La Tribune

Un cerf -volant pour remplacer les moteurs de bateau ?

Beyonf the sea
Beyonf the sea (Crédits : Yves Parlier)
Erwann Kerrand  |   -  574  mots
Pour le célèbre navigateur Yves Parlier, la traction par cerf-volant (Kite) en complément voir en remplacement des moteurs de bateaux constitue une solution écologique et économique, qui doit s'imposer comme incontournable et universelle.

Avec un des plus beaux palmarès de la voile française, Yves Parlier, ingénieur de formation, s'est illustré brillamment dans les principales compétitions nautiques. Mais il est aussi un innovateur, avant-gardiste, qui a ?uvré tout au long de sa carrière pour le respect de l'homme et de son environnement. Il a notamment réalisé en 1996, à bord de son monocoque Aquitaine Innovation, le 1er tour du monde sans énergie fossile.

Aujourd'hui, animé par les mêmes convictions, il s'intéresse à la traction par kite (cerf-volant) pour des navires de toutes tailles : "L'innovation ne sort pas uniquement des bureaux d'études. De nombreuses innovations sont générées par des pratiquants passionnés, motivés par l'exploit et la performance. Ces gens atteignent un tel niveau de connaissances de leur sport et de leur matériel, qu'ils génèrent, avec du feeling et beaucoup de créativité, des solutions réellement révolutionnaires".

C'est dans cet esprit qu'Yves Parlier a fondé l'entreprise Océa et a réuni, depuis 2007, une équipe d'une quinzaine de personnes. Il bénéficie aussi de l'aide de prestigieuses écoles d'ingénieurs avec qui il a établi des partenariats autour d'un programme de recherche baptisé "Beyond the sea" qui vise à rendre efficiente, universelle et incontournable, la traction par Kite des navires de toutes tailles. "Sachant que la marine marchande émet à elle seule près d'un milliard de tonnes de CO2 par an, (sans parler des émissions de soufre qui sont cancérigènes), on se dit qu'il y a sûrement quelque chose à faire", constate Yves Parlier.

"Rien qu'en attachant une aile à un cargo, on peut très raisonnablement envisager une économie conséquente sur la consommation de carburant, un rapport de l'ONU en 2009 évoque une diminution de 20%" précise-t-il. Sur un aller-retour Asie-Europe, la facture de carburant pourrait ainsi diminuer, suivant le prix du pétrole, d'environ 1 million dollars par trajet et par navire. Sur une flotte entière, l'économie se compterait en dizaines de millions de dollars.

La traction par cerf-volant : domaine (presque) réservé des français

Ce sont des Français, les frères Legaignoux, qui ont inventé l'aile de kitesurf pourvue d'un boudin gonflable et parfaitement adaptée pour la mer. En Kitesurf les Français figurent parmi les plus rapides de la discipline. Toutefois la traction par cerf-volant reste pour l'instant largement cantonnée au domaine du sport et loisir. A ce jour, une seule entreprise, l'allemand Skysails, propose des ailes pour tracter les cargos. "Mais la technologie utilisée, venant des ailes de parapente, est lourde et coûteuse" constate Yves Parlier, avant de poursuivre : "Aujourd'hui, notamment grâce à la modélisation informatique, le lien entre le loisir à échelle humaine et un projet industriel à plus grande échelle se fait facilement. En associant mon expérience de la voile et du Kitesurf avec les compétences de mon équipe d'ingénieurs et la créativité des passionnés qui m'entourent, j'espère démontrer l'extraordinaire potentiel de ce moyen de traction universel. L'impact à l'échelle mondial, autant économique qu'écologique, serait considérable".

Fort de ces travaux, Yves Parlier rêve déjà d'un nouveau tour du monde, à terme, entièrement tracté par cerf-volant, « pour montrer que l'on n'a pas encore atteint les limites de l'utilisation du vent comme moyen de traction en substitut au moteur thermique ». Au vue de son parcours, il ne part pas inexpérimenté.

 

Réagir

Commentaires

Verna  a écrit le 13/01/2012 à 14:12 :

Bonjour,

Concernant ce système, je présente une amélioration notable avec mon invention de voile autoportée.

Cette voile, comportant des compartiments étanches dans lesquels est contenu de l'hélium ou mieux, de l'hydrogène (bien meilleur porteur), en cas de vent faible ou rabattant vers la mer, la voile reste en hauteur malgré les aléas éoliens.

Vous pouvez consulter cette innovation ici : http://inventions.a.verna.free.fr/voile.htm

Cordialement,

C.Verna