Air France : le SNPL reprend les négociations avec trois objectifs

 |   |  535  mots
(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le conseil du SNPL a mandaté ce jeudi le bureau du syndicat pour négocier le plan Perform avec le triple objectif de maintenir l'emploi pilote, contribuer à l'amélioration de la performance d'Air France et d'obtenir l'assurance de la mise en place par l'Etat d'un environnement juste et équilibré.

Plus d'une semaine après l'échec des négociations avec la direction sur la définition de mesures de productivité  qui a conduit la compagnie à lancer un plan de restructuration alternatif basé (le fameux plan B) sur une réduction de voilure d'Air France et la suppressions de 2.900 postes, le conseil du SNPL a, ce jeudi, mandaté son bureau (l'exécutif du syndicat) pour «négocier le plan Perform" avec un triple objectif : "maintenir l'emploi pilotes » alors que la direction a prévu 300 départs, "contribuer à l'amélioration de l'efficacité économique de l'entreprise au travers des efforts des pilotes" et "obtenir l'assurance des autorités de mettre en place un environnement économique juste et équilibré pour la compagnie Air France ».

"Il faut que tout le monde fasse des efforts, la compagnie, les pilotes et l'Etat", a commenté Emmanuel Mistrali, le porte-parole du SNPL.

Pour rappel, même si elle a lancé son plan de restructuration, la direction a laissé la porte ouverte aux syndicats. Si un accord sur des mesures de productivité conforme aux objectifs du plan Perform, était trouvé d'ici à trois mois, la baisse de capacité prévue à partir de 2017 (-9 avions) serait annulée. Et toujours en cas d'accord, il n'y aurait pas de licenciements mais uniquement des départs volontaires

Rapport Le Roux

Les pilotes, comme les autres salariés d'Air France, demandent à l'Etat d'appliquer les mesures du rapport Le Roux destinées à améliorer la compétitivité du transport aérien français. Ce dernier plaidait notamment pour un retrait de la taxe Chirac (qui sert au financement de programmes de santé dans les pays en développement) ou un gel des droits de trafic aux compagnies du Golfe. "Si le gouvernement retirait seulement la taxe Chirac, cela serait un grand soulagement", explique un pilote. Seul secteur dans lequel elle est appliquée, cette taxe, qui coûte à Air France 75 millions d'euros par an, symbolise en effet cette taxation excessive sur le transport aérien.

Prudence

La prudence est de mise. Pour un pilote, le mandat du SNPL n'est pas trop différent du mandat précédent qui n'avait rien donné. Rien ne dit en effet que le point de vue des pilotes se rapprochera de celui de la direction sur les efforts à faire.

"Le SNPL s'achète en fait une posture et du temps. Il attend les bons résultats trimestriels du groupe qui seront annoncés fin octobre pour s'appuyer sur un changement de discours de la presse et faire pression sur la direction et le gouvernement", explique un autre pilote.

Ce vendredi, le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, recevra les représentants du SNPL, en présence du président d'Air France, Frédéric Gagey, et du directeur des ressources humaines, Xavier Broseta. C'est la première fois que la direction et le SNPL se reverront depuis l'échec des négociations le 30 septembre dernier. Le deuxième syndicat de pilotes à Air France, le SPAF, a également été invité à cette réunion.

La direction recevra la semaine prochaine les trois syndicats de personnels navigants commerciaux (PNC) représentatifs la semaine prochaine, mais aussi, séparément, tous les syndicats représentatifs des personnels sol.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2016 à 9:48 :
la sélection et la formation des pilotes d'Air France est la meilleure et la taxe Chirac n'en tient pas du tout compte, donc à quoi sert-elle? 75M par an c'est beaucoup trop, si on ne peut pas l'enlever au moins la revoir à la baisse
a écrit le 09/10/2015 à 10:54 :
Il est certain que cette taxe Chirac que seul Air France doit payer n'est pas acceptable.

Ceci dit, il n'est pas acceptable non plus, qu'une catégorie (les pilotes) freinent le développement d'une compagnie. Ceux qui ne sont pas contents devraient partir.

Pas sûre que les conditions dans les autres compagnies soient aussi favorables. Et ce, à tous niveaux !

Reste que si les blocages perdurent, le mieux serait de faire un référendum (à bulletin secret) avec tous les salariés de la Cie avec tous les éléments et questions formulées clairement par la direction. Au moins, ce serait clair, net et précis.

Et si rien n'aboutit, pourquoi ne pas mettre Air France en faillite et de repartir sur une nouvelle compagnie "France Envole" ? Histoire de repartir sur des bases saines avec d'autres pratiques (à tous niveaux) plus constructives et performantes.
a écrit le 09/10/2015 à 10:33 :
ils font un cirque ces pilotes nantis. pour100h de plus par an!!!
Réponse de le 09/10/2015 à 11:02 :
Cela fait quand même 12 jours a 8h.. Mais les autres pilotes des compagnies concurrentes le font bien, non ? Et les pilotes KLM ? Au moins, ils devraient être alignés sur le temps de vol des pilotes KLM.
Réponse de le 09/10/2015 à 11:02 :
Cela fait quand même 12 jours a 8h.. Mais les autres pilotes des compagnies concurrentes le font bien, non ? Et les pilotes KLM ? Au moins, ils devraient être alignés sur le temps de vol des pilotes KLM.
Réponse de le 10/10/2015 à 9:27 :
@Maduf : 12 jours de travail en plus par an, ça fait UN jour par mois ! Participer, pour un jour par mois de travail en plus (rappel : un pilote Air Franc travaille en moyenne 200 heures de moins que son équivalent LH !), c'est la moindre des choses !
Combien d'heures de travail consacre un créateur d'entreprise pour créer une poignée d'emplois ? Et comment est-il remercié si par malheur, sur ces emplois créés, il doit en supprimer un quelques années plus tard !
Alors un peu d'effort, messieurs les pilotes ! Je sais que votre situation est confortable : pas d'effort pour lutter contre le chomage... on laisse faire les autres et on critique !
Réponse de le 10/10/2015 à 11:38 :
En prenant référence sur un article du Figaro, 5h de vol sur la navette Paris-province represente 10h de travail ( présence effective dans l'entreprise )
On est donc à 20 jours de plus par an...week end et fériés compris.
La limite européenne de vol Max est de 900h, cela voudrait dire que n'importe quel pilote ( low cost compris ) travaillerait à mi temps. Étonnant qu'aucun journaliste n'ai trouvé ça....étonnant.
Un de mes amis pilote chez Easy me confirme faire plus d'heures qu'af mais sur moins de jours annuels qu'un pilote Af ( vols plus longs ).
Bref, à système complexe, réponses complexes. Mais écrire ca dans un journal....
Réponse de le 10/10/2015 à 11:50 :
Toujours sur le même soucis des chiffres, je pense que les pilotes klm font l'autruche: relisez les articles de la tribune concernant l'accord dit de compétitivité de klm; passage de la retraite de 56 à 58 ans, c'est 65 chez Af. Passage de certains vols de 4 à 3 pilotes, Af veut passer de 3 à 2....
Un alignement des conditions Af sur celles de Klm seraient un surcoût pour la compagnie. Mais hors charges, et on retombe sur le fond du problème....
a écrit le 09/10/2015 à 10:20 :
L'amélioration des résultats de la compagnie tient à des facteurs exogènes comme la fin des couvertures carburant prises il y a quelques années qui ont coûté cher et le profit immédiat du moindre coût actuel du kérozène. Ceci masque un peu le différentiel de compétitivité récurrent de AF versus les autres compagnies. L'Etat ne pouvant heureusement plus remettre au pot (Bruxelles veille et c'est tant mieux pour le contribuable) une solution genre ALITALIA pourrait constituer une alternative.
a écrit le 09/10/2015 à 10:02 :
Tout a fait d'accord.
AF crois qu'en empechant les autres de venir à Lyon on prendra plus AF???? Mais chers pilotes d'AF, vous prenez vraiment les gens pour des imbéciles !
De toutes façon vous serez toujours plus chers pour un service pas forcément mieux alors continuez droit dans le mur.
En attendant, c'est QatarAirways, Emirates, Ethiad, TurkishAirline, Air Canada qui vont prendre ce marché que vous délaissez........
Au fond j'en viens à me dire qu'une faillite serait pas si mal, AF et son arrogance nous fouterais la paix au moins!
Réponse de le 09/10/2015 à 10:54 :
Si les pilotes d'Air France coûtent plus cher que leurs homologues étrangers c'est en grande partie en raison des charges surréalistes payées en France par les employeurs français. Elles représentent 85 % du montant du salaire perçu par le pilote. Croyez-vous que QatarAirways, Emirates, Ethiad, TurkishAirline que vous citez supportent les mêmes coûts ?
Réponse de le 09/10/2015 à 12:22 :
@Réponse de JG

"Croyez-vous que QatarAirways, Emirates, Ethiad, TurkishAirline que vous citez supportent les mêmes coûts ? "

Il est toujours de rappeler à quoi servent les "charges sociales" :

Les cotisations sociales correspondent donc à une part socialisée du salaire, c'est-à-dire collectée par des organismes appelés caisses afin d'être redistribuée. Les cotisants bénéficient en contrepartie d’une couverture partielle ou totale de frais divers, engendrés par l'un des grands « risques » que sont le chômage, la vieillesse, la famille, la maladie et les accidents du travail et maladies professionnelles. Cette contrepartie peut être immédiate (risque immédiat), ou différée : le salarié touche une pension à l'âge de la retraite.
Réponse de le 09/10/2015 à 15:05 :
@ JG
alors AF doit être 85% plus efficace, les pilotes doivent plus bosser, c'est la concurrence c'est comme ça! vos excuses bidons ne servent à rien
a écrit le 09/10/2015 à 9:37 :
La grève de 2014 ayant coûté 500 mio a AF, plus les coûts indirects à chiffrer, il faut d'abord que les pilotes fassent récupérer ce montant a AF, puis la direction doit indiquer clairement que 1 jour de grève des pilotes de plus, et le plan de réduction serait mis en œuvre sans délai. Tout le monde en assez de ce comportement des pilotes.. Demandez à KLM ce qu'il en pense !!!
Réponse de le 09/10/2015 à 10:01 :
Cherchez l'erreur:
Air France: 10 jours de grève et 500m€
Lufthansa: 15 jours de grève et 240m€.
Réponse de le 09/10/2015 à 11:08 :
@CDBSam ignorance ou mauvaise foi ? 10 jours consécutifs de grève sont bien plus coûteux que 20 jours par petits bouts, sans compter l'effet à long terme. Quant à l'impact sur la négociation, Cockpit doit avoir une analyse différente de celle du SNPL. Mais peut-être les deux syndicats n'ont-ils pas les mêmes objectifs.
a écrit le 09/10/2015 à 9:18 :
Il faut financer les retraites par une taxe sur l'énergie. Et en plus, c'est favorable au climat. C'est "le double dividende".
Réponse de le 09/10/2015 à 10:44 :
Ne croyez vous pas que l'énergie est déjà très taxé? Etes vous pret à payer plus cher le carburant de votre voiture, l'électricité, le gaz et tous les produits français que vous achetez et qui consomment de l'énergie pour leur production
Et si on taxe l'énergie, il y a aussi un impact sur les couts d'AF
Avant de parler, il faudrait réfléchir.
a écrit le 09/10/2015 à 9:12 :
L'Etat doit prendre des mesures favorables à toute notre industrie et favorables aussi à Air France. Cela concerne le financement des retraites. C'est urgent.
a écrit le 09/10/2015 à 9:07 :
Les pilotes demandent que les compagnies du golfe ne se voient plus attribuer de doit en France, et donc à Lyon st Exupéry.
Mais Air France a totalement abandonné le terrain dans la 2e région de France ! (7e région d'Europe après la fusion des régions !) Aujourd'hui, à destination de l'Europe, pas une seule ligne plus au Nord que Prague ! Rien sur l'Angleterre! Rien sur l'Allemagne ! Rien !
Alors, si Air France veut empêcher les compagnies étrangères de s'installer à Lyon, que la compagnie occupe le terrain en développant des lignes au lieu de laisser Easyjet et Emirates assurer le service ! Même Transavia se développe au ralenti : moins d'offre qu'à Nantes !
Priorité à Air France et ses filiales, OUI, mais c'est tout !
Réponse de le 09/10/2015 à 10:03 :
Si Lyon Doha était rentable, il y a longtemps qu'une compagnie européenne l'exploiterait.
Qatar n'a aucun objectif financier, c'est un puit sans fond alimenté par une rente pétrolière et gazière.
a écrit le 09/10/2015 à 9:01 :
Cette feuille de route du SNPL me parait des plus responsables.
Réponse de le 10/10/2015 à 22:33 :
Quid du referendum que le bureau du SNPL a mis en place...contre l'avis du CA du SNPL !!?
Reste-t-on dans ces contradictions ?
a écrit le 09/10/2015 à 8:45 :
Je ne vois pas Hollande revenir sur l'imbécile taxe chirac , il l'a lui-même augmentée de 13% , et Valls revenir sur la rente des taxes ADP , il a mis le rapport Leroux à la poubelle .
Les néerlandais ont eux baissé les taxes de shiffol de 7% pour précisément donner de l'air à KLM , ou quand un gouvernement fait tout pour pénaliser le transport aérien français .
Réponse de le 09/10/2015 à 16:21 :
Complètement d'accord avec cet avis.
a écrit le 08/10/2015 à 22:50 :
Le SNPL demande que les compagnies du golfe n'obtiennent plus de droit sur les aéroports en France.
A Lyon, on attend Etihad et/ou Qatar : ok pour ne pas leur donner des droits, mais cela doit être compensé par le groupe Air France-KLM ! Dans ce cas, St Exupéry doit accueillir au moins :
- une ligne intercontinentale d'AirFrance , et
- un avion de plus basé à LYS, que ce soit Air France ou Transavia !
Y en a marre de toujours transiter par Paris, y compris pour les DOM !
Réponse de le 09/10/2015 à 10:08 :
Vous payez?
Réponse de le 09/10/2015 à 22:18 :
+1
Réponse de le 09/10/2015 à 22:32 :
@CBSam :
Perso, je fait des effort, et par exemple cet été, j'ai choisi ma destination (Crète) avec un départ mercredi sur un site de Karavel, parce que je savais voler Transavia !
Par contre, pas question de laisser pénaliser LYS vis à vis des ouvertures de lignes proposées par d'autres compagnies juste pour assurer vos privilèges !
En fait, c'est vous qui demandez une exclusivité, et c'est donc à vous de la payer, cette exclusivité ! Mais à Lyon, on est bon prince, on ne monnaie pas cette exclu, on vous demande pas de la payer, mais de la compenser en prestation !
Si je vous suit, vous voulez :
- le blocage des concurrents étrangers, donc une exclusivité,
- que vous paie pour vous remercier d'empêcher le développement de ma région !
Vous voulez le beurre, l'argent du beurre, et même la première en prime !!!
Réponse de le 10/10/2015 à 11:44 :
Quel est votre avantage à faire Lyon-Singapour via Doha ou via Paris?
Une escale dans tous les cas et vous ne sponsorisez pas une boîte qui vire ses hôtesses enceintes....
Volons français.
a écrit le 08/10/2015 à 22:43 :
De juillet à mi-septembre, le SNPL ne s'est même pas rendu aux réunions de négociation ! 15 jours avant la date butoir, le SNPL a demandé un an de délai supplémentaire...
Alors maintenant, ils ont peut être ENFIN compris que jouer la montre n'est plus possible.
Malheureusement pour la compagnie, je n'y crois pas beaucoup.
a écrit le 08/10/2015 à 22:26 :
Peut-on nous rappeler ce qu'ont été les conditions exactes données lors de la privatisation aux pilotes et autres personnels?
Il me semblait qu'il s'agissait d'une péréquation entre titres (avantageusement donnés,mais peut-être pas) en échange d'une baisse salariale, qui a été remise en cause ensuite. Non?
Si quelqu'un a des infos fiables sur le sujet, ce serait intéressant de le savoir, car beaucoup vient de là il me semble.
Réponse de le 09/10/2015 à 10:06 :
Il s'agit d'un échange salaire action. La part de salaire abandonné à vie, correspondait à une prime, appelée PUA (Prime Uniforme Annuelle), que touchait tous les salariés. Elle se montait à 750€, et est passé à 1500€ immédiatement après la signature de l'accord. Tous les personnels, SAUF les pilotes, touchent cette prime au mois de juin.
Les pilotes embauchés après la signature de cet accord, ne touche pas cette prime, ni les actions…
Réponse de le 09/10/2015 à 11:21 :
Sachant cela, y a-t-il eu là un point de contention qui s'exprime indirectement aujourd'hui? Il me semble me souvenir que les pilotes ont obtenu une revalorisation importante à la sortie du moratoire des salaires, puis une seconde après la grève l'année suivante, mais j'avoue ne plus me souvenir, n'étant en rien concerné.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :