Danger pour Air France : IAG (British Airways, Iberia...) lance une low-cost long-courrier paneuropéenne

 |   |  679  mots
(Crédits : DR/IAG)
IAG a annoncé ce vendredi le lancement en juin de Level, une compagnie low-cost long-courrier basée à Barcelone. Lufthansa ayant déjà lancé Eurowings, Air France est en négociations avec les syndicats de pilotes pour lancer une filiale à des coûts inférieurs aux siens.

Marc Rochet, le président d'Air Caraïbes et de French Blue et Laurent Magnin, son homologue chez XL Airways et La Compagnie, ne cessent de le marteler. « La bagarre du low-cost long-courrier arrive à grande vitesse », assure le premier. « On est parti pour une déferlante du low-cost long-courrier », fait valoir le second.

Accélération

Si pour l'heure, ce modèle est encore modeste en termes de capacité, il ne cesse en effet de se développer. Et à un rythme rapide. Notamment en Europe. Après Norwegian, Eurowings (filiale de Lufthansa), French Blue, la filiale du Groupe Dubreuil également propriétaire d'Air Caraïbes, voire XL Airways, IAG, la maison-mère de British Airways, Iberia, Vueling, et Aer Lingus, a annoncé ce vendredi le lancement en juin d'une telle compagnie. Baptisée Level, cette low-cost long-courrier sera basée à Barcelone et assurera dans un premier temps des vols vers Los Angeles, San Francisco, Buenos Aires et Punta Cana avec des prix d'appel de 99 euros l'aller simple. Cette compagnie, qui débute ses opérations avec deux A330 de 314 sièges (291 en classe économique et 21 en classe économique Premium), entend se déployer au départ d'autres villes européennes, a indiqué Willie Walsh, le directeur général de IAG.

Les repas seront payants en classe économique et l'internet à bord sera disponible à tous à des prix débutant à 8,99 euros.

Bataille frontale avec Norwegian

IAG a donc l'intention de couper l'herbe sous le pied de Norwegian, pionnière dans le low-cost long-courrier en Europe, laquelle a annoncé récemment l'ouverture l'été prochain de vols vers les Etats-Unis (Los Angeles et San Francisco) au départ de Barcelone. IAG bénéficiera d'un avantage par rapport à Norwegian. En proposant des vols long-courriers au départ de Barcelone, le groupe britannique pourra compter sur le réseau court et moyen-courrier de Vueling pour alimenter à Barcelone les vols long-courriers.

Discussions à Air France sur le projet Boost

Cette annonce intervient alors que les négociations sont en cours à Air France entre la direction et les syndicats de pilotes sur la possibilité de lancer, non pas une compagnie à bas coûts long-courriers comme l'a indiqué la direction, mais une compagnie à coûts réduits par rapport à Air France, en la positionnant sur des lignes mi-business/mi-loisirs pour contrer les compagnies du Golfe notamment. Le principal objectif est de baisser les coûts pour éviter la fermeture de nouvelles lignes d'Air France et de rouvrir celles qui ont dû fermer parce qu'elles perdaient trop d'argent. En découle une grande différence d'approche avec Lufthansa et IAG. Contrairement à ses rivaux qui ont installé leur filiale low-cost long-courrier sur un autre aéroport que la base long-courrier de leurs compagnies classiques, (Cologne pour Eurowings, et non Francfort ou Munich ; Barcelone pour Level et non Londres, Madrid ou Dublin, les hubs respectifs de British Airways, Iberai et Aer Lingus) Air France entend positionner sa nouvelle compagnie à Roissy, le hub d'Air France. De fait, il n'y aura pas de risque de transfert d'activité entre la nouvelle offre low-cost long-courrier de Level et les compagnies du groupe IAG.

XL revient sur les Antilles cet été

En attendant, ce concept de low-cost long-courrier poursuit son développement. Alors que Norwegian continue sa croissance avec le doublement de son offre au départ de Paris et le lancement de vols vers les Etats-Unis au départ d'Amsterdam, Eurowings a également annoncé le lancement de nouvelles ouvertures de lignes, au départ de sa base principale de Cologne. Après le lancement de La Havane, mi-décembre, la compagnie allemande desservira cet été Windhoek, la capitale de la Namibie, et Montego Bay, en Jamaïque, portant ainsi à 13 le nombre de destinations long-courriers desservies. La compagnie utilise également son réseau court et moyen-courrier pour remplir ses vols long-courriers.

De son côté, French Blue s'apprête à lancer cet été sa deuxième ligne, Paris-La Réunion, tandis que XL Airways va revenir cet été sur les Antilles en proposant 3 vols par semaine sur Fort-de-France et Pointe-à-Pitre au départ de Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2017 à 14:20 :
Même si l'étiquette, low fare ou low cost, n'est pas la même; le consensus européen est de faire barrage a Norvegian. l'histoire de l'arrivée du des Cies à bas cout sur moyen courrier a mis en évidence qu'il ne faut pas les laisser le temps de prospérer sauf à se construire des adversaires redoutables à court terme.
Le pb avec AF c'est qu'il leur faut : des jours de grève, des semaines de discussions, et surtout des mois d'aller-retour de réunions dans leurs beaux bureaux, ce que la Dgac ne manquera pas de noyer également dans des considérations administratives qui participent a l'inertie globale du Mammouth. pas prêt d'être "agile" l'ancêtre...!
a écrit le 19/03/2017 à 7:43 :
C'est maintenant l'heure de vendre AF aux chinois...
a écrit le 19/03/2017 à 7:43 :
C'est maintenant l'heure de vendre AF aux chinois...
a écrit le 18/03/2017 à 21:53 :
0
a écrit le 18/03/2017 à 17:16 :
Excellente nouvelle, et ces avions là voleront, eux ! (et qui plus est il y a quasiment un terminal entier tout neuf dispo à Barcelone pour IAG)
a écrit le 18/03/2017 à 14:01 :
Chez Air France se sont les syndicats qui sont archaïques . La majorité des salariés comprend la nécessité de créer une compagnie a bas coûts pour essayer de rentabiliser certaines lignes déficitaires et développer un réseau loisir. C'est ça ou devenir une nouvelle Alitalia et disparaître progressivement .
a écrit le 18/03/2017 à 6:04 :
Les PNC d'AirFrance ne sont pas surpayés. La différence est que la moyenne d'âge hors maîtrise est de 45 ans avec l'ancienneté qui va avec.
Si AirFrance embauchait aujourd'hui, le salaire serait 40% plus bas que ceux qui ont aujourd'hui plus de 15 ans, 20 voire 30 ans d'ancienneté.

Pas besoin de créer une nouvelle compagnie en concurrence directe avec la société mère, ce que ne fait d'ailleurs pas Lufthansa ou British Airways pour abaisser les coûts.

Et en attendant AirFrance ne se positionne pas sur le low-cost long courrier.
a écrit le 18/03/2017 à 0:54 :
...si une telle annonce pouvait faire réagir les PNC d'AirFrance, qui pourraient enfin admettre que si la direction se propose de recruter avec une baisse de 40% des rémunérations (pour Boost), c'est bien qu'ils sont sur-payés et que leur entreprise n'est pas compétitive du tout !!!
Seule solution : un accord de baisse des salaires dans le cas de toute promotion et de tout nouveau recrutement (par rapport à la personne remplacée) et maintien de salaire pour ceux qui n'evoluent pas !
Réponse de le 18/03/2017 à 5:16 :
J ai regardé les prix pour octobre et je suis à plus 1000 euros pour Buenos Aires alors franchement si c'est est une low cost ????
C'est est comme french blue les prix était bas les premiers jours et maintenant fini
Donc le low cost long courrier pas pour moi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :