La Tribune

Métro, tramways, bus..., les clients prêts à payer plus cher si leur billet est dans leur smartphone

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Fabrice Gliszczynski  |   -  723  mots
Selon une étude du cabinet Accenture réalisée auprès de 4.500 clients dans neuf grandes agglomérations dans le monde, les clients des transports publics seraient prêts à payer leurs trajets au moins 10 % plus cher si ils avaient la possibilité de se servir de leur smartphone comme titre de transport, d'accéder à une application dédiée aux transports et/ou de bénéficier d'une solution de dématérialisation. Ils prévoient aussi d'utiliser davantage les réseaux sociaux.

Payer le métro avec son smartphone et l'utiliser comme titre de transport : 52 % des utilisateurs de transports publics seraient prêts à payer leurs trajets au moins 10 % plus cher pour disposer de tels services. C'est le résultat une enquête du cabinet Accenture réalisée auprès de 4 500 voyageurs urbains dans neuf grandes agglomérations en Allemagne, au Brésil, en Corée du Sud, en Espagne, aux Etats-Unis, en France et au Royaume-Uni.

« Alors qu'il y a une discussion autour de la gratuité des transports publics, cette étude montre que les gens sont prêts à payer pour avoir un service personnalisé. Ils demandent une nouvelle offre, de nouveaux produits», explique Philippe Guittat, responsable mondial de l'offre transport public d'Accenture. « C'est une bonne nouvelle pour les opérateurs. Ils disposent de leviers pour gagner des parts de marché », ajoute-t-il. Selon l'étude, « environ un tiers des personnes interrogées pensent acheter des titres de transport via un terminal mobile en 2013, proportion qui atteint 78 % pour 2014. Cependant, 66 % n'estiment pas avoir actuellement cette possibilité sur leur smartphone ».

Solution NFC

Il y a néanmoins des obstacles. « Pour le paiement sur mobile, il y a la technologie NFC. Or aujourd'hui, le principal frein n'est pas le parc, mais le taux de commission demandés par les opérateurs », explique un directeur d'un groupe de transports public. En attendant, en juin, le réseau de transport géré par Keolis sera le premier grand réseau dont la vente de tickets de bus ou de trams pourra se faire via les mobiles disposant d'une solution NFC. Celle-ci est très utilisée par les opérateurs ferroviaires asiatiques, En Corée, Hongkong et au Japon notamment. Outre la commercialisation, les passagers de l'agglomération caennaise pourront également valider leur titre de transport avec leur téléphone et consulter le solde de tickets, et d'accéder à l'information voyageurs.

Dématérialisation
Par ailleurs, l'étude d'Accenture révèle que trois clients sur quatre estiment que la dématérialisation des titres de transport faciliterait leurs trajets, et une écrasante majorité (92 %) accueillerait favorablement cette avancée technologique. Essentiellement pour gagner du temps. Pour 76 % des sondés la dématérialisation des titres de transport encouragerait les automobilistes à se tourner vers les transports en commun.

En outre, la quasi-totalité des usagers consultés (93 %) souhaiterait pouvoir acheter un seul ticket valable pour différents modes de transport (trains, bus, métro, tramways, Velibs...). Si ce titre unique était proposé, deux tiers des voyageurs (66 %) indiquent qu'ils l'utiliseraient quotidiennement. Le billet unique et la multimodalité  sont en effet les gros enjeux de demain dans les transports publics. Aujourd'hui, le département de l'Oise joue les précurseurs avec son billet unique.

Médias sociaux
En outre, les consommateurs demandent à ce que les compagnies utilisent davantage les médias sociaux. « Plus de 90 % aimeraient connaître les tarifs et promotions en vigueur et être informés des retards ou autres incidents éventuels, des changements d'horaires et des nouvelles technologies par le canal des médias sociaux », souligne l'enquête. Pour Philippe Guittat, « il est indispensable de communiquer de manière personnalisée. C'est nouveau ». En fait, les passagers veulent t passer d'un temps subi à un temps utile. Pour cela, il leur faut des réseaux wifi.

Par ailleurs, dans une logique de "voyages de bout-en-bout", l'information est une donnée-clef. Les opérateurs doivent donc disposer de systèmes pour donner l'information en temps réel (GPS sur les bus par exemple) et les communiquer aux clients. Avec la mise en place de comptes twitter et Facebook , les clients vont être en mesure de communiquer en temps réel aux opérateurs l'état du réseau. Problème, le réseau de chaque agglomération dispose de son système numérique.

Or, pour le généraliser se pose la question du financement, alors que les régions sont confrontées à des problèmes budgétaires. D'où la question posée par certains observateurs : « ne faudrait-il pas valoriser les bases de données clients (à des fins publicitaires par exemple) pour financer le numérique » ? A plus grande échelle, Voyages-sncf.com est lui aussi en train de tester un service, Mytripset, permettant d'organiser son voyage de porte à porte, en proposant des trains, des avions, et progressivement des transports publics, des vélibs..


 

Réagir

Commentaires

Niels  a écrit le 25/05/2013 à 13:20 :

Si c'est dématérialiser cela devrait coûter moins chère!! Pas plus chère!! C'est quoi ces inepties encore!

simple citoyen  a répondu le 25/05/2013 à 14:13:

Logique de captation des plus-values par les rentiers, entendre par là les monopoles et autres catégories d'agents économiques favorisés. Regardez chez nous: les gains de productivité possibles au sein de l'administration ou des "services publics" sont totalement accaparés. Les consommateurs et payeurs n'en sont jamais les bénéficiaires.

TULIPE  a écrit le 25/05/2013 à 0:42 :

Que fait-on si l'on a une marque concurrente? Changement de modèle? Vol ou batterie vide?
Cela suppose de valider un code sur son écran après avoir cherché l'application.

Mr Le Naïf  a écrit le 24/05/2013 à 14:42 :

A moins qu'Accenture travaille gratuitement, je n'ai pas compris pour le compte de qui cette étude a été réalisée. Une idée ?

Photoscope  a écrit le 24/05/2013 à 14:31 :

Cette enquête prouve au moins une chose : la connerie humaine (de ceux qui ont répondu) et/ou l'avidité (de ceux qui ont commandé l'enquête) n'est vraiment pas en crise !! C'est quand même très fort de vouloir faire payer 10% de plus des titres de transport dématérialisés (donc a priori moins coûteux), complètement traçables et largement moins sécurisé (ne serait-ce que quand la batterie du smartphone est vide, sans parler des vols et des piratages en augmentation constante depuis quelques temps !).

capcha  a écrit le 24/05/2013 à 13:19 :

Entre le moment où je mets bon billet dans le composteur et ou je le récupère, 4 ou gens (bons citoyens" sont déjà passé par dessus le tourniquet!
La prochaine fois je vais leur demander (si j'ai le temps!), s'ils ont un smartphone!

CPM  a écrit le 24/05/2013 à 12:40 :

Les bras m'en tombent. Franchement, qui peut croire à un résultat pareil ?
En plus, il est vrai qu'accenture n'a aucun conflit d'intérêts, hein ? :)

Ben voyons  a écrit le 24/05/2013 à 10:40 :

On croit réver. La technologie et l'innovation sont aussi l'apanage du consommateur !

iCitoyen  a écrit le 24/05/2013 à 10:27 :

4500 personnes dans le monde pour une enquête Accenture??
C'est uniquement auprès de leurs collaborateurs???

Scoop  a écrit le 24/05/2013 à 10:14 :

52 % des automobilistes seraient prêts à payer le péage plus cher s'ils roulaient en Rolls! LOL!

david  a écrit le 24/05/2013 à 10:00 :

Vraiment n'importe quoi cette enquete. Payer 10% plus cher pour avoir un RER qui marche ok, mais pour me passer de mon navigo pour lequel je n'ai rien à faire en plus et avoir un abo sur mobile...

Oldtimer  a répondu le 24/05/2013 à 11:45:

Et quand on se fait faucher le smartphone, on se retrouve à poil!

betafoin  a écrit le 24/05/2013 à 9:33 :

A quand le smartphone obligatoire ??

arthur  a écrit le 24/05/2013 à 9:31 :

pour ma part, c'est non

simple citoyen  a écrit le 24/05/2013 à 1:00 :

Ben voyons... donc bientôt plus de liquide, afin de ne pas laisser dépérir nos petits oligopoles se nourrissant directement à la source grâce aux services de paiement payés (très) chers (demandez à vos commerçants) et petit à petit introduire l'idée qu'en plus la dématérialisation devrait nécessairement s'accompagner d'un surcoût. Un peu comme pour notre administration: les gains de productivité technologiques sont systématiquement accaparés, soit par des classes de rentiers, soit par des oligopoles, mais ne bénéficient jamais à ce qui achètent obligatoirement les services. Il serait temps que les français se réveillent.

simple citoyen  a écrit le 24/05/2013 à 0:22 :

Ben voyons... donc plus de liquide, afin de ne pas laisser dépérir nos petits oligopoles se nourrissant directement à la source et petit à petit introduire l'idée qu'en plus la dématérialisation devrait nécessairement s'accompagner d'un surcoût. Un peu comme pour notre administration: les gains de productivité technologiques sont systématiquement accaparés, soit par des classes de rentiers, soit par des oligopoles, mais ne bénéficient jamais à ce qui achètent obligatoirement les services. Il serait temps que les français se réveillent.

linus  a écrit le 23/05/2013 à 21:47 :

Dans leur sondage, je ne sais pas comment ils ont fait pour trouver des gus prêt à payer plus cher, pour frimer avec leur smart. Moi je garde mon pass matérialisé. Décidément, certains ont l'argent qui leur tombe des poches!

Patrickb  a répondu le 23/05/2013 à 22:23:

@linus: en effet, je ne connais pas non plus de gens qui souhaitent payer plus pour le même service !

Réaliste  a écrit le 23/05/2013 à 21:12 :

Perso, je suis prêt à payer plus cher pour des services moins onéreux qui engraissent des multinationales pratiquant "l'optimisation" fiscale à tout va... Je ne vois pas où est le problème !

Foxy  a écrit le 23/05/2013 à 20:44 :

J'espère qu'Accenture a également demandé si les clients trouveraient normal que les titres dématérialisés soient moins chers compte tenu des économies réalisées (papier, distribution, fraude, efficacité du controle). En France, c'est notamment le cas à S-Etienne, où le titre chargé sur carte sans contact est moins cher que le ticket papier à bande magnétique équivalent, ce qui est à mon avis, un juste retour des choses envers le client...

Enfin...  a écrit le 23/05/2013 à 20:15 :

Si on pose la question de la gratuité des transports en commun, toutes les autres questions tombent d'elles-mêmes. Après tout, la gratuité des transports en commun n'est pas si aberrante que ça. D'abord pour favoriser l'essor de ceux-ci, réduire la pollution urbaine, diminuer le recours aux véhicules individuels (souvent aux 3/4 vides)... Dans la mesure où ces transports, dans les grandes villes sont majoritairement utilisés, à un moment où à un autre, par tout le monde, remplacer la consommation à l'unité par un impot généraliste n'est pas choquant en soi. L'utilisation des routes est bien gratuit (sauf autoroutes), les bibliothèques sont bien gratuites (certes pas toutes), Internet est gratuit (à partir du moment où on paie un droit d'accès mensuel) etc...

Toledo  a écrit le 23/05/2013 à 20:14 :

Encore une enquête interessée par un cabinet de conseil en informatique. Pourquoi voulez vous payer plus cher une fonction qui fait économiser de l'argent aux transporteurs (cf. la carte orange sans contact : plus de circulation, moins de dégradation, plus facile à mettre à jour, moins de personnel, etc ...)? C'est l'insuccès de Monéo (pourtant une bonne idée très pratique, utilisée dans d'autres pays). Enfin, j'ai un super nouveau smartphone qui n'a pas la lecture NFC. Pour finir, la sécurité de la NFC reste à prouver, notamment pour les Cartes Bancaires.