La Tribune

Bruxelles veut simplifier la planification des voyages en Europe

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Virginie de Kerautem, avec AFP  |   -  433  mots
Sur initiative de la Commission européenne, les internautes sont invités à participer au choix d'un projet de plateforme en ligne destinée au grand public et permettant de planifier son voyage d'une ville européenne à une autre en choisissant le trajet le plus économique, le plus court ou le plus écologique, selon le moyen de transport choisi (train, voiture ou avion), sans avoir à passer par une agence de voyages.

Comment savoir quel est le moyen de transport le plus économique pour rejoindre Nantes depuis Berlin ? Hormis les services des agences de voyage, les particuliers doivent actuellement jongler d'un site Internet à l'autre (comparateurs de prix pour les avions, SCNF ou compagnies des villes européennes, ....) sachant que certains sites de chemin de fer ne sont pas compatibles ou qu'il n'est pas toujours possible de réserver un billet depuis une gare étrangère.

"Comment se fait-il que nous ne puissions pas encore planifier ou réserver un voyage à travers l'Europe, en passant de l'avion au train ou au bateau, aux transports urbains ou au transport routier, en un seul clic de souris ? La technologie existe, nous devons simplement encourager son utilisation", a fait remarquer Siim Kallas, commissaire européen aux transports, dans un communiqué publié ce lundi à l'occasion du lancement d'un projet de plateforme en ligne de planification d'itinéraires couvrant tous les pays et tous les modes de transport (train, voiture, avion, RER, métro, ...)

Un projet participatif

Le public est invité à participer et "faire entendre sa voix" via http://ec.europa.eu/transport/its/multimodal-planners/index_fr.htm. Douze projets finalistes issus d'un concours lancé en juin dernier et clos en octobre, sont ainsi à tester. Les utilisateurs peuvent dès ce lundi et jusqu'au 13 janvier prochain, voter pour le système qui lui semble le plus simple et efficace. Les résultats du vote seront dévoilés en février.

En attendant, latribune.fr les a tous testés pour un trajet aller Berlin (Allemagne)-Nantes (France, Loire-Atlantique) pour une personne partant le 16 décembre. Or, certains systèmes comme le danois ou  le grec ne couvrent pas tous les pays, ni toutes les villes. Quant aux langues accessibles, certains projets les limitent à une ou trois. Multicity par exemple, projet défendu par la France, n'est que francophone. Il met en revanche l'accent sur la rapidité et le coût des transports. RouteRank, développé par la Suisse, est disponible en quatre langues.

En plus de trouver le trajet le plus rapide, la plateforme permet de rechercher l'option la moins polluante en indiquant la quantité de CO2 consommée. Idem pour TGV-europe.com (France), planificateur transfrontalier disponible en huit langues. Quant à SBB (Suisse), disponible en quatre langues, il signale les travaux susceptibles de retarder le trajet. En Allemagne, deux systèmes ont été retenus. L'un d'entre eux, lancé par Deutsche Bahn, couvre dix-sept pays et est accessible en dix-sept langues.  L'inconvénient, c'est que le système n'affiche pas le prix total pour les trajets réalisés en train.

Réagir

Commentaires

Ahbon  a écrit le 06/12/2011 à 21:17 :

Ils n'ont pas autre chose a foutre ?

Greg le Prolétaire  a écrit le 05/12/2011 à 21:55 :

C'est cela, oui... On vote sur le choix d'une plateforme de voyage histoire d'oublier que l'on se moque du vote des citoyens lorsque cela concerne l'organisation institutionnelle, le choix du modèle économique et social des Pays et de l'Union ?