Air France peut lancer Boost : les pilotes l'ont plébiscité

 |   |  222  mots
Consultés par le bureau du SNPL, les adhérents du Syndicat national des pilotes de ligne ont voté à hauteur de 78,2% pour le nouveau projet d'accord proposé par la direction.
Consultés par le bureau du SNPL, les adhérents du Syndicat national des pilotes de ligne ont voté à hauteur de 78,2% "pour" le nouveau projet d'accord proposé par la direction. (Crédits : Reuters)
Les adhérents du SNPL ont voté à hauteur de 78,2% en faveur du projet de la direction de créer une nouvelle compagnie. Bien qu'hostile au projet, le bureau du SNPL devra signer l'accord avec la direction.

C'est fait. Air France va pouvoir lancer son projet Boost de création d'une nouvelle compagnie à coûts réduits. Consultés par le bureau du SNPL, les adhérents du Syndicat national des pilotes de ligne ont voté à hauteur de 78,2% "pour" le nouveau projet d'accord proposé par la direction qui concerne non seulement les conditions de création de cette nouvelle compagnie mais aussi l'évolution des conditions de travail et de rémunération à Air France. Un score sans appel puisque le taux de participation a été de près de 83%.

Une claque pour le bureau du SNPL

Une sacrée claque pour le bureau du SNPL qui avait soumis aux pilotes un autre texte. Bien qu'hostile à ce projet, son président, Philippe Evain, n'a pas d'autre choix que de signer ce texte. La signature devrait se faire ce mardi. Elle interviendra donc après celles, la semaine dernière, de deux des trois syndicats représentatifs de personnels navigants commerciaux, l'UNAC et l'UNSA, dont le poids au sein des hôtesses et stewards, permet de valider l'accord.

Les négociations avec les syndicats ayant traîné en longueur, Air France va, dès la signature de l'accord, mettre officiellement en route le processus de lancement de cette compagnie, censée débuter ses vols fin octobre, début novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2017 à 15:49 :
Quelle déception pour les journalistes des médias français qui ont toujours fait porter les problèmes d" AF sur les pilotes et qui ne rapportaient que la version de la direction ! Quel journaliste a osé écrire que les pilotes auraient aimé travailler aux conditions des pilotes de KLM ?
Sur ce problème comme sur d'autres nous n 'entendions qu'une version ;
voir l incroyable silence sur l 'effondrement de l 'industrie en France : 12,5 % du PIB .
Dont tout le monde voit pourtant les conséquences .
Silence à L 'Elysée ! Et dans tous les partis .
a écrit le 17/07/2017 à 15:33 :
@leon


jalousie , quand tu nous tiens !
a écrit le 17/07/2017 à 13:15 :
Avoir différents statuts va de nouveau, créer des problèmes. Des pilotes Air France avec d'autres personnels de Boost avec un statut autre ... Ce n'est pas bon.

Pourquoi avec la création de cette nouvelle compagnie, ne pas être parti de zéro avec des bases "saines", du personnel navigant non plombant ? Cela aurait été tellement plus pertinent et constructif !
a écrit le 17/07/2017 à 13:07 :
La représentativité est là : plus de 82% de votants... en sachant que SEULS les adhérents étaint appelés à voter : dans n'importe quelle démocratie, les désavoués démissionneraient immédiatement !!! Seulement voilà : un syndicat n'est pas une démocratie, tout au plus une dictature populaire !!!
a écrit le 17/07/2017 à 11:26 :
C'est un énorme désaveu pour le bureau su SNPL, la moindre des choses et la logique voudrait qu'après une telle claque, le bureau en question remette sa démission... mais je sais bien que le manque d'honneur de ces personnes fera qu'ils continueront à occuper ces fonctions... bien désolant.
Réponse de le 17/07/2017 à 13:27 :
Plus grave encore : les membres de ce bureau désavoué continueront de conduire leurs autobus et toucher leur salaire de cadre dirigeant !
Réponse de le 17/07/2017 à 22:46 :
non, non... ils se contenteront de toucher leur salaire de cadre dirigeant... en restant syndiqués professionnels !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :