Airbnb : les amendes à Paris ont explosé au premier semestre 2017

 |   |  420  mots
La maire de Paris et son équipe sont déterminés à continuer à lutter contre les locations illégales de meublés touristiques.
La maire de Paris et son équipe sont "déterminés à continuer à lutter" contre les locations illégales de meublés touristiques. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Les propriétaires parisiens ne peuvent pas mettre leur logement en location sur des plateformes de type Airbnb plus de 120 jours par an. S'il dépasse ce quota, ils s'exposent à de fortes amendes. Et elles sont de plus en plus fréquentes.

Airbnb est une nouvelle fois dans la tourmente. Après les critiques suscitées par le faible montant d'impôt payé par la plateforme en 2016 en France, la mairie de Paris vient d'indiquer que les amendes pour location illégale de meublés touristiques avait été multipliées par dix entre le premier semestre 2016 et le premier semestre 2017. Si ces amendes ne concernent pas uniquement les logements loués par Airbnb, c'est bien le site américain qui est principalement concernée, fort de ses 65.000 logements proposés à la location dans la capitale (sur 100.000 logements toutes plateformes-confondues).

Pour les six premiers mois de 2017, 31 propriétaires ont été condamnés en justice à payer 615.000 euros d'amendes, a indiqué à l'AFP Ian Brossat, adjoint PCF au logement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, confirmant ainsi des chiffres révélés par Le Parisien. Au premier semestre 2016, les amendes s'étaient élevées à 45.000 euros, soit 13 fois moins, atteignant 200.000 euros pour toute l'année. Les saisines par la Ville à la justice sont également passées de 42 logements en 2016 à 128 en 2017, a-t-il précisé.

La "patrouille" est devenue plus efficace

"Nous constatons avec satisfaction que les juges ont la main plus lourde qu'auparavant", souligne  Ian Bossat. L'amende maximum est en effet depuis novembre 2016 passée à 50.000 euros contre 25.000 auparavant. A Paris, le montant moyen des amendes a de facto doublé sur un an, pour atteindre 20.000 euros en 2017, a précisé l'adjoint.

Toutefois, "ces chiffres ne reflètent pas une explosion du nombre des locations proposées, mais l'efficacité des contrôles", selon l'élu parisien. "On est davantage rattrapé par la patrouille qu'avant", sourit-il. Comme toutes les grandes villes touristiques, la capitale française, qui emploie une équipe de 25 agents de la Direction du logement et de l'habitat pour contrôler les immeubles, multiplie les initiatives pour lutter contre les locations meublées touristiques illégales qui se développent au détriment du secteur hôtelier, favorisent la spéculation immobilière, vident certains quartiers de leurs habitants et provoquent des désagréments quotidiens pour les autres.

Pour rappel, la durée limite d'un appartement en meublé touristique est fixée à 120 jours par an, une durée que la Ville de Paris souhaiterait voir réduite.  Début juillet, le conseil de Paris a voté l'instauration d'un numéro d'enregistrement obligatoire à partir de décembre, pour toute personne désirant ainsi louer son appartement sur une plate-forme numérique

>> Lire aussi Airbnb : l'enregistrement auprès de la mairie sera obligatoire

 (avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2017 à 16:43 :
airbnb, et autres sites, sont encore les meilleures assurances contre les impayés .....
a écrit le 14/08/2017 à 12:48 :
Dans 5 ans les hauts de france vont mettre le fn au pouvoir
a écrit le 13/08/2017 à 21:44 :
Chaque année le Ministre du Budget, se félicitent des 22 Milliards d'euros récupérés. Je m"enfous, car celà ne vient pas diiminuer ceux QUI HONNETES PAIENT, mais AUGMENTE ENC LE GASPILL PUBLICORE
a écrit le 13/08/2017 à 19:31 :
Je ne suis pas un gaucho au contraire et je regarde les possibilités comment mieux gérer mon patrimoine. En dehors des actions en bourse je loue sur une période de 90 jours je paie quoi sur la location:
Une taxe de séjour de moins d‘un euro par jour et par adulte aucune taxe en dessous de 18 ans suis-je ruiné suis-je trop taxé, pour ma part non car l’office du tourisme emploie du personnel payé pour une part infime à partir de la taxe.
Puis je paie des impôts et selon le code des impôts pas sur la totalité des revenus locatifs. Je déclare la totalité des revenus locatifs même pour ceux qui en paient une partie en liquide.
Suis-je content payer taxe et impôts oui cela me parait normal. La location est elle rentable après taxe et impôts si tous les entrepreneurs avaient la même rentabilité de leur entreprise je crois que le mot bonheur serait sous évalué.
Suis-je content des élus locaux NON car le canton dans lequel je loue est un dépotoir les élus blablatent beaucoup et comme tout bon élu aime couper rubans, inaugurer un office de tourisme se congratuler etc n’oublie pas de se nommer vice président, dans les communautés d’agglos ou de communes, de telle ou telle « spécialité » nomination purement financière car le bilan est au niveau de la médiocrité. Alors ceux qui hurlent aux loups connaissent ils les règles je ne crois pas. Pour ceux qui louent des périodes longues qu’ils se déclarent en société et cessent de se croire des as car ils ne sont que combinards qui refusent les règles mais aiment profiter de la sécu des hôpitaux, de l’école, des routes, des offices de tourismes, des musées etc etc. Oui il faut les taxer bien au-delà des amendes d’aujourd’hui. Enfin je connais nombre de pays où les impôts sont une négociation avec le contrôleur et je vois dans ces pays le niveau de vie des habitants, les infrastructures ..... je ne suis pas sur que les "as" de la combine y vivraient.
a écrit le 13/08/2017 à 15:35 :
Dans d'autres grandes villes ça se passe comment ?
S'il y a une limite de durée, les gens le savent, mais essaient de "pousser" tant que ça passe. 120 jours sur un logement acheté exprès pour concurrencer les hôtels, il faut de la rentabilité. :-)
(quelqu'un comparait une fois, avec les abus inévitables et donc des dérives tarifaires, l'hôtel du coin était moins cher, comme quoi il faut comparer, toujours....)
a écrit le 13/08/2017 à 12:00 :
C'est quand on lit certains commentaires ci-dessous mus par la convoutise dissimulee derriere un gauchisme regulatoire qu'on comprend que notre va rester arriere pour longtemps.
Garder a l'esprit que ceux qui louent ne peuvent toute facons le faire qu'en dessous d'un ceryain montant en payant peu de charges.
Réponse de le 14/08/2017 à 0:22 :
@Steph: j'ai lu récemment qu'en moyenne, la rentabilité immobilère était d'environ 2% bruts en France, soit moins que le livret A, mais plus intéressant pour se constituer un capital à long terme. Il suffit donc d'un locataire peur scrupuleux, et cela ne manque pas parce que les gens s'imaginent qu'acheter un logement est facile (pour les autres comme d'habitude), pour que le proprio n'ait plus jamais envie de louer :-)
a écrit le 13/08/2017 à 11:12 :
Paris n est plus le centre des préoccupations .. a fuir
a écrit le 12/08/2017 à 19:16 :
dommage que cette ville soit devenue si socialo communiste la liberté d'entreprendre n'existe plus
a écrit le 12/08/2017 à 18:19 :
La France est sans doute le pays au monde où la liberté d'entreprendre est la plus entravée au mode juste derrière Cuba, la Corée du Nord et le Venezuela.
Réponse de le 13/08/2017 à 11:54 :
+1!
a écrit le 12/08/2017 à 16:04 :
S'il existe des entreprises, est-on plus riche parce qu'on est fonctionnaire des tas ou ingénieur des tas, ou bien entrepreneur aidé par l'Etat si on parle d'une économie de marché est-on chef de cantine à 4/20, ainsi existe-t-il une forme de cotation actualisée des cv avec des carnets d'ordres ou des cabinets de bourse, du type entreprise facile à ne rien faire, si par exemple on publie qu'avec de grosses commissions on fait plus de croissance, pour permettre une hausse de salaires, si par exemple on publie que plus y a de demande donc de salaires, plus y a de croissance ou si on publie plus y a de prélèvements, plus y a de dépenses et plus y a de masse monétaire, plus y a de croissance? Ainsi l'économie ou les mots sont-ils déconnectés des faits si on parle de relances inflationnistes ?
Réponse de le 13/08/2017 à 1:28 :
Vous venez de faire une phrase de 15 lignes ...
Dans certains cas , c'est une prouesse!
Dans d'autres , c'est incompréhensible .

Vous arrivez a vous comprendre?
Réponse de le 13/08/2017 à 16:16 :
@Prof: là est toute la différence entre un Proust et un prout :-)
Réponse de le 14/08/2017 à 23:22 :
Charabia total...pourquoi publier un message incomprehensible?
a écrit le 12/08/2017 à 12:45 :
Paris est une ville infrequentable a tous point de vue.
a écrit le 12/08/2017 à 12:14 :
Le VRAI probleme est la non declaration des revenus fait par les proprietaires des locations au fisc....Des millions d euros!
a écrit le 12/08/2017 à 10:33 :
Il faudrait souligner le temps que met la justice pour les condanamtions.
Les amendes 2017 concernent certainement des cas 2016 etc.
a écrit le 12/08/2017 à 8:53 :
25 agents fonctionnaires à 80 000 euros charges comprises (minimun) , ça fait 2 millions d' euros de salaires pour récupérer 615 000 euros.
ou encore 25 agents pour 31 propriétaires, soit 1,2 propriétaires épinglés par agent.
Vive l' efficacité de la mairie de Paris.
Réponse de le 14/08/2017 à 10:47 :
Les fameux agents fonctionnaires qui coûtent 6 500€ brut, bien sûr, quel savant calcul.

Sans doute les fameuses primes légendaires.
Réponse de le 14/08/2017 à 10:48 :
Les fameux agents fonctionnaires qui coûtent 6 500€ brut, bien sûr, quel savant calcul.

Sans doute les fameuses primes légendaires.
Réponse de le 15/08/2017 à 10:47 :
En effet, des fonctionnaires a 80.000 euros ca existe et meme en province : les chefs de service des chambres de commerce, les DG des chambres de commerce qui margent a 7500 euros net par mois. Oui ca existe et cela est répandu.
Réponse de le 17/08/2017 à 12:28 :
@Fanfan

Et vous savez faire la différence entre agent dans la fonction publique et cadre ?
a écrit le 12/08/2017 à 8:02 :
Au pays du racket institutionnalisé aucun secteur n'est a l'abri !
a écrit le 11/08/2017 à 23:35 :
Bref, on n'est plus chez soi !
a écrit le 11/08/2017 à 22:49 :
"s'il dépasse " NON
"s'ils dépassent" OUI merci de corriger
a écrit le 11/08/2017 à 17:01 :
Il faudrait certainemlent préciser que les amendes concernent majoritairement des cas relevés en 2016 du fait des délais de justice.
a écrit le 11/08/2017 à 14:32 :
Normal que ces véritables "professionnel" de l'immobilier soient durement sanctionnés et 120 jours c'est beaucoup trop. Et puis ils sont en quelque sorte "complices" de Airbnb qui ne paye pratiquement pas impôts en France.
Réponse de le 11/08/2017 à 17:41 :
@titou87: ce que fait Airbnb n'est pas illégal et il faut donc blâmer Bruxelles qui ne fait pas son travail, non pas les loueurs. Que les gens louent leur logis, ce n'est pas non plus illégal, mais il faudrait qu'ils soient traités comme toute autre entreprise, car c'est un business comme un autre :-)
Réponse de le 12/08/2017 à 8:03 :
Veau/mouton un jour , veau/mouton toujours !
Réponse de le 12/08/2017 à 13:12 :
@titou87: ce que fait Airbnb n'est pas illégal et il faut donc blâmer Bruxelles qui ne fait pas son travail, non pas les loueurs. Que les gens louent leur logis, ce n'est pas non plus illégal, mais il faudrait qu'ils soient traités comme toute autre entreprise, car c'est un business comme un autre :-)
Réponse de le 12/08/2017 à 15:39 :
IL est certain que 120 jours c'est énorme: 100 euros *120 = 12 000 euros !
30 à 60 jours devrait être un maximum
Réponse de le 12/08/2017 à 20:47 :
@detours: on pourrait décider qu'on ne peut pas faire de business plus de 30 à 60 jours par an, mais si on détruit l'économie et l'envie d'entreprendre, tu vas te nourrir comment ? Ah oui, j'oubliais, ce sont les autres qui vont payer :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :