Club Med : une OPA pour sortir du guêpier européen

 |   |  745  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'OPA amicale lancée par les deux plus gros actionnaires actuels du Club, le fonds Axa PE et le conglomérat chinois Fosun, en association avec la direction, a pour objectif d'accélérer le développement international du groupe vers les pays à croissance rapide afin de compenser les difficultés des marchés européens. Ceci avec un actionnariat stable. Pour ne pas se faire imposer une stratégie par les marchés, le Club ne sera plus coté en Bourse pendant au moins 4 ans.

" Le temps devient notre enjeu essentiel ". C'est peut être par ces mots que le PDG du Club Med, Henri Giscard d'Estaing a, ce lundi devant la presse, résumé le sens de l'offre publique d'achat (OPA) amicale sur le capital du Club lancée par les deux principaux actionnaires actuels du Club, le fonds Axa Private Equity (9,9% du capital)  et le conglomérat chinois Fosun (10,2%), auxquels s'ajoutera la participation d'environ 400 personnes de la direction, associés au projet.
Du temps pour l'entreprise d'accélérer son développement dans les pays à  "croissance rapide" et de réduire ainsi sa dépendance vis-à-vis des marchés européens en difficulté, lesquels fournissent encore les trois-quarts de ses clients. Ce projet d'OPA "donne cinq ans pour parachever la transformation de l'entreprise", a déclaré Henri Giscard d'Estaing, appelé à conserver les manettes du groupe. Du temps donc pour affronter une période qui s'annonce difficile.

La stratégie de montée en gamme a mis longtemps avant de porter ses fruits

Selon le PDG du Club, pour pouvoir réussir son développement à l'international  "et compenser, à terme, le recul probablement durable des marchés européens, et en particulier la France, le Club a besoin pendant 4 ou 5 ans de s'affranchir des contraintes de court terme. C'est pour cela qu'il est important de s'appuyer sur un actionnariat stable et renforcé". "L'étape d'internationalisation prendre du temps, comme l'expérience de la montée en gamme nous l'a montré", a-t-il ajouté.

Le Club ne veut pas voir sa stratégie dictée par son cours de bourse. Initiée en 2003 lors de l'arrivée à la tête du Club d'Henri Giscard d'Estaing, la stratégie de montée en gamme a mis longtemps avant de porter ses fruits. Critiquée pendant des années, elle lui permet aujourd'hui de résister alors que la quasi-totalité des gros acteurs du tourisme en Europe boit la tasse. Au premier semestre, le Club Med a dégagé un bénéfice net avant impôts de 35 millions, en recul de 11,6% (le bénéfice net a augmenté de 7,1%, à 18 millions) pour un volume d'activité voyages en recul limité de 1,9%, à 783 millions d'euros. Or, cette amélioration de la performance depuis trois ans a du mal à se refléter dans le cours de bourse.

Cotation en Chine (et à Paris) dans 4 ans

Aussi, si l'OPA réussit, le titre sera retiré de la cote, avec comme ambition de recoter le Club dans 4 ans à Paris et à Hongkong, a indiqué Dominique Gaillard, membre du directoire d'Axa Private Equity. A l'instar de Jiannong Qian, le PDG de Fosun, il est complètement en phase avec la direction dont  "la stratégie est pertinente". Les deux groupes veulent apporter de la stabilité. "Nous avons vu dans le passé comment le Club Med a pu être fragilisé par un actionnariat éclaté, volatil, freinant la stratégie de son président depuis 2003", a déclaré Dominique Gaillard. Une allusion aux nombreux changements d'actionnaires de référence  dans le capital du Club (Agnelli, Accor, Richelieu Finance..)

200 000 clients en Chine en 2015

Le Club Med veut accélérer le rythme dans « la conquête de nouvelles clientèles. Le groupe espère rapidement atteindre l'objectif d'avoir au moins un tiers de ses clients en provenance des marchés "à croissance rapide". Notamment en Asie et en Chine en particulier, premier pays mondial du tourisme en termes de dépenses. Le Club vise 200 000 clients fin 2015, ce qui en fera son deuxième marché grâce à l'ouverture d'ici là de cinq villages, dont trois avant la fin 2013.

Pour cet été, les réservations pour la Chine sont en hausse de 40%.  Mais Henri Giscard d'Estaing ne se focalise pas que sur l'Asie. Les clients russes, israëliens, sud-africains, brésiliens... sont aussi dans le viseur. Au Brésil, le Club Med veut augmenter sa capacité hôtelières de 20% et projette l'ouverture d'un quatrième village.

Hausse des parts de marché de Europe

Et en Europe ? Malgré la dégradation de l'environnement, le Club Med veut continuer de gagner des parts de marché, comme il le fait aujourd'hui, même si ses ventes ont baissé (en incluant la France) de 3,4% au premier semestre, à 524 millions d'euros. Hors France, le chiffre d'affaires dans la zone Europe-Afrique a été stable, alors qu'il a reculé de 5,5% dans l'Hexagone. Le groupe continue néanmoins ses investissements. La construction d'un village 4 tridents à Val Thorens (80 millions d'euros d'investissement) a ainsi été décidée.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2013 à 13:17 :
Une Blitz OPA pour éviter que le club med ne passe le trident à gauche !
a écrit le 28/05/2013 à 0:13 :
Les actionnaires du Club Med sur la place parisienne sont en vacance et n'ont pas envie de remettre au pot pour le développement du Club Med dans les Brics. Alors il est urgent que l'entreprise redevienne privée. C'est la même problématique que celle de Dell. Les marchés financiers ne jouent plus leur rôle de pouvoyeurs de capitaux pour les entreprises, mais sont des casinos.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :