Ce que la SNCF prévoit de perdre face aux autocars

 |   |  497  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon une première estimation réalisée en interne à la SNCF, la concurrence des autocars prévue dans le projet de loi Macron entraînerait une perte de chiffre d'affaires de 200 millions d'euros pour la SNCF, dont 150 millions pour le TGV et 50 millions pour les trains intercités.

La facture de la concurrence des autocars prévue dans le projet de loi Macron s'annonce salée pour la SNCF. Selon nos informations, une première estimation de l'impact, réalisée il y a peu en interne à la SNCF évalue à 200 millions d'euros la perte de chiffre d'affaires (sur une base annuelle) pour l'entreprise ferroviaire, dont 150 millions d'euros pour le TGV et 50 millions pour les trains intercités. L'impact sur les TER n'était pas encore évalué. Interrogé, la SNCF n'a pas fait de commentaires

Ruée des autocars sur les routes françaises cet été

Aujourd'hui débattue au Sénat, le projet de loi devrait entraîner l'ouverture d'une centaine de nouvelles lignes par autocar dès son entrée en vigueur, probablement en juillet. Les grandes lignes radiales reliant Paris à de grandes métropoles régionales mais aussi les liaisons transversales entre grandes villes régionales sont en effet la cible des opérateurs de bus.
La SNCF estime en effet qu'en raison de la distance minimale fixée par le projet de loi pour pouvoir ouvrir librement une ligne autocar (100 kilomètres pour l'instant, mais un amendement pour relever ce seuil devrait être débattu au Sénat) l'offre de transport en autocar concurrencera 75% des lignes intercités. En Allemagne, où ce seuil a été fixé à 50 kilomètres, la libéralisation des services en autocar a davantage impacté le trafic de deuxième des ICE de la Deutsche Bahn que les trains régionaux. La perte de chiffre d'affaires pour le géant allemand s'est élevée à 120 millions d'euros.

TGV et Intercités mal en point

Concurrencée par le covoiturage et par les compagnies aériennes (Hop Air France se prépare à lancer une nouvelle tarification agressive), la SNCF se serait bien passée de cette nouvelle concurrence pour les TGV et les trains intercités. Pour le TGV, cette nouvelle donne intervient alors que la marge opérationnelle se réduit comme peau de chagrin au fur et à mesure que les péages augmentent. Ces derniers vont encore progresser de 800 millions d'euros entre 2014 et 2020, après une hausse de 800 millions au cours des six dernières années.

Pour Intercités, dont toutes les lignes, à part Paris-Toulouse et Caen-Cherbourg qui tutoient l'équilibre, sont dans le rouge, la perte d'une cinquantaine de millions d'euros de chiffre d'affaires correspondrait à plus de 7% des recettes commerciales. Pour anticiper l'arrivée de la concurrence, SNCF a lancé une grille tarifaire très agressive et innovante avec l'ouverture de tarifs réduits de 50% entre J-5 et J-2 avant le départ.

Création de gares routières pour la Gares & Connexions?

La concurrence autocar fait également cogiter Gares & Connexions, la branche de la SNCF qui porte les projets d'investissement des gares avec les collectivités locales. Selon nos informations, la possibilité de créer des zones d'accueil des bus dans les gares, voire la création de gares routières est à l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2016 à 23:09 :
moi le train c'est fini trop chère pour ma famille et moi même donc c'est covoiturage ou cars les tarifs de la sncf sont tout simplement abuser donc raz le bol de cette entreprise à bonne entendeur
Réponse de le 21/03/2016 à 16:27 :
Fuir le train : SNCF pinailleurs et emmerdeurs .Une fois j'avais pas imprimé ce qui était le billet ,mais le document montrait inconstestablement tel train ,telle date ,telle heure ,telle place.
La capitaine de train m'a laissé monter ,mais j'ai encore été harcelés par 2 emm de controleurs qui me disait que ceci n'était pas un billet..

Vive bus et covoiturage.
a écrit le 02/08/2015 à 23:42 :
Le train serait beaucoup plus compétitif si toute la famille des cheminots n'avait pas tant de facilités de circulation (divorcé d'une cheminote je sais de quoi je parle) avantages très généreux, quasi gratuite du train pour la famille sur quatre générations y compris celle du conjoint. La SNCF va crever au profit du bus, par la faute des syndicats assis sur leurs privilèges d'un autre temps et qui scient eux memes la branche sur laquelle ils sont assis. Conséquence normale et prévisible. Le TGV pour les riches. Blablacar et autobus pour les classes populaires.
Réponse de le 21/03/2016 à 16:33 :
Pour être plus précis : TGV pour des gens qui en grande partie ne paie pas leur billet eux mêmes ,ou ont des reductions ,ou ne le paie jamais (Ministres ,députés ,sénateurs par exemple ). Bus et Blablacar pour le peuple des sans dents.
Une reduction décente du prix du billet pour les familles directes de cheminots OK .Et encore "Moi je" parlant d'égalité et transparence fiscale ,ces AVANTAGES EN NATURE DEVRAIENT ETRE IMPOSES..

Mais que les parents de cheminots beneficient de voyages à prix trés réduits c'est se moquer du monde.
a écrit le 20/03/2015 à 0:00 :
Pour ceux qui disent qu'un autocar rempli à 66% produit moins de CO2 qu'un TER ...cela pourrait être vrai (ce qui reste vraiment à prouver) pour un TER Diesel mais pas pour un TER sur ligne électrifiée !!!
a écrit le 19/03/2015 à 23:48 :
J'ai bien noté que pour les intercités Paris - Toulouse était à l'équilibre (l'Etat est Autorité Organisatrice de Transport). Toutefois dès 2017 la SNCF (sur ordre de l'Etat) envisage le terminus de cette ligne à Brive. Les Régions ne compenseront pas par des TERs ou des intercités à leur charge. Pourquoi ? Ce n'est pas une question de rentabilité de la ligne mais parce qu'il faut rabattre les usagers de cette ligne sur les LGV Bordeaux - Tours et ensuite Bordeaux - Toulouse et Limoges - Poitiers - Paris pour les rentabiliser (ou plutôt pour en limiter le déficit prévu) ... pour ceux qui peuvent payer pour aller vite ... pour les autres ce sera la diligence moderne de la loi Macro(n) : les autocars. Il faut donc s'attendre à une augmentation de la consommation de carburants ... donc production d'encore plus de CO2 et de particules fines. Les autocars à ce jour sont diesel ou au mieux diester ...en aucun cas il ne pourront être labellisés véhicules propres. Alors la transition énergétique dont tout le monde se f... (à lire les commentaires de ce blog) ce n'est pas pour demain !
a écrit le 12/03/2015 à 14:43 :
Bravo la France pour l'absence de gestion long terme du CO2 : le développement et la modernisation du ferroviaire (activité de transport, trains intercité , politique tarifaire attractive et familiale pour les longs trajets, etc...) aurait du permettre d'y répondre. La Micro loi Macron lance des flèches assassines à tous niveaux du modèle français. L'Etat est bien le grand absent dans tout cela et la démocratie mise à l'index. Rendons nous à l'évidence, aujourd'hui, la société où l'on veut nous faire aller n'est pas faite pour l'homme, encore moins pour le bien de l'humanité, mais pour remplir les poches de 1 % d'individus extrêmement riches qui utilisent des jets privés pendant que les autres se saignent pour utiliser des transports polluants. Quel héritage pour la jeune génération !
a écrit le 11/03/2015 à 17:32 :
La SNCF est le premier transporteur de France : ferroviaire, marchandise et voyageurs..
Vous évoquez la perte de chiffre d'affaire du train. N'oubliez pas les filiales de transports de voyageurs de la SNCF, qui sont des acteurs majeurs du transports de voyageurs... Et qui vont se développer !!!
Réponse de le 12/03/2015 à 6:29 :
Arrêtez de rêver, on est en pleine crise, et par miracle, les transports de la SNCF vont se développer ? Le réveil va être difficile.
a écrit le 11/03/2015 à 11:47 :
Si la SNCF perd c'est que 'est moins cher en autocars et que les frondeurs n'avaient pas le portefeuille des Français en tête, quand ils se sont opposés; j'avais cru que c'était leur objectif N°UN. ! ! !
a écrit le 11/03/2015 à 9:52 :
la sncf n'a qu'à se lancer dans l'activité bus au lieu de regarder le monde changer sans rien faire.
si la demande existe pour ce mode de transport, c'est qu'elle est plus adaptée, pour certaines personnes. c'est la concurrence et c'est tres bien.
mais comme d'habitude la sncf est incapable de se dérouiller.
bientôt une grève des cheminots pour protester ?
Réponse de le 11/03/2015 à 13:52 :
Mais que croyez vous qu'elle fait avec Keolis ou idbus? Et d'autres filiales viendront. Nombres de clients utilisent des sociétés qui appartiennent au groupe SNCF ou ses filiales et ne le savent même pas.
Réponse de le 11/03/2015 à 13:54 :
Savez-vous par exemple que Systra, leader mondial dans l'ingénierie appartient à la SNCF, que Calberson, leader européen du transport routier idem...
Réponse de le 11/03/2015 à 14:32 :
Et alors ? Hors sujet. C'est pas ces sociétés qui vont sauver la SNCF de la faillite qui l'attend.
Réponse de le 11/03/2015 à 20:38 :
Sytra ou Keolis sont sous quels statuts? Il me semble qu'on est dans ces structures sous des contrats de droit privé
a écrit le 11/03/2015 à 8:12 :
Bonjour,
C'est un faux sujet. Comme en Allemagne la SNCF va s'adapter en adaptant ses prix à la baisse pour la seconde et en montant très largement en gamme pour la première. Il serait d'ailleurs temps de le faire car les première de la SNCF sont vraiment minimalistes et correspondent plus à de la seconde avec des grands fauteuils. Il va falloir rajouter du service, du calme, du multimédia etc ... . Le deuxième point c'est que tout comme en Allemagne, la SNCF va également avoir son propre service de BUS qui sera sans doute aligné sur les prix de la concurrence avec le confort et le service en plus car disons le tout net eurolines c'est pas cher mais c'est pas du tout confortable ... .
Réponse de le 11/03/2015 à 8:32 :
tout a fait daccord, sauf que je suis plutot satisfait d'eurolines.
En tout cas je leur fait d'avantage confiance cote confort qu'a la SNCF
a écrit le 11/03/2015 à 7:53 :
Depuis des décennies les entreprises publiques ou parapubliques principalement la SNCF l’EDF et RATP sont bloquées par les syndicats pour se réformer et passer du confort des subventions aux réformes de la gestion saine. Je lis souvent que le prix du billet ou du KW n’est pas au niveau du coût réel mais on inverse les données le coût est -il au niveau d’une gestion saine on peut en douter lorsque l’on voit simplement ce que coûte les retraites d’un autre âge de ces entreprises lorsque l’on voit par exemple l’enveloppe, mal gérée d’ailleurs, du CE d’EDF etc etc. Mais il ne faut pas oublier aussi le politique qui a pioché pendant des années bien au-delà des règles établies dans la caisse d’EDF, mais également la subvention aux énergies renouvelable par l’obligation d’achat au prix fort du KW « propre » avec le doute sur la rentabilité exacte de ces énergies et son côté propre dans le long terme . Les syndicats mais également le politique vont devoir prendre leur responsabilité et cesser la magouille dans la gestion. Les dernières grèves à la SNCF ont montré que le citoyen ne suis plus car sous des airs de, je défends le client, se cache est en réalité JE DEFENDS MA RENTE. Ces entreprises sont à bout de souffle le changement obligatoire sera dur car plus on recule plus la gifle est forte mais qui défendra??? une cause corporatiste. La nuisance syndicale étant leur force nous devons accepter de passer des moments difficiles par des grèves mais elles ne feront pas changer le ras le bol de ceux qui subissent les grèves mais également les hausses d’impôts pour la rente de quelques milliers de salariés; La concurrence pour la SNCF sera une bonne chose. L’affaire AREVA encore une boîte d’état montre que nous sommes en dehors des réalités économiques et que le règne des copains coquins est la forme de gouvernance car là aussi j’attends la mise sur le grill de Mme Levergeon et peut-être plus.
Réponse de le 11/03/2015 à 16:17 :
C'est pas vraiment les syndicats ou les retraites qui coutent cher à la SNCF. La réalité, c'est que le train n'est tout simplement pas rentable sans fortes subventions du contribuable. Les routes une fois construites, sont utilisables par tout le monde à cout marginal voisin de zéro. Pourquoi ? Parce que ce sont les consommateurs qui achètent les véhicules et les conduisent eux-mêmes. Pour le train, les wagons appartiennent à l'entreprise et il faut des cheminots pour les faire rouler. Bref, le transport par route sera toujours meilleur marché que le transport par rail. Qui n'est viable que subventionné.
a écrit le 10/03/2015 à 23:44 :
Pour info:
j'ai voyagé de Strasbourg à Paris pour 36€ en autocar EUROLINES - 500km
et aussi de Strasbourg à Nancy pour 26,10€ avec un TER de la SNCF - 150km
Adapté au kilomètre parcouru, les tarifs correspondent : il faut payer environ 80€ à la SNCF pour bénéficier d'un billet PARIS-STRASBOURG;
Qui peut se permettre cet écart en temps de crise? les seniors, les personnes bénéficiant de réductions pouvant aller jusqu'à 70% pour "famille nombreuse"? Certainement pas la majorité de la population qui, une fois tous les impôts payés et après avoir recouvré les frais de la vie courante..., réfléchit à la gestion du budget loisir

Cherchez l'erreur?
C'est à la SNCF d'adapter son offre tarifaire pour rester concurrentielle (et non plus monopolitrice du transport national de voyageur !
C'est un sacré challenge compte tenu des investissements prévus pour développer les LGV
Le point d'équilibre induit un "juste milieu" qu'il serait intéressant de recouvrer
Réponse de le 11/03/2015 à 16:24 :
Ce n'est pas comparable, le bus va mettre 7 heures, il y en a entre 1 et 2 par jour (donc pas très cool sur le choix des horaires), tandis que le train va mettre entre 2h15 et 2h20 avec au moins 15 trains dans la journée.
Réponse de le 11/03/2015 à 19:57 :
Avec juste qu'un train par jour et du retard...
a écrit le 10/03/2015 à 22:58 :
la sécurité ! ! la pollution engendrée.! dubitatif
a écrit le 10/03/2015 à 22:28 :
La concurrence arrive de toutes part vis à vis du rail. Lequel était un transport accessible à tous tarifairement. Vivement que la SNCF finisse en cessation de paiement, et en liquidation judiciaire. C'en sera fini de son Régime Spécial de Retraite, et de la Syndicratie d'Extrème Gauche Communiste : C.G.T et S.U.D Rail qui dirige cette pseudo " entreprise ". Naitra alors une nouvelle Société du Transport par Rail, dont le personnel dépendra du meme Régime Général de Retraite, que toute Entreprise Saine.
Réponse de le 11/03/2015 à 7:28 :
Tous les cheminots que je connais décalent leur départ en retraite depuis la dernière réforme qui impose la décote et l'augmentation du nombre de trimestres nécessaires. Les cheminots ne rentrent plus à la SNCF a 16 ans, d'ici quelques années, plus personne ne sera en mesure de partir avant 62 ans sans subir une forte décote d'autant que le nombre de trimestres nécessaires pour le taux pleins passera à 42 voir 43 années de cotisations. Quant à la concurrence, le fret s'est effondré au profit du transport routier et notamment d'un leader européen nommé Geodis Calberson qui appartient... À la SNCF. Idbus, Keolis, peut être d'autres filiales en préparation, on peut être sur que le groupe va s'engouffrer dans ce nouveau secteur au détriment du rail, c'est comme ça...
Réponse de le 11/03/2015 à 18:28 :
Faux : voir les sites OFFICIELS. 41 ans de durée de cotisation à partir de 2016, et ce 9 ans après la mini-symbolique réformette de 2007. Retraite SNCF calculée sur le dernier Salaire, voir sites OFFICIELS, et non sur les 25 "moins mauvaises années" pour le Régime Général Sécu.
Réponse de le 11/03/2015 à 20:02 :
??? C'est pas du tout en rapport avec ce que Cheminot écrit.
a écrit le 10/03/2015 à 20:42 :
Les trains intercité sont déjà quasiment tous déficitaires et coutent chers aux contribuables : si des bus viennent assurer la desserte et donc le service public sans subvention, la SNCF pourra rationaliser ses lignes sans que le service n'en patisse, et nos impôts s'en sentiront mieux !
a écrit le 10/03/2015 à 17:44 :
beaucoup attendent l'arrivée des autocars car ils n'ont pas les moyens de prendre le tgv avec leur famille , le train autrefois populaire avec le billet de congés payés devenu trop cher pour les familles modestes et pauvres .....la SNCF qui n'est plus au tarif uniqe pour ses lignes avec des prix incompréhensifs .....
Réponse de le 10/03/2015 à 19:17 :
J'approuve totalement vos propos. Tarifs incompréhensibles et élevés.
Réponse de le 10/03/2015 à 20:45 :
Sans doute aussi pour ça qu'il y a de telles cohues pour les stations de neige, trop cher à 4 ou 5 de prendre le train, dommage, les cars locaux sont équipés pour la neige. La voiture à la maison, ça serait plus sûr.
Réponse de le 11/03/2015 à 20:06 :
Peut être, mais quand vous avez des bagages, et que le billet de train pour vous même est plus cher que le trajet en voiture, dès que vous êtes à deux ou trois vous prenez la voiture. Et ça c'est sans compter le prix de l'horodateur car il faut bien aller jusqu'à la gare et on ne loge pas tous en ville.
a écrit le 10/03/2015 à 15:12 :
Le seul aspect qui m'importe : je ne prends plus le train. 3h de plus sur ma ligne intérieure, et plus cher que l'avion. Je disais qle seul aspect qui m'importe : Que La Retraite des Spéciaux, SNCF ET EDF cessent de saigner Le Régime Génétal de Retraite Sécu, à hauteur de 8milliards d'Euros par an. Leur Régime est Spécial et Autonome : qu'ils prennent LEURS mesures de Rééquilibrage en interne, ou intègrent Le Régime Général aux conditions du Régime Général .Age de Départ, Calcul de la retraite sur la base des "25 meilleures" Années, et plus sur le dernier semestre de salaire. Idem pour Les Fonctionnaires, dont les privilèges coutent en plus au budget de l'Etat 13 milliards d'euros par an. Que l'Etat règle les cotisations de ses Fonctionnaires au Régime Général de Sécu, qui leur paiera leur retraite aux conditions GENERALES.
Réponse de le 10/03/2015 à 17:40 :
je suis fonctionnaire avec une retraite modeste ! je ne pouvais pas cotiser sur mes primes et je n'ai pas de retraite dessus sachez le ! contrairement au privé ! les retraites des fonctionnaires ont été réformées , ils ne sont plus des priviligiés sauf les gros ! prenez vous en aux gros plutôt qu'aux autres plus modestes ! à noter que les cheminots n'ont jamais été de "vrais fonctionnaires" peut être des entreprises publiques que Sarko a même protégés ??
Réponse de le 10/03/2015 à 20:47 :
Je n'ai JAMAIS vu le moindre syndicaliste fonctionnaire se plaindre que les primes ne soient pas soumises à charges sociales !!... Soyez donc le premier à le faire !
Et si vous militez pour la suppression des régimes spéciaux, les salariés du privé vous appreront ! Rajoutons le même nombre de jours de carence pour faire bonne mesure !!
Réponse de le 11/03/2015 à 20:09 :
Puis finiront par pleurer de voir que cette mise à légalité nécessite l'augmentation de leurs impôts!
a écrit le 10/03/2015 à 15:04 :
Ce qu'il faut rappeler, c'est que Guillaume Pépy a soutenu la libéralisation des cars, y compris devant le congrès de la profession. C'est tout Pépy, navigation à vue, tout en com, en artifices. Le situation dramatique du train (dette gigantesque, fret en faillite, Intercités et TGV dans la tourmente de la concurrence, complexification de l'accès aux trains quand la concurrence débarque avec des solutions simples, etc.) est autant du à une direction qui a perdu ses repères qu'à l'Etat qui n'a jamais assumé sérieusement sa tutelle.
a écrit le 10/03/2015 à 14:13 :
On a jamais besoin d'attendre très longtemps pour voir les dégâts causées par l'incompétence des Politiques.
Quel est intérêt de l'autocar si ce n'est pas pour subvenir à des liaisons qui ne sont pas ou mal desservies par le train par faute de nombre de passagers suffisant ?
Quel est l'intérêt de cette loi si c'est pour faire travailler des salariés détachés, trop souvent exploités et sur des activités qui génèrent de la pollution alors que la France peine à payer toutes ses amendes concernant le non respect de la législation Européenne ?
Cela revient à ses fondamentaux sur "le travail du dimanche", ce n'est pas l'ouverture de magasins qui vendent des produits fabriqués dans des pays où les droits de l'Homme et la liberté ne sont pas respectés, qui vont faire travailler les français... quels sont ceux qui n'achetaient pas qui vont acheter le dimanche ? Je suis bien curieux.
Réponse de le 10/03/2015 à 15:34 :
Détrompez vous Jérôme, nous avons tout intérêt à la concurrence. Rappelez-vous le boum sur le téléphone lorsque le monopole a été supprimé ? Regrettez-vous cette époque ?
Réponse de le 10/03/2015 à 20:49 :
Concurrence oui, mais intramode !
La concurrence n'est toujours pas ouverte sur le chemin de fer, ce n'est certainement pas le moment d'ouvrir une concurrence sur le mode concurrent (qui est loin d'avoir les mêmes contraintes !)
a écrit le 10/03/2015 à 13:34 :
Il est évident que SNCF EPIC va voir son chiffre d'affaire impacté par la loi Macron. Concernant le groupe SNCF (Calberson, Systra, Keolis, idbus...), ce sera beaucoup plus profitable. Certaines filiales au développement déjà conséquent vont même voir leur chiffre d'affaires progresser fortement. La SNCF, ce n'est plus que le train...
Réponse de le 10/03/2015 à 15:41 :
Vous pensez que les clients sont assez stupides pour faire confiance à la SNCF ? Vous nous avez pris en otage pour le transport ferroviaire au quotidien, vous ne nous référez pas le coup avec le co voiturage ou les autocars :)
Réponse de le 10/03/2015 à 19:43 :
@gragol: vous ne le savez pas mais des millions de français utilisent ou font appel à des sociétés qui n'en portent pas le nom mais qui appartiennent au groupe SNCF.
Réponse de le 11/03/2015 à 5:57 :
@Cheminot, et pourquoi pas des milliards de français pendant que vous y etes ? A part en région parisienne où y a la ratp, et c'est pas pareil que la sncf. Et puis la sncf va disparaitre, c'est une évidence. Les prix trop chers, grèves ...
a écrit le 10/03/2015 à 13:01 :
Si on met une heure pour aller de X à Y à 120 euros, sans carte étudiant, vermeil, autre, et que si c'est quatre heures, à 60 euros, il faut être pressé pour monter dans une merveille de technologie et payer cher. Dommage que le TGV remplace tout, et qu'il n'y ait plus le choix du moins cher plus lent (avec un aiguillage afin que le TGV double le train lent :-) ).
Réponse de le 10/03/2015 à 20:57 :
C'est que votre "valeur temps" (à combien vous valorisez une heure de temps gagné) horaire est inférieure à 30€...
Ça dépend de beaucoup de chose, un étudiant, un retraité, ne la valorisera pas de la même façon qu'un professionnel.
De la même façon, cela dépendra de ce que l'heure de voyage permettra de réaliser (travailler à bord d'un train permet de valoriser cette heure autrement que le même voyage enchainant les temps d'indisponibilité de l'avion, ou la conduite d'une voiture)

Bref à 30€ l'heure, le choix n'est pas si évident que vous ne le présentez.
a écrit le 10/03/2015 à 12:10 :
L'analyse économique qui a nécessairement (?) été réalisée préalablement à l'adoption de la loi Macron libéralisant la route au détriment du rail intègre t elle un chiffrage du coût pour l'environnement d'un développement du trafic par autocars ?
Réponse de le 10/03/2015 à 14:07 :
Poser la question, c’est y répondre. La réponse est NON bien entendu. Vous avez entendu Hollande à la télé de toutes façons : le bus est plus écologique que le train d’après lui. Point. Fin de la discussion.
a écrit le 10/03/2015 à 11:55 :
si on peut remplacer des lignes subventionnées en train, par des lignes non subventionnées en bus, ça fera pas de mal à nos impôts !!!
a écrit le 10/03/2015 à 11:50 :
Contrairement à l'ouverture de certains magasins le dimanche, qui sont préjudiciables au petit commerce, sans que le chiffre d'affaires global augmente de façon significative, l'ouverture à la concurrence des transports est une excellente mesure. Les tracés des trajets de la SNCF, les objectifs fixés, étaient fixés par des technocrates pour des technocrates, des eurocrates et des hommes d'affaires uniquement. Trop de villes moyennes entre Paris et les frontières de l'hexagone ont été délaissées; aux dépens des économies régionales; il faut faire des détours pour aller à des villes moyennes. A quoi cela peut bien servir d'avoir des trains rapides, et peu confortables,avec des services de restauration déplorables, qui font honte à la réputation de la gastronomie française, si pour faire 100 kilomètres il faut en faire 150 ou 200 kilomètres, parce que les tgv ne s'arrêtent pas avant d'avoir fait 150 ou 200 kilomètres, voire 500 kilomètres!
a écrit le 10/03/2015 à 11:47 :
De toute façon tout ce qui est géré par l'état et le syndicat (CGT) ne fonctionnera jamais cela fait des décennies que c'est comme ça.
Bonne chance
a écrit le 10/03/2015 à 11:41 :
Qui osera, un jour, faire la liste des entreprises démolies et des centaines de milliers d'emplois détruits par les syndicats ?
Ceux-ci, par leur capacité de nuisance, ne font que défendre et amplifier des avantages qui sont souvent déjà exorbitants.
Et ils empêchent toutes possibilités d'adaptation des entreprises!
Aussi bien dans le public que dans le privé!
Pour les uns,nos impôts compensent, pour les autres, c'est la fuite vers l'étranger ou la clef sous la porte!
a écrit le 10/03/2015 à 11:21 :
Ça va être la curée du rail avec les cars, les 2000km de lignes fret à bout de souffle, le non désendettement du réseau comme en Allemagne...
a écrit le 10/03/2015 à 11:16 :
voyager en train en famille coûte plus cher en qu'en voiture !
a écrit le 10/03/2015 à 11:10 :
quel est le rapport poids entre poids à vide et charge utile ? idem pour les voitures ! Je ne suis pas spécialement écolo .... mais ce sont des questions à se posées ! ps: je roule en smart 500 kg à vide !
Réponse de le 10/03/2015 à 21:01 :
Et le frottement vous l'oubliez ?

C'est pourtant fondamentale dans l'approche ferroviaire. Le frottement d'une roue sur le rail est bien moindre qu'un pneu sur le bitume. Il faut juste rentabiliser la mise en mouvement.
a écrit le 10/03/2015 à 11:10 :
Combien de passagers qui ne prenaient pas le trains monteront dans un car ? Ça ne leur porte pas préjudice (pas les moyens) mais c'est à considérer aussi.
Il y a une base de voyageurs train qui sont au titre de leur profession (payé par l'employeur, on avait 1ère classe d'office) mais ça fait quelle proportion des recettes de la SNCF ?
a écrit le 10/03/2015 à 9:51 :
La SNCF est condamnée à moyen terme. Les clients qui subissent quotidiennement les retards, suppressions et grèves, ne peuvent envisager un seul instant utiliser la SNCF pour partir en vacances. Les quelques fous qui utilisent encore les trains en période estivale, prient qu'un mouvement de grève ne soit pas décrété pour le jour de départ (comme c'est souvent le cas) et le cas échéant n'envisagent plus d'avoir recourt à la SNCF. Il suffit de développer un tout petit peu la concurence en la matière pour que la SNCF tombe en faillite. Ce n'est qu'une question de temps.
a écrit le 10/03/2015 à 9:16 :
Je ne vais pas pleurer sur la SNCF, cependant le transport tout routier déjà saturé avec les voitures et surtout les camions va sursaturer avec l'arrivée des autobus. Les villes seront un peu plus asphyxiées et toujours plus encombrées. Pourtant le transport ferroviaire est l'avenir du transport, mais il faut lui en donner les moyens.
Est-t-il normal que les camions et bus utilisent quasi gratuitement le réseau routier, alors que la sncf doit payer rff pour l'utilisation et l'entretien des voies? Il y a la une distorsion de concurrence.
Réponse de le 10/03/2015 à 20:59 :
... les villes sont saturées...mais la SNCF/RATP sont incapables de desservir correctement et sécuritairement Orly et CDG : il faut prendre les bus Air France !
Quand à dire que les bus utilisent gratuitement le réseau routier alors que la SNCF paye RFF, c'est incomplet ! A combien est taxé l'énergie utilisée par le train ? Parce que le carburant, c'est 80% de taxes !! ... et les péages autoroutiers, c'est pas offerts non plus ! Sans oublier les taxes sur essieux !! Au final, qui est subventionné ? Certainement pas l'autocariste !!
a écrit le 10/03/2015 à 8:46 :
Bah ! Une petite taxe bien sentie permettra de rééquilibrer les prix! On dira que c'est pour la " justice sociale"!
a écrit le 10/03/2015 à 8:20 :
Les chiffres d'estimation sont incomplets, pour faire pleurer dans les chaumières pour les pôvres cheminots injustement concurrencés !!!
-combien va gagner la filiales "Gares & Connexions" pour la mise en place de gare routière dans des lieux où, de toutes façons, le train ne serait jamais compétitif ?
- combien des ouvertures de lignes seront faites par Keolis ou IDbus, deux filiales autocaristes de la SNCF ??
Les chiffres seront loins d'être aussi négatifs qu'annoncés : ce n'est que du lobbying !
Par ailleurs, je remarque que de toutes façons, les lignes intercités, à de rares exceptions près, sont toutes DÉJÀ dans le rouge : on pourra donc cesser de les subventionner pour les remplacer par des lignes autocars autofinancés, et ainsi maintenir voire accroitre une desserte en terme de transport ...
Réponse de le 10/03/2015 à 10:29 :
+1
a écrit le 10/03/2015 à 8:16 :
La sncf a tiré le fil jusqu'à le casser : les prix élevés, les grèves, les retards,etc. Il reste peu d'espoir de voir la sncf survivre à tout cela.
a écrit le 10/03/2015 à 7:35 :
la sncf est bien trop chere,mais maintenant avec bla bla car la concurence est là le meme voyage plus rapide au quart du prix ....
Réponse de le 14/03/2015 à 19:02 :
Moins cher, oui. Plus rapide, faut pas exagérer. La route est soumise au trafic, pas le rail. Et puis bientôt, l'état demandera à ce que l'argent récolté par le covoiturage payant soit imposable, c'est la prochaine étape, la SNCF, qui est aussi l'état, aura tous les fichiers pour vérifier si cet argent gagné est bien sur le feuille d'impôt . Et je vous rappelle aussi que blablacar est une filiale de la SNCF..
a écrit le 10/03/2015 à 7:25 :
Le train devrait être un des moyens de transport le moins cher ( on peut quand même mettre 1000 voyageurs avec 1 seul chauffeur ) et c est le plus cher en France .....
Plus cher que l avion
Plus cher que la voiture ( c est écologique ça )
Et bien sur bientôt plus cher que le bus
Magouilles magouilles
Réponse de le 10/03/2015 à 8:25 :
Si l'investissement est disproportionné par rapport aux besoins, il devient impossible à amortir !
Si on met un train de 1000 places sur une ligne "Chambéry-Bordeaux", je ne suis pas sur du taux de remplissage !! UN bus de 45 à 50 places, c'est quand même plus facile à remplir !! (et l'investissement n'est pas le même !)
Réponse de le 10/03/2015 à 11:00 :
coquin
il faut bien plus qu un conducteur pour faire circuler un train
vous oubliez
le controleur
le guichetier
l aiguilleur
l agent des voies
l agent des catenaires
l agent de maintenance du train
l agent de nettoyage du train
et tous les services qui vont avec .
reflechissez un peu plus la prochaine fois que vous ecrivez...
Réponse de le 10/03/2015 à 11:40 :
Le train pourrait être moins cher (exploitation, entretien) mais le transport par car ou camion ne paye pas directement et complètement l'entretien des infrastructures: RIP l'écotaxe...
Réponse de le 11/03/2015 à 10:51 :
...et bien sur, la SNCF paie le cout de son énergie y compris celui des traitements des déchets nucléaires engendrés !! Et son énergie est AUSSI taxé que le carburant routier !!! Faut comparer TOUS les éléments...
Réponse de le 11/03/2015 à 13:57 :
Et alors comment font les autres pays pour avoir un train moins cher et avec moins d'agents ? C'est comme dire y a plein de fonctionnaires en France c'est normal , car y en a trois qui tiennent l'échelle et un qui change l'ampoule ? Faut arreter un moment de prendre les Français pour des vaches à lait...et après ça s'étonne que les gens votent FN.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :