Air France dénonce la "concurrence inéquitable" du TGV sur Paris-Bordeaux

 |   |  611  mots
(Crédits : © Philippe Laurenson / Reuters)
Ce lundi, à Bordeaux, le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, a dénoncé la différence entre les charges d'infrastructures payées par le transport ferroviaire et le transport aérien. Malgré la réduction du temps de parcours du TGV entre Paris et Bordeaux en juillet 2017, Air France entend maintenir sa navette.

Alors que le débat sur les distorsions de concurrence se focalisait ces dernières années sur les compagnies du Golfe et certaines compagnies low-cost, Air France n'oublie pas néanmoins la SNCF.

Paris-Bordeaux en 2h05

A sept mois de l'ouverture de la ligne à grande vitesse (LGV) LGV SEA (Sud-Est Atlantique) qui permettra de réduire de plus d'une heure le temps de parcours en train entre Paris et Bordeaux pour le ramener à 2h10, une conférence de presse à l'aéroport de Bordeaux pour fêter les 20 ans de la Navette a été l'occasion pour Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France et Président d'Air France, de dénoncer les subventions dont bénéficie le mode ferroviaire, comme l'avait fait il y a une dizaine d'années le PDG de l'époque Jean-Cyril Spinetta. Jean-Marc Janaillac n'a pas eu à se forcer. Il dénonçait déjà les avantages dont bénéficie la société ferroviaire publique quand il était à la tête du groupe de transports publics Transdev.

« Le coût de cette LGV s'élève à 7,8 milliards d'euros, dont la  moitié est subventionnée par l'Etat et les collectivités locales, sans parler de la contribution de SNCF Réseau. Cette subvention représente, selon nous, une aide de 20 euros par voyageur pour les 25 prochaines années. Il y a donc une grande différence avec Air France et l'ensemble du transport aérien qui financent l'intégralité de ses charges d'infrastructures », a déclaré le président d'Air France.

La SNCF a de son côté maintes fois indiqué que cette ligne serait structurellement déficitaire en raison du niveau élevé des péages.

Pertes de trafic

La réduction du temps de parcours entre Paris et Bordeaux en juillet 2017 risque de faire très mal à Air France qui, avec 20 vols par jour (16 à Orly, 4 à Roissy) détient aujourd'hui, selon certaines sources, un tiers du marché sur cet axe avec près d'un million de passagers. Pour rappel, le passage sous les deux heures du TGV entre Paris et Strasbourg a contraint Air France à fermer ses vols.

« Sur toutes les destinations sur lesquelles le TGV a été lancé, il y a eu un impact défavorable pour le trafic aérien. Nous adapterons l'offre en fonction de l'évolution de la demande mais nous mettrons tout en œuvre pour cet effet soit le plus limité possible. A Roissy, nous ne prévoyons pas d'impact qui nous pousserait à modifier notre offre », a expliqué Jean-Marc Janaillac.

Des exemples rassurants

Mais, si la SNCF fanfaronnait il y a un an en disant qu'elle raflerait la totalité du marché aérien une fois que la LGV serait opérationnelle, Air France entend donc bien maintenir son service de navette, lequel repose au minimum sur dix vols par jour. Pour Pascal Personne, le président du directoire et directeur de l'aéroport de Bordeaux Mérignac, le choix de Bordeaux pour fêter l'anniversaire de la Navette constitue un « signal très fort » de la volonté d'Air France de résister.

"Malgré ces difficultés liées à des différences de conditions de concurrence, nous sommes disposés à nous battre car nous avons des atouts », a ajouté Jean-Marc Janaillac, en mettant en avant non seulement la fréquence des vols (toutes les demi-heures ou heures en heures de pointe), mais aussi « l'accessibilité » des tarifs, la flexibilité des horaires, ou encore la « fluidité » du parcours aéroportuaire...  « Il n'y a pas de fatalité », a-t-il ajouté en citant les exemples des lignes Orly-Nantes, Orly-Lyon ou Orly-Montpellier.

La prochaine étape de la bataille bordelaise se jouera l'an prochain avec la publication des tarifs TGV.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2016 à 21:01 :
Dans le cadre de l'engagement de la France pour lutter contre le réchauffement climatique, il est tout à fait logique de privilégier le TGV à l'avion.
a écrit le 29/11/2016 à 20:36 :
Car la construction des aéroports n'a sans doute jamais été subventionnée par qui que ce soit évidemment...

Tout comme NDDL (s'il se fait un jour) ne sera payé que par les taxes aéroportuaires bien sûr
a écrit le 29/11/2016 à 18:41 :
La vrai concurence , c'est le temps de trajet ...! mais ils ne savent peut etre pas chez Air-France , le temps de trajet pour aller de Paris à Roissy , s'enregistrer , passer les controles et embarquer ...; Bordeaux / Paris ( 590 kms ) , ce sera dans qq mois 2 h.05
Et , au passage ,notez ( en pensant à, l'utopie de N.D.des Landes ) , que Nantes / Paris , c'est 200 kms de moins que Bordeaux ...!
a écrit le 29/11/2016 à 18:39 :
La vrai concurence , c'est le temps de trajet ...! mais ils ne savent peut etre pas chez Air-France , le temps de trajet pour aller de Paris à Roissy , s'enregistrer , passer les controles et embarquer ...; Bordeaux / Paris ( 590 kms ) , ce sera dans qq mois 2 h.05
Et , au passage ,notez ( en pensant à, l'utopie de N.D.des Landes , que Nantes / Paris , c'est 200 kms de moins ...!
a écrit le 29/11/2016 à 17:54 :
Oh mon Dieu, mais ils savent que pleurer et râler ceux la c'est incroyable!
Pendant que les autres compagnies avancent, Air France attends encore un geste de l'état. De vrai assisté, j'espère qu'il se feront racheter par EasyJet ou autre.
a écrit le 29/11/2016 à 17:36 :
et oui chacun son tour !! air France sur les axes ou le tgv n est pas présent ou trop long en heures,font des prix exorbitants !!! continuez air france !!!nous trouvons de plus en plus des solutions
a écrit le 29/11/2016 à 15:53 :
Une concurrence déloyale! que ne faut il pas lire?
les compagnies aériennes ne paient pas de taxe sur le carburant! donc sont elles aussi largement avantagées!
de plus, d'un point de vue écologique, c'est une totale abération de vouloir à tout pris développer l'aérien!
il faudrait faire payer au juste coût du réel impact de l'aviation sur l'évolution du climat, les maladies liées à la pollution et au bruit...
a écrit le 29/11/2016 à 14:42 :
Il veut continuer à polluer tranquille. On le "comprend"...
a écrit le 29/11/2016 à 14:20 :
2 h de transport centre ville à centre ville , il n'y a aucune hésitation à avoir entre le TGV et l'avion ...
a écrit le 29/11/2016 à 13:40 :
Bonjour
Certes Air France n'est plus dans le rouge depuis peu, après plusieurs années en déficit
Il y a des chiffres éloquents : au niveau mondial, le ratio profit / Chiffre d'affaire = 5%
avec des disparités énormes entre compagnies traditionnelles et low-cost
Ryan Air = 19%
easyJet = 15%
Lufthansa = 5,3%
Fedex = 3,6%
Air France = 3,1 %
Avec ces chiffres, on peut deviner qui seront les gagnants et les perdants
a écrit le 29/11/2016 à 13:23 :
Alors que notre dépendance au pétrole est toujours aussi remarquable , alors que le changement climatique marque un peu plus son empreinte , voici revenir ce sempiternel refrain de "concurrence déloyale" entre rail et aérien !
Rappelons que le kérosène ne supporte AUCUNE TAXE (convention de Chicago datant quand même de 1947) alors que ce produit est importé à 100% de pays producteurs y compris totalitaires !
Certes l'infrastructure ferroviaire a un coût mais rappelons qu'elle appartient à la nation et non à un transporteur lambda combien même il est public comme SNCF ( pour l'instant...).
Est-il besoin de rappeler que sur le prix d'un billet TGV , environ 1/3 est prélevé au titre de la redevance d'infrastructure (quelques exemples : plus de 5000€ pour un Paris/Lille , plus de 15 000€ pour un Marseille/Lille ,...) afin de couvrir les frais de construction et d'exploitation.Donc il n'y a pas de "gratuité" concernant infrastructure mais un lien marchand entre SNCF Mobilités et SNCF Réseau.
S'évertuer à défendre l'intérêt d'une relation aérienne sur une distance d'environ 500 km constitue un non sens économique mais aussi écologique à l'instar de celles et celui qui prennent la voiture pour faire 1 km !
Nous sommes arrivés aux limites physiques d'un système basé sur l'insouciance énergétique et le pragmatisme doit l'emporter.
L'avion a évidemment un bel avenir mais il doit s'adapter à son contexte dans un contexte inévitable de raréfaction des ressources ...
http://petrole.blog.lemonde.fr/2016/11/16/le-moment-de-verite-12/
Réponse de le 01/12/2016 à 18:48 :
Oui , en Europe il n'y a pas de taxe sur le kérosène (sauf peut-être en Hollande) mais aux Usa il existe une taxe sur le kérosène pour les liaisons intérieures. La SNCF, elle supporte une taxe sur l'électricité consommé par ces TGV. Elle n'est pas là, la distorsion de concurrence?.
Sans parler que le transport aérien produit des gaz à effet de serre, donc développer ou maintenir l'avion sur les distances courtes, est complètement contraire à l'accord de la COP21.
Pour le TGV, l'idéal ce serait que l'électricité consommée par les TGV, soit de l'électricité d'origine renouvelable, pour le moment elle est d'origine nucléaire.Selon l'Ademe, si l'on fait les investissements nécessaires rapidement , dans le renouvelable, on pourrait avoir 100% d'électricité verte en 2050!. Mais, il faut avoir la volonté politique de le faire et passer outre les pressions des lobbies pétrolier et nucléaire.
a écrit le 29/11/2016 à 10:27 :
Monsieur Janaillac oublie de préciser que le kérosène d'aviation n'est pas du tout taxé (TIPP ou TVA ou autres), ce qui constitue une distorsion encore bien plus importante !!
Réponse de le 29/11/2016 à 11:32 :
Merci pour cette info! Le principe du pollueur subventionné en gros... wow!
a écrit le 29/11/2016 à 10:10 :
A force de se prendre pour la SNCF des airs, AF récolte ce qu'elle sème. Après toutes ces années de monopôle sur le marché intérieur, finir dans le rouge, fallait vraiment le faire. Cela fait au moins 30 ans que le TGV (et maintenant d'autres cies ou le covoiturage ou les bus) lui fait de la concurrence, c'est seulement maintenant qu'ils s'aperçoivent qu'ils sont à côté de la plaque avec leurs tarifs délirants ? Et elle n'est pas au bout de ses peines, avec les French blue, Easyjet, Norwegian et consorts qui vont l'achever en moins de deux. Et ça m'étonnerait vraiment que les passagers fassent des pieds et des mains pour continuer de voler avec. Arrogance quand tu nous tiens !
Réponse de le 29/11/2016 à 12:04 :
Excellente analyse, très réaliste !
Réponse de le 29/11/2016 à 12:28 :
1- Air France n'est pas dans le rouge si on se fie aux articles de la tribune...

2- Comme vous le dites AF est en concurrence avec le tgv sur de nombreux axes et soutient cette concurrence , c'est donc que les prix ne sont aussi délirants que cela....

3- Comparer AF avec , une compagnie dom tom qui bénéficie d'avantages fiscaux , une compagnie anglaise qui surfe ( en toute légalité) sur les nombreux paradis fiscaux présents en GB , et une compagnie norvégienne qui emploie ses personnels avec des contrats singapouriens, c'est faire preuve de naïveté économique ....

Fuir les charges sociales et les taxes semble être la seule pratique économiquement valable par les temps qui courent....

Reste à savoir si, il est bon pour notre avenir commun de consommer de tels produits ...

Qu'a à voir l'arrogance dans tout cela ...?

Naïveté quand tu nous tient.....
Réponse de le 29/11/2016 à 14:37 :
Roger, vous êtes très certainement un CDB de chez AF, bien planqué au chaud, ultra rémunéré (champions d'UE entière à ce sujet). La concurrence elle est ce qu'elle est, vous n'allez rien y changer et moi non plus. Dire "les autres sont des méchants" et ne rien changer à ses tonnes de mauvaises habitudes (impossibilité de virer un pilote comme l'OPL du AF 358 par exemple...), c'est trop facile. Les chiffres de la tribune justement ont largement pointé le fait qu'en dehors de la baisse du pétrole (terminée en ce moment d'ailleurs), rien ne permet de sauver AF en l'état. Votre réaction est très immature, la critique c'est bien, la remise en cause de soi c'est mieux. C'est comme ça qu'on progresse. Ce n'est pas un miracle si vous avez un des plus faibles rendements par employés dans toute l'UE sur l'aérien. Vous vous comportez exactement comme les employés d'Olympic Airways (ça vous parle ?).

Et cessez de nous refourguer des vols intérieurs à des prix équivalents à ceux d'un CDG-NYC sur Norwegian, ou d'un CDG-ATH sur Aegean, ce sera un bon début. Et vous êtes mal renseigné en plus concernant Norwegian, ce sont des contrats Thailandais pour PNC, et français pour les pilotes (oui, oui).
Réponse de le 29/11/2016 à 18:47 :
..." à force de se prendre pou la SNCF " ...ils vont ...eux aussi ...finir dans la décharge publique ; quant à ...Roger Wilco , manifestement , il n'a pas du souvent voyager sur Air-france .
Réponse de le 30/11/2016 à 0:38 :
Très cher JUL , dépeindre un environnement concurrentiel n'est pas immature c'est du réalisme.... Que l'essentiel des montages financiers de compagnies aériennes non " legacy" soit basé sur une optimisation fiscale à laquelle ces dernières ne peuvent recourir est un fait que vous le vouliez ou non. C'est donc une profonde distorsion de concurrence .

Pour çe qui est des bénéfices d'air France ( vous admettez donc qu'ils existent...) ils sont le fruit d'une combinaison de facteurs dont fait partie la baisse du prix du pétrole qui est compensée en grande partie par la baisse du prix de billets.... Eh oui les prix des billets baissent ...

En ce qui concerne les navigants leur " faible rendement" est en fait limité par la réglementation qui interdit de voler au delà d'un certain seuil pour des raisons de fatigue , çe qui ne risque pas de vous arriver "bien au chaud dans votre bureau"

En ce qui concerne les rémunérations la direction de lufthansa annonce aujourd'hui que les salaires de leur pilotes sont supérieur de 15 pour-cent à ceux d'air France et qu'ils sont moins payés que ceux de KLM....
Qui croire ?

Comparer un billet plein tarif intra France avec billet économique c'est faire la preuve d'une grande méconnaissance des structures tarifaires qui sont adaptées à l'offre et la demande ....

Personne ne vous oblige à acheter quoi que ce soit , un prix correspond à ce que chacun est prêt à payer pour un service . Re fourguer me paraît un terme inadapté et démontre le parti pris de vos propos qui sont pour le moins curieux sur certains point que vous évoquez....

Affirmer que les pilotes de norwegian ont un contrat français est amusant . Je doute fort qu'ils soient tous dans ce cas .... Demandez leur....

Alors de grâce pas de jérémiades et regardez les choses en face , vous ferez preuve d'un peu de maturité...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :