Autolib, VTC, vélos en libre service.. qui sont les utilisateurs ?

 |   |  697  mots
L'autolib, une pratique de citadin "bobo" ?
L'autolib, une pratique de citadin "bobo" ? (Crédits : Reuters)
Selon une étude sur les nouveux comportements des Français en matière de mobilité, les utilisateurs de ces nouveaux moyens de transports vivent le plus souvent à Paris ou dans les grandes villes, sont des CSP+ et ont moins de 35 ans.

L'histoire se passe l'été dernier dans une ville de 50.000 habitants du sud de la France. Un couple de quadras parisiens, deux jeunes enfants, explique à un couple de notables locaux qu'ils ont vendu leur voiture il y a un an et utilisent depuis Autolib. Réponse de l'auditoire médusé. «C'est génial mais on ne peut le faire qu'à Paris.»

Tout est dit. Voitures et vélos en libre service, voitures de tourisme avec chauffeur...voire la marche à pieds, ces nouvelles formes de mobilités se pratiquent davantage à Paris et à un degré moindre dans les grandes agglomérations de plus de 100.000 habitants. Dans le reste du territoire, la voiture individuelle reste prépondérante, a révélé sans surprise jeudi dernier une étude de l'Observatoire des mobilités émergentes présentée par L'Obsoco (observatoire et consommation) et Chronos, pour qui «l'écart se creuse entre Paris et le reste de la France en termes de mobilités émergentes».

L'autopartage : 5% des Français, 20% de Parisiens

Si 5% des Français ont recours à l'autopartage (système style autolib ou mis en place par des associations), le taux de pénétration grimpe à 11% en région parisienne et à 20% dans Paris intra-muros selon cette étude basée sur un sondage réalisé en ligne par Opinion-Way auprès de 4.011 personnes. Bien qu'ils apparaissent exagérés dans la mesure où seules Paris, Lyon, Bordeaux et Lille ou encore Grenoble disposent de ce type de services, ces chiffres traduisent néanmoins l'écart entre Paris et le reste du territoire. Avec un taux de pénétration de 7%, les VTC sont eux aussi essentiellement l'apanage des Parisiens. Le vélo aussi, ainsi que dans les grandes villes. Idem pour la marche à pieds. Le covoiturage fait figure d'exception puisqu'il est pour l'heure répandu sur l'ensemble du territoire et concerne essentiellement la grande distance. La SNCF entend développer ce service sur la courte distance avec Idvroom, notamment en Île-de-France.

CSP+ et moins de 35 ans surreprésentés

Quel est le profil de ces adeptes de ces mobilités émergentes ? «Les CSP+ et les moins de 35 ans sont surreprésentés. Ils habitent dans les grandes agglomérations, surtout dans Paris intra-muros, explique Philippe Moati, professeur d'économie à l'Université Paris Diderot et cofondateur de l'Obsoco. Côté appartenance politique, on les trouve plus chez les Ecologistes, la gauche et l'extrême gauche mais aussi le centre que dans les rangs de la droite ou de l'extrême droite, où ils sont quasiment inexistants. Enfin, parmi leurs motivations, il y a ceux qui affichent «des valeurs altruistes » et ceux qui cherchent à faire des économies. «Il y a aussi la capacité des gens à maîtriser ces nouveaux usages», précise Bruno Marzloff, directeur de Chronos, sociologue et prospectiviste. Autrement dit à s'approprier les outils digitaux qui les accompagnent.

Des usages qui peuvent s'étendre au reste du territoire?


Et de poser la problématique pour les années futures.

«Pourra-t-on retrouver la même intensité d'offre à Paris et dans les grandes agglomérations que dans les autres territoires? (...) Le sens de l'histoire va dans l'intensification de l'usage des biens ».

On en est évidemment très loin aujourd'hui. Car, contrairement au cœur des grandes métropoles où une fracture est perceptible, « rien, pour l'heure, ne semble remettre en cause la suprématie de la voiture individuelle », explique l'Obsoco. Ceci en raison d'un manque d'offres alternatives (tant pour ce qui concerne les mobilités émergentes que pour les transports en commun classiques), aujourd'hui corrélées à la taille de l'agglomération, mais aussi de contraintes moins lourdes qu'à Paris ou dans les grandes villes. En outre, même s'il ralentit un peu, le phénomène de périurbanisation pousse les gens toujours plus loin des centre-villes entraînant avec eux les emplois.

«Les forces qui poussent à une mobilité à l'ancienne sont forts», explique Bruno Marzloff.

La voiture individuelle reste encore très dominante. 96% des Français l'utilisent, dont 63% de manière quotidienne. « Le processus d'abandon de l'automobile, quand il est envisagé, est lent et progressif (..).81% des Français préfèrent la possession d'une voiture à une formule d'autopartage, de location longue durée... contre 40% à Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2015 à 12:57 :
Il est si facile de duper le peuple par des affiches et des stats tronquées : les auto/velo - "LIB", sont une belle arnaque crypto communiste pour :

- masquer l'incapacité et la non volonté politique d'émanciper chacun par la libre propriété , choix, entretien et jouissance de son bien
- marchandiser et émarger sur le collectif irresponsable décérébré (dont on connaît le destin décadent et funeste) plutôt que sur l'individu responsable et concerné.

De fait : ce ne sont pas les résidents sédentaires locaux qui en profitent mais les touristes et les transitaires de passage, subventionnés par les premiers triplement grugés.

Bref;le chiffon rouge velotolib, c'est l'arbre de noel qui cache la misère de la forêt du désert infrastructurel inadapté. Poutine qu'il est bling mon hlm...
a écrit le 10/12/2014 à 18:05 :
Attendre Oto-Lib? Depuis plus de 30ans j'ai une carte loueur auto car après 2 enlèvements de mon véhicule direction la fourrière l'évaluation du budget consacré à la détention d'une auto est vite faite. La différence m'a permis d'avoir un bel appartement. A lire l'article on pourrait croire que ceux qui ont des moyens préfèrent la propriété au partage mais du même coup ces mêmes fortunés financent Vélib et Autolib par leurs impôts sans en ressentir l'utilité.
a écrit le 10/12/2014 à 12:34 :
est-ce que ce service est rentable? sinon la collectivité paye pour les CSP + bon exemple de solidarité sociale! L'écologie vecteur des injustices sociales! il ne faudra pas s'étonner de la montée du FN dans les classes populaires. L'écologie percera le jour ou elle sera juste et pas seulement destinée aux bobos comme actuellement!
Réponse de le 11/12/2014 à 0:39 :
Pour l'instant, et c’est le contrat, les pertes sont encaissées par l'opérateur d’Autolib (Bollore). Ce dernier annonce que le service deviendra rentable à terme.

Il faut arrêter de toujours caricaturer l'écologie ou d’expliquer la montée du FN sous n’importe quel prétexte !
a écrit le 10/12/2014 à 11:34 :
Il y a déjà pas mal d'années la ville de la Rochelle était pionnière sur ce type de transport (vélo) quel en est le bilan après toutes ces années?
a écrit le 10/12/2014 à 9:46 :
"Les forces qui poussent à une mobilité à l'ancienne sont forts" , on a compris que le ringard c est l automobiliste ! bravo belle impartialité
a écrit le 10/12/2014 à 8:47 :
"Un couple de quadras parisiens, deux jeunes enfants, explique à un couple de notables locaux qu'ils ont vendu leur voiture il y a un an et utilisent depuis Autolib"....
a écrit le 10/12/2014 à 8:37 :
Les utilisateurs se trouvent en Afrique!: on y trouve en effet beaucoup de vélibs....
a écrit le 10/12/2014 à 8:06 :
"vélos en libre service.. qui sont les utilisateurs ?"

On trouve trop souvent, parmi eux, des voleurs et des vandales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :