Dernière chance pour CDG Express

 |   |  786  mots
Les travaux devraient de CDG Express devraient débuter en 2017
Les travaux devraient de CDG Express devraient débuter en 2017 (Crédits : Backbuilder)
Frédéric Cuvillier, le ministre des trnasport, a relancé ce projet de liaison ferroviaire directe entre Paris et l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaule, prévue en 2023. Le prix du billet s'élèvera à 24 euros l'aller simple.

CDG Express, le retour. Ce jeudi, à Roissy, le ministre des transports Frédéric Cuvillier, a annoncé la relance de ce projet de liaison ferroviaire directe entre le centre de Paris et l'aéroport de Charles-de-Gaulle. Prévu pour entrer en service en 2023, CDG Express doit relier la gare de l'est à l'aéroport en 20 minutes avec des trains partant tous les quart d'heures, de 5 heures du matin à minuit, sept jours sur sept. Sur les 32 kilomètres de parcours, 8 kilomètres de voies nouvelles devront être construits, entre Mitry Mory et l'aéroport. Coût du projet : 1,7 milliard d'euros, matériel roulant compris.

Alternative au RER B

Ce train rapide constituera une alternative au RER B, dont les liaisons directes vers Roissy se sont réduites comme peau de chagrin au profit des trains omnibus desservant une série de villes de Seine-Saint-Denis. Une fonction de transport du quotidien incompatible avec une desserte de qualité de l'aéroport, même si aujourd'hui le RER B serait utilisée par 7 à 8 millions des passagers, moyennant 10 euros.

"C'est une ambition absolument nécessaire pour l'image, pour la compétitivité de cet aéroport", a souligné Frédéric Cuvillier, à l'occasion de la cérémonie des voeux d'Aéroports de Paris à Roissy.

Le PDG d'ADP, Augustin de Romanet, a salué "une très grande date pour Charles-de-Gaulle". "Le fait que le ministre ait montré son engagement la rend irréversible", a-t-il ajouté. "Ces nouvelles infrastructures (...) sont nécessaires pour renforcer l'attractivité de l'un des aéroports les plus importants d'Europe et plus largement de la destination France", a-t-on renchéri chez Air France. Même son de cloche du côté du Medef: "une desserte optimisée de Roissy constitue un enjeu majeur pour l'économie francilienne", a souligné l'organisation patronale.

D'ici à 10 ans, Roissy devrait accueillir 80 millions de passagers, 20 millions de plus qu'aujourd'hui. "A cet horizon, l'autoroute A1 sera complètement saturé ", fait-on valoir chez ADP.

24 euros l'aller simple

Le prix du billet (plein tarif) sera de 24 euros selon l'hypothèse de base aujourd'hui. Soit le double pour un aller-retour. Un niveau de prix qui se situe dans les mêmes ordres de grandeur que ceux de ce type de liaisons existant à l'étranger (21 Livres pour Heathrow Express, soit 25,5 euros) et qui pourra être ajusté avec l'affinement des prévisions de trafic. Les passagers pourraient par ailleurs payer un peu plus si, d'aventure, une taxe d'un euro sur le billet d'avion était mise en place pour apporter des ressources complémentaires. Ceci dans l'hypothèse où la rentabilité de ce projet, estimée aujourd'hui à 6,5%, n'était pas jugée suffisante, dit-on dans l'entourage du ministre. Dans tous les cas, il n'y aura pas d'argent public, ajoute-t-on.

 Air France ne veut pas de taxes supplémentaires

 "Les ressources externes ne sont pas nécessaires avant le début de l'exploitation et elles peuvent prendre d'autres aspects comme une redevance sur les parkings", explique un proche du dossier. Air France a mis en garde jeudi sur le fait que "si d'autres sources de financement devaient être trouvées, elles ne devraient pas peser sur les compagnes aériennes qui, dans un contexte de crise, sont soumises à une forte concurrence internationale". 

 Serpent de mer

 On n'en est pas là. Ce projet, qui s'apparente à un véritable serpent de mer depuis son premier lancement en 2000, doit maintenant se concrétiser. "Pour une fois, le gouvernement reconnaît l'absolue nécessité de mener à bien ce projet", explique un proche du dossier. Surtout, les opérateurs publics, Réseau Ferré de France et Aéroports de Paris se sont fortement impliqués dans ce dossier. En particulier le gestionnaire des aéroports parisiens dont le PDG, Augustin de Romanet, a joué un rôle majeur dans la relance de ce projet. 

Point crucial, contrairement aux tentatives précédentes, le projet actuel s'articule avec celui du Grand Paris.

Montage juridique ficelé en avril

 ADP et RFF ont créé une société commune pour mener à bien les études. Le montage juridique définitif sera connu en avril. Le scénario qui tient la corde est de créer une société "autour de" RFF et d'ADP, qui serait gestionnaire d'infrastructure en charge de la conception, de la construction, du financement et de la maintenance de CDG Express. Elle financerait le projet sur ses fonds propres et en ayant recours à l'endettement et se rembourserait par la tarification. 

Pour beaucoup d'observateurs, c'est le dernier essai. "Si nous n'y arrivons pas cette fois, il n'y aura plus d'autres possibilités", explique un bon connaisseur du dossier chez ADP.

Le futur exploitant doit encore être choisi probablement à l'issue d'un appel d'offres. A ce moment là, le marché ferroviaire devrait être ouvert.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2014 à 11:53 :
Dans la très chère Suisse, se rendre à l'aéroport de Genève en train depuis Lausanne (65 km !) coûte environ 21 € en plein tarif...
a écrit le 26/01/2014 à 8:43 :
Et pourquoi pas une liaison TGV Roissy-Orly, avec un stop a Marne la Vallee? C'etait un projet prevu en 1998!
a écrit le 25/01/2014 à 17:18 :
A Berlin, le prix du billet entre le centre ville et l'un des deux aeroports de la ville est de "seulement" 2,60 euros. Ce billet inclus aussi les bus et metro donc je n'ai besoin que d'un seul billet (valide deux heures) pour effectuer un trajet porte à porte. Avec 24 euros on est presque dix fois plus cher ! une hérésie!
a écrit le 24/01/2014 à 18:47 :
Heuh... si l'on regarde les transports actuels, Mitry/Claye est desservie depuis la gare du NORD. C'est quoi l'idée ? Partir de la gare de l'EST, emprunter une partie de la "grande ceinture" pour retrouver l'infrastructure Nord ? puis ensuite on dérivera vers CDG ? comment ? en doublant les lignes du TGV (en supposant que c'ait été prévu... pas sûr...)? ou bien en interrompant le trafic aérien pour les travaux ? NB on se rappellera que l'A104 n'a pas bénéficier de la tranchée... et n'aura pas d'alternative que de CONTOURNER l'emprise aéroportuaire... (la plus vaste d'Europe, semble t il...). Ne serait pas plus simple/moins coûteux de gréer une/des gare/s du RER B de voies supplémentaires permettant au CDG express de "doubler" les rames "banales" ?
a écrit le 24/01/2014 à 18:43 :
Roissy est trop loin de Paris. Y aller et en revenir est une galère. Une liaison dédiée à un tarif prohibitif est une horreur de plus.
a écrit le 24/01/2014 à 12:04 :
Qui prendra ce train de luxe? Surement pas les 80 000 salariés de la PF de Roissy, ni ceux qui prennent le RER B hors paris, ni les voyageurs qui savent compter et voyagent en famille. à 24€ le trajet par personne, on prend un taxi. Bref, à part quelques cadres défrayés et des touristes nippons, je ne vois pas qui ça peut intéresser. Manifestement l'échec commercial du TGV n'a pas été analysé...
a écrit le 24/01/2014 à 11:49 :
A Varsovie le ticket aéroport/centre-ville coute à peine trois euros... et les étudiants ont encore une réduction. Le cout de la vie est moindre mais quand même. Et quel confort, on est loin du RER B
a écrit le 24/01/2014 à 10:57 :
Que cette liaison soit plus que nécessaire, c'est une évidence, maintenant 1,7 milliards d'euros pour cette liaison cela semble très élevé. Il y a surement un loup quelque part comme pour le Palais de Justice de Paris ou la philharmonie de Paris. On peut surement faire mieux ou pareil pour moins cher ...
Par exemple, des voitures de train d'occasion et rénovées couteraient moins cher ?
Je vous rappelle qu'il fait seulement construire 8 km de voies ferrées
a écrit le 24/01/2014 à 9:46 :
Toutes les grandes villes modernes ont ce type de service. Roissy est une des plus grosses hontes de notre pays.
a écrit le 24/01/2014 à 9:04 :
On se fout du prix du billet. On veut une liaison rapide, de bon confort, non tagguée et propre, sans arrêt tous les 10 mètres. Comme cela existe dans de très nombreuses villes. Et que la France cesse de se prendre pour le nombril du monde, dans le bon et surtout le mauvais.
Réponse de le 24/01/2014 à 9:38 :
Pourquoi parler de la France ?
C'est un problème d'ego parisien tout comme le Grand-Paris qui devrait exister depuis longtemps.
A Lyon, ce type de navette existe déjà et sans doute dans de nombreuses autres villes. Quant au Grand-Lyon qui fédère 58 communes , il existe depuis 1969 (anciennement Courly) !
Réponse de le 25/01/2014 à 14:18 :
24 euros ? C'est une plaisanterie ? A Chicago un trajet entre l'aéroport international et le centre ville coûte moins de 4 euros !! Et à New york entre 5 et 6 euros ! Il suffirait de davantage de trains express entre paris nord et roissy (sans tous les arrêts chiants entre deux), en meilleur état (faut voir les rames actuelles...) et terminé ! Pas besoin de plus !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :