Google titille Uber à San Francisco avec Waze Carpool

 |   |  380  mots
L'application Waze permet aux conducteurs d'optimiser leurs parcours en évitant travaux, embouteillages et les radars.
L'application Waze permet aux conducteurs d'optimiser leurs parcours en évitant travaux, embouteillages et les radars. (Crédits : Reuters)
Le géant du net s'apprête à lancer une nouvelle application de covoiturage de courte distance dans la région de San Francisco. Mais Uber estime que Waze Carpool représente les prémices d'ambitions bien plus grandes de Google dans les nouvelles mobilités urbaines.

Google va-t-il se mêler à la guerre des VTC ? Alors qu'Uber vient d'essuyer un revers stratégique en Chine et qu'une entreprise singapourienne vient de lui souffler la primauté d'un service de voiture autonome, le leader mondial de la mise en relation des voitures avec chauffeur voit désormais un nouveau rival, de taille, entrer dans la course.

Entre le VTC et le co-voiturage

D'après le Wall Street Journal, Google serait sur le point de lancer son propre service à San Francisco, en s'appuyant sur l'application GPS Waze, rachetée un milliard de dollars en 2013. Ce service qui pourrait être baptisé Waze Carpool se situe en réalité entre le VTC et le covoiturage puisqu'il consiste pour un particulier qui effectue un trajet d'indiquer s'il est d'accord pour prendre un ou plusieurs passagers qui seraient intéressés par son parcours.

Mais Waze Carpool devrait toutefois préserver Uber sur divers aspects. D'abord, ce nouveau service est limité à deux trajets par jour, en principe les parcours domicile-travail. Ensuite, le paiement ne devrait couvrir que la participation aux frais. Impossible donc de créer une classe de nouveaux chauffeurs intéressés par une nouvelle forme de rémunération.

Ainsi, le nouveau service pourrait surtout devenir une sorte de réseau social des transports entre domicile et travail. Un concept déjà tenté par Uber en Chine avec UberCommute mais également par son rival Lyft, qui vient néanmoins de fermer ce service. Il était vite apparu que le concept était trop contraignant pour les chauffeurs et pour les passagers : impossibilité de partir du bureau plus tôt ou plus tard, de faire un crochet pour faire des courses, puisque les différentes parties étaient engagées sur ces parcours.

Uber convaincu que Google nourrit de plus grandes ambitions

Google veut offrir une solution plus souple et surtout profiter de la forte notoriété de Waze pour faire adopter son concept. Il ne pourra toutefois pas espérer transformer les millions d'utilisateurs de Waze en "chauffeurs" puisqu'il est nécessaire de télécharger une application spécifique.

Mais pour Uber, Google a bien l'intention de marcher sur ses plates-bandes à terme. Le géant du net a même ouvert le dossier Lyft, qui n'a toujours pas trouvé de repreneurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :