moitié de ces touristes sont étrangers, et ils sont de plus en plus nombreux à provenir de Chine ou d'Amérique du Sud.

Paris profite des pays émergents. La Ville Lumière a attiré 7,7 millions de visiteurs dont 3,9 millions d'étrangers. Et ces derniers sont de plus en plus nombreux à provenir de Chine ou d'Amérique du Sud.

En un an, le nombre de touristes chinois en visite à Paris a crû de 17,7%. La fréquentation des Brésiliens, des Argentins et des Chiliens réunis augmente, elle, de 22,5% en un an. Grâce, notamment, aux visiteurs venus du Brésil ou de la Chine par exemple, les hôtels de la première ville touristique mondiale font le plein. Au total, leur taux d'occupation atteint son meilleur niveau depuis 10 ans avec 78,3 des 77.000 chambres parisiennes occupées d'après les chiffres publiés ce mercredi par l'Office du tourisme de Paris.

Les "nouveaux" touristes affluent

Certes, les visiteurs français non franciliens restent les plus nombreux - ils sont 3,8 millions à avoir fait un tour dans la capitale - mais la progression des "nouveaux clients" étrangers est bien plus rapide. Depuis 2006, l'Office du Tourisme de Paris note ainsi que la croissance du nombre de touristes "traditionnels" recule alors que celle des "autres étrangers" augmente fortement.

Ainsi, s'il y a eu 600.000 Américains à Paris entre janvier et juin 2011, la croissance de fréquentation des visiteurs en provenance des Etats-Unis n'augmente "que" de 4%. Quant aux voyageurs en provenance du Japon, d'Italie, d'Espagne ou d"Allemagne, ils se font plus rare. La baisse de fréquentation pour ces pays oscille entre 3 % et 5,9 %.

L'afflux de nouveaux visiteurs s'explique principalement par l'émergence de classes moyennes dans les pays comme le Brésil et la Chine. Les professionnels du tourisme à Paris comptent d'ailleurs sur cette évolution pour l'avenir. "On estime que la classe moyenne devrait représenter 49,2% de la population brésilienne dès 2020 (près de 600 millions de personnes) ; 48 % de la population chinoise à horizon 2020 (700 millions) ; et 40 % de la population indienne (600 millions) à horizon 2025.", indique le rapport de l'Office du Tourisme de Paris.

L'organisme prévient : pour s'adapter, les professionnels devront apprendre à "communiquer dans les langues complexes" et "adpater les jours et horaires d?ouvertures des musées et magasins aux nouvelles pratiques touristiques".

48% de touristes d'affaires

Autre élément d'attractivité : les prix. La chambre d'hôtel à Paris coûte en moyenne 158,4 euros, ce qui reste moins cher qu'à Londres (165,3 euros), Moscou (183,2 euros) ou  Genève (234,5 euros) mais plus élevé que Rome (142,7 euros) ou Barcelone (114,8) euros.

C'est surtout sur son image que Paris compte pour attirer des visiteurs. Les activités culturelles ainsi que les salons attirent touristes de loisirs et d'affaires dans des proportions à peu près égales (48% de touristes d'affaires). Le salon aéronautique du Bourget, par exemple, a attiré 345.000 visiteurs.

20 millions de touristes en 2020 ?

En conséquence, le tourisme dans la capitale française ne semble pas trop souffrir de la crise financière dans le monde, encore moins des événements géopolitiques ou de la météo. "Sur les six premiers mois de l?année 2011, ni les révolutions des pays arabes, ni la catastrophe japonaise, ni une météorologie capricieuse n?ont freiné la bonne tenue du tourisme parisien ", est-il noté dans le rapport de l'Office du Tourisme. Au contraire, les atouts de Paris restent plus que jamais des arguments majeurs pour attirer les touristes. Le week-end du 14 juillet , malgré la pluie, a permis aux hôteliers de réaliser leur meilleur chiffre de l'année avec un taux d'occupation global de 88,8%.

L'Office de tourisme de Paris affiche son optimisme pour l'avenir avec une prévision de fréquentation en hausse de 3% sur toute l'année. L'organisme municipal espère même que 20 millions de touristes viendront découvrir Paris en 2020.

Réagir

Commentaires

Noblejoué  a écrit le 24/08/2011 à 20:06 :

Magnifique ! L'enrichissement du monde nous profite. Vive les classes moyennes des pays émergents ! Tant qu'aux anciens pays riches, si leurs citoyens viennent moins nous voir, je ne crois pas que ce soit par désamour pour notre pays. Ainsi, les gouttes de Dieu, manga de grande qualité, a beaucoup accru la consommation de vin, essentiellement français dans le monde.

Papi  a écrit le 24/08/2011 à 15:39 :

Il paraît que les touristes Chinois sont surpris : à Paris les automobilistes s'arrêtent pour laisser passer les piétons et n'essayent pas de les écraser comme en Chine. Et nous qui pensions, comme nous le répètent en permanence les médias, que tout était pire chez nous !!!

TouRisme du Futur  a écrit le 24/08/2011 à 14:09 :

Il ne faut pas oublier d'exploiter le tourisme des friches indsutrielles françaises. Ces friches industrielles ne coutent rien à entretenir, elles peuvent permettre aux visiteurs des pays en voie de développement de venir s'instruire sur les avantages de la décadence comme conséquence directe de la gouvernance d'un pays par des énarques arrogants, imbus d'eux meme, et capable de ruiner leurs concitoyens. Les fédérations des industries devraient créer un site internet sur ces friches à découvrir et à visiter SANS MODERATION.

Stanley Walker  a écrit le 24/08/2011 à 13:58 :

la classe moyenne : 49.2% de la population brésilienne (600millions de personne)
il y a erreur ! le brésil ne compte "que" 200 millions de personne.