Le grand bond en arrière de Ryanair

 |   |  402  mots
L'annulation brutale de 40 à 50 vols par jour à effet immédiat d'ici à fin octobre annoncée par Ryanair, et la communication hasardeuse qui l'a accompagnée vont coûter cher à la compagnie.
L'annulation brutale de 40 à 50 vols par jour à effet immédiat d'ici à fin octobre annoncée par Ryanair, et la communication hasardeuse qui l'a accompagnée vont coûter cher à la compagnie. (Crédits : Ints Kalnins)
Le tollé provoqué par l'annulation brutale de 2.000 vols d'ici à fin octobre remet en cause les efforts menés depuis quatre ans pour améliorer l'image de la compagnie dans le but d'accompagner le changement de modèle de la compagnie, désormais focalisée sur les grands aéroports.

L'annulation brutale de 40 à 50 vols par jour à effet immédiat d'ici à fin octobre annoncée par Ryanair, et la communication hasardeuse qui l'a accompagnée vont coûter cher à la compagnie. Bien plus que les 5 millions d'euros en moins de rentabilité au cours des prochaines semaines et des 20 millions d'euros maximum prévus par la compagnie pour indemniser les 400.000 passagers touchés par l'annulation de ces 2.000 vols au total. Sans solution de repli, les voyageurs ont dû, le plus souvent, mettre la main à la poche pour trouver le moyen d'arriver à bon port.

Bonus aux pilotes

Car cette décision, prise selon la compagnie pour rétablir une ponctualité défaillante provoquée par des erreurs dans les plannings des pilotes, suscite la colère des passagers et écorne évidemment l'image de Ryanair. Michael O'Leary, son directeur général parle « d'importants dommages à la réputation » et propose même, selon La Libre Belgique, un bonus de 12.000 euros à ses commandants de bord et 6.000 euros à ses copilotes pour qu'ils fassent une croix sur 10 jours de congés afin de limiter la casse. Pouvant représenter quasiment un mois de salaire chez certaines compagnies, ce chèque en dit long sur l'ampleur du couac et de son impact sur Ryanair.

Changement de stratégie en 2013

En effet, il porte un coup à la politique d'amélioration de l'image de la compagnie à bas coûts irlandaise mise en place en 2013, un point clef de la stratégie de Michael O'Leary qui, depuis, a même mis fin à ses provocations qu'il multipliait auparavant pour faire parler de sa compagnie. Cette volonté d'améliorer l'image de la compagnie accompagne en effet un positionnement davantage axé sur les grands aéroports et une plus grande attention portée à l'égard des passagers dans le but de courtiser une clientèle à plus haute contribution, que ce soit les voyageurs d'affaires ou loisirs, hostiles à se rendre dans des aéroports secondaires même pour voyager moins cher. Un changement peu perceptible pour tous ceux qui ne voyagent pas sur Ryanair. Pour eux, la low-cost irlandaise a toujours l'image d'une compagnie qui, à l'exception de prix extrêmement bas, n'est pas au service du client. Du coup dans cette histoire d'annulation intempestive des vols, Ryanair perd sur les deux tableaux. Hyper médiatisé, ce couac refroidit les clients de la compagnie et conforte ceux qui ne voyagent pas sur Ryanair à ne pas tenter l'expérience.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2017 à 20:34 :
Ce n'est pas comme si Ryanair avait reçu des aides importantes des collectivités locales pour utiliser les petits aéroports régionaux...
a écrit le 20/09/2017 à 16:57 :
avec Ryanair, pile vous partez, face vous restez sur le tarmac
a écrit le 20/09/2017 à 15:20 :
Curieux que Mr Gliszczynski ne fasse pas un petit papier pour informer ses lecteurs des causes réelles de cet accident industriel majeur , il y aurait pourtant beaucoup à dire ....
Réponse de le 20/09/2017 à 16:41 :
Ancien commandant de bord pour Ryanair, de 2006 à 2014, James Atkinson n'est "pas étonné" par la crise actuelle. Il explique sur le site du Guardian: "Le problème, c'est simplement que Ryanair ne peut pas remplacer ses pilotes aussi vite qu'ils ne démissionnent.
a écrit le 20/09/2017 à 15:20 :
Curieux que Mr Gliszczynski ne fasse pas un petit papier pour informer ses lectreurs des causes réelles de cet accident industriel majeur , il y aurait pourtant beaucoup à dire ....
Réponse de le 20/09/2017 à 17:12 :
+1,
Vous voulez sans doute parler des 140 pilotes partis ces dernières semaines chez Norwegian, de l'incapacité de Ryanair à rémunérer correctement son personnel, à lui offrir des conditions de travail décentes....
Effectivement le mal est beaucoup plus profond que la dégradation de la relation client.
Si Ryanair veut rendre réel son programme "Always Getting Better", il va falloir mettre la main au portefeuille, surtout dans les "grands aéroports" qui ne voudront pas entendre parler des subventions chères à Mr O'Leary
a écrit le 20/09/2017 à 11:56 :
Des milliers de vols annulés ....?
Pour améliorer la ponctualité...?
Une blague ....
La vérité est que les pilotes désertent une compagnie ou les conditions de travail sont déplorables...
Cette compagnie compte 70 pc de pilotes contractors cad free lance .. Ryanair n'ayant jamais souhaité s'embarrasser de trop d'employés , toujours trop coûteux...
Il leur est donc facile de la quitter pour trouver mieux ailleurs..

Finalement une gestion calamiteuse des ressource humaines produit partout les mêmes effets , que ce soit par la grève ou la désertion de ses employés : des conséquences pénibles pour les clients ...

Remplacer des centaines de pilotes en gardant un bon niveau de sécurité..... beaucoup de travail pour Mr O'Leary....
a écrit le 20/09/2017 à 9:11 :
Des milliers de vols annulés ....?
Pour améliorer la ponctualité...?
Une blague ....
La vérité est que les pilotes désertent une compagnie ou les conditions de travail sont déplorables...
Cette compagnie compte 70 pc de pilotes contractors cad free lance .. Ryanair n'ayant jamais souhaité s'embarrasser de trop d'employés , toujours trop coûteux...
Il leur est donc facile de la quitter pour trouver mieux ailleurs..

Finalement une gestion calamiteuse des ressource humaines produit partout les mêmes effets , que ce soit par la grève ou la désertion de ses employés : des conséquences pénibles pour les clients ...

Remplacer des centaines de pilotes en gardant un bon niveau de sécurité..... beaucoup de travail pour Mr O'Leary....
a écrit le 20/09/2017 à 9:11 :
Des milliers de vols annulés ....?
Pour améliorer la ponctualité...?
Une blague ....
La vérité est que les pilotes désertent une compagnie ou les conditions de travail sont déplorables...
Cette compagnie compte 70 pc de pilotes contractors cad free lance .. Ryanair n'ayant jamais souhaité s'embarrasser de trop d'employés , toujours trop coûteux...
Il leur est donc facile de la quitter pour trouver mieux ailleurs..

Finalement une gestion calamiteuse des ressource humaines produit partout les mêmes effets , que ce soit par la grève ou la désertion de ses employés : des conséquences pénibles pour les clients ...

Remplacer des centaines de pilotes en gardant un bon niveau de sécurité..... beaucoup de travail pour Mr O'Leary....
a écrit le 20/09/2017 à 7:09 :
Il n'y a plus que les debiles qui voyagent sur cette compagnie ou ses copines. Dernièrement, tout additionné, un Nantes Lille m'a coûté 30% moins cher chez Hop que chez EasyJet...
a écrit le 19/09/2017 à 20:49 :
Ce n'est pas comme si Ryanair avait reçu des aides importantes des collectivités locales pour utiliser les petits aéroports régionaux...
a écrit le 19/09/2017 à 20:49 :
Ce n'est pas comme si Ryanair avait reçu des aides importantes des collectivités locales pour utiliser les petits aéroports régionaux...
a écrit le 19/09/2017 à 20:46 :
Ce n'est pas comme si Ryanair avait reçu des aides importantes des collectivités locales pour utiliser les petits aéroports régionaux...
a écrit le 19/09/2017 à 20:46 :
Ce n'est pas comme si Ryanair avait reçu des aides importantes des collectivités locales pour utiliser les petits aéroports régionaux...
a écrit le 19/09/2017 à 20:46 :
Ce n'est pas comme si Ryanair avait reçu des aides importantes des collectivités locales pour utiliser les petits aéroports régionaux...
a écrit le 19/09/2017 à 20:46 :
Ce n'est pas comme si Ryanair avait reçu des aides importantes des collectivités locales pour utiliser les petits aéroports régionaux...
a écrit le 19/09/2017 à 20:04 :
paris NY : 0.99 euro
frais d'enregistrement 449 euros
frais de dossier informatique 299 euros
paiement par carte 499 euros
paiement autre que carte : 1499 euros
bagage en soute gratuit pour 200 grammes; 25.99 le kilo supplementaire
bagage de plus de 20cm sur 20: soute obligatoire
enregistrement du bagage pour la soute 399 euros
etc etc etc
a écrit le 19/09/2017 à 19:57 :
Encore un qui n'avait pas appris que la roche tarpéienne est proche du Capitole .
a écrit le 19/09/2017 à 19:02 :
Je ne serais pas surpris que O'Leary trouve un moyen de ne pas payer :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :