La SNCM dépose le bilan, plusieurs repreneurs potentiels sont intéressés (Transdev)

 |   |  380  mots
(Crédits : reuters.com)
La direction a annoncé au CE de la compagnie maritime qu'elle allait déposer le bilan. Cette solution était la préférée des actionnaires Transdev et Veolia, à laquelle s'est joint l'Etat. La SNCM intéresse plusieurs repreneurs potentiels, venus de différents pays européens, a affirmé lundi Jean-Marc Janaillac, PDG de l'actionnaire principal Transdev.

"Il y a plusieurs repreneurs (potentiels), de l'ordre de cinq ou six, des compagnies sérieuses, venues de différents pays européen, qui regardent actuellement le dossier de la SNCM", a affirmé lundi Jean-Marc Janaillac, PDG de l'actionnaire principal Transdev,  interrogé sur France Info. "Il y a des compagnies qui aujourd'hui se sont officiellement déclarées intéressées, il y en a qui se sont officieusement déclarées intéressées", a-t-il ajouté.

La société américaine Baja Ferries avait notamment fait état, publiquement, de son intérêt pour une reprise des actifs de la compagnie maritime.

Annonce du dépôt de bilan aux salariés

La direction de la SNCM a annoncé plus tôt, lundi 3 novembre, aux représentants des salariés lors d'un comité d'entreprise extraordinaire qu'elle allait déposer le bilan de la compagnie maritime, a-t-on appris de source syndicale.

La direction n'a pas précisé la date formelle du dépôt a indiqué à l'AFP Pierre Maupoint de Vandeul, l'un des représentants de la CFE-CGC.

"La direction engage un dépôt de bilan alors même qu'elle reconnaît que 'le chemin est étroit' entre le redressement judiciaire et la liquidation", a indiqué au sortir du CE, M. Maupoint de Vandeul, déplorant "une procédure collective pouvant se révéler irréversible."

Initialement prévu en début de matinée, ce CE extraordinaire, au siège de la compagnie, a été retardé par des salariés qui ont vivement interpelé le président du directoire Olivier Diehl sur la gestion de l'entreprise.

Transdev et Veolia souhaitaient ce dépôt de bilan

Les actionnaires majoritaires de la SNCM, Transdev et Veolia (66% du capital), souhaitent depuis plusieurs mois déposer le bilan, puis placer l'entreprise en redressement judiciaire, ce qui, selon ses dirigeants, constitue la seule solution pour "empêcher (sa) disparition pure et simple".

Éviter le remboursement de plus de 400 millions d'euros

L'Etat (actionnaire à 25%), Veolia et Transdev estiment que ce redressement judiciaire, une étape "technique", va permettre à la compagnie à la fois d'annuler les condamnations européennes à rembourser des aides publiques jugées illégales, pour un total supérieur à 400 millions d'euros, et de trouver un nouvel actionnaire à cette société chroniquement déficitaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2014 à 18:53 :
qui va pleurer ?
a écrit le 04/11/2014 à 16:13 :
qui continue à tuer l'économie française via les grèves, les demandes anti économiques, leur subventions de l'état injustifiées, leur commission sur appel d'offre dans les municipalités etc ... bref nous avons à faire à un cancer de la démocratie qui vit au crochet de la société et des procés
a écrit le 04/11/2014 à 13:44 :
"L'Etat (actionnaire à 25%), Veolia et Transdev estiment que ce redressement judiciaire, une étape "technique", va permettre à la compagnie à la fois d'annuler les condamnations européennes à rembourser des aides publiques jugées illégales, pour un total supérieur à 400 millions d'euros" ...
Comment envisager une sortie de crise avec un Etat capable de toutes les magouilles pour éviter de payer ce qu'il doit ???
a écrit le 04/11/2014 à 13:37 :
Toute cette histoire n'est qu'une suite de gros mensonges. Depuis des dizaines d'années, les pouvoirs publics on enfoncé cette compagnie faisant porter le sombréro aux syndicats, les manipulant et les instrumentalisant si nécessaire. Dans son entretien à France Info du 3 Novembre, le PDG de l'actionnaire privé, Transdev, fait une terrible impasse. Pourquoi en huit ans (depuis la privatisation) Veolia-Transdev n'a t'il pas mis en place un plan pour muscler la compagnie? Pourquoi ce grand groupe n'a t-il acheté qu'un seul navire? Ce dernier n'est pas un investissement de Transdev, mais de la SNCM. Et aujourd’hui, c'est ce même actionnaire "immobile" qui réclame ses créances -par anticipation- pour arriver au dépôt de bilan. La ficelle est énorme, mais aucun journaux ne s'en étonne. Quelle est la réponse à ces questions? La voici: : le contrat, non écrit, entre l’État actionnaire et Veolia n'a jamais été de donner une seconde vie à la SNCM, bien au contraire. Transdev a accompagné la compagnie dans sa descente vers la mort. C'était ça le "contrat". On peut prendre le mot au sens mafieux du terme. "Il y a cinq ou six repreneurs potentiels" dit le PDG à la radio. En réalité, il y en aura deux qui sont déjà connus: l'américain Baja Ferries reprend les cars ferries (pour en faire quoi?) et La Méridionale reprend les cargos. Fin de la SNCM et début du monopole de la Corsica Ferries sur Nice et Toulon, avec l'aide du contribuable français.
Pourquoi tout cela? Pour que l'assemblée de Corse récupère une partie de l'argent des subventions afin de muscler son budget et de "le distribuer aux amis" selon certains. Le résultat, final c'est la mort d'une société française et son remplacement par une nébuleuse italo-suisse qui cache ses véritables bilan dans un holding de Genève et qui a tenu -malgré ses pertes- grâce aux subventions des contribuables français. Ces derniers, non informés, ont donc contribué à couler une compagnie française au bénéfice d'une nébuleuse.
Réponse de le 04/11/2014 à 16:17 :
ce que certains peuvent écrire comme inepties sans aucun fondement !!
Vous êtes prêt pour rejoindre les incompétents de Hollande qui continue comme ses prédécesseurs à ruiner la France pour uniquement développer une Nomenklatura politique qui s'engraisse grâce aux taxes et impôts qu'ils nous imposent sans savoir gérer un budget, résorber une dette ou préparer un projet de développement de la France pour les futures générations
a écrit le 04/11/2014 à 11:12 :
Il y a vraiment des kamikazes !

Reprendre la SNCM et sa clique de cégétistes qui ont sabordé le port de Marseille.
a écrit le 04/11/2014 à 10:34 :
Là ou la CGT passe l'emploi trépasse. Le pouvoir de nuisance de ces drôles est hélas sans limite ! Non au financement des syndicats avec des fonds publics, c'est le seul moyen de contenir les dégats qu'ils peuvent commettre depuis tant d'année..... et çà continue
a écrit le 04/11/2014 à 10:12 :
Elle en a coulé des boites la CGT. Certains se souviennent peut être du commencement avec les montres LIP.
Réponse de le 04/11/2014 à 11:01 :
Tant que les français n'auront pas compris, ça continuera...
a écrit le 04/11/2014 à 10:09 :
Les mêmes causes produisant les mêmes effets si ils gardent le même personnel et leurs représentants la prochaine étape sera le rachat des bateaux pour quelques euros.
a écrit le 03/11/2014 à 21:40 :
Qui osera encore dire que les syndicalistes et les syndicats sont bons pour l'entreprise? On voit ici la limite de ces nuisibles dans les entreprises...
a écrit le 03/11/2014 à 20:52 :
Personne ne pleurera, surtout pas les milliers de personnes qu ils prenaient en otage au moment des périodes de vacances....
a écrit le 03/11/2014 à 20:47 :
partout ou la CGT est majoritaire, le déclin a été au RDV...chercher l'erreur!
Réponse de le 03/11/2014 à 22:21 :
Il n'y a justement aucune erreur, les métastases font la même chose, elles tuent leur hôte.
a écrit le 03/11/2014 à 20:31 :
Moi m'en tape.
Moi sais pas où sa y'en a être le Corse.
a écrit le 03/11/2014 à 20:31 :
enfin...
il était temps.
a écrit le 03/11/2014 à 20:11 :
Que voulez vous, c'est la force de la nature, des choses qui arrivent. La mort pour les uns signifie la survie pour d'autres. C'est comme dans la jungle, les zèbres, les crocodiles... Que peut -on y faire ?
a écrit le 03/11/2014 à 20:07 :
Le bon sens a fini par triompher.
a écrit le 03/11/2014 à 20:06 :
C'est pas trop tot
a écrit le 03/11/2014 à 20:05 :
champagne!
et pour une societe ' chroniquement deficitaire', il n'y a aucun avenir quand le probleme c'est le syndicat d'extreme gauche qui y fait la loi!
re champagne donc pour ceux qui vont pointer chez Paul ( emploi)
a écrit le 03/11/2014 à 19:22 :
Champagne !
a écrit le 03/11/2014 à 19:21 :
mais une victoire pour la CGT et Sud ces groupuscules, ils ont enfin réussi leur opération "couler SNCM", opération réussie, espérant la liquidation judiciaire à brève échéance. Encore UNE VICTOIRE des socialos de la CGT. PTDR LOL à l'infini....
a écrit le 03/11/2014 à 19:08 :
Il était temps!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :