Les retards des trains font perdre 1,5 milliard d'euros par an à l'économie

 |   |  282  mots
L'enjeu est également d'améliorer les infrastructures, notamment un redéploiement des priorités des types d'investissement en faveur des nœuds et lignes proches de la saturation serait souhaitable pour améliorer la ponctualité ferroviaire, souligne l'Autorité de qualité de service dans les transports.
L'enjeu est également d'améliorer les infrastructures, notamment "un redéploiement des priorités des types d'investissement en faveur des nœuds et lignes proches de la saturation serait souhaitable pour améliorer la ponctualité ferroviaire", souligne l'Autorité de qualité de service dans les transports. (Crédits : REUTERS/Christian Hartmann)
Une comparaison internationale place la France dans la moyenne des pays de l'Ouest de l'Europe en ce qui concerne la ponctualité de ses TGV et Intercités. Mais des efforts restent à faire pour les TER et trains de banlieue en Île-de-France.

Un coût économique certain. Chaque année, les voyageurs perdent deux milliards de minutes à cause des retards des trains en France selon les calculs de l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST), une instance autonome du ministère chargée des Transports. Plus des deux tiers de ces pertes de temps concernent les travailleurs des banlieues d'Île-de-France et les grandes agglomérations françaises.

Ces manques de ponctualité conduisent à "une perte de valeur économique pour la collectivité nationale de l'ordre de 1,5 milliard d'euros par an", indique l'AQST dans un communiqué.

Les TGV et Intercités bien plus ponctuels que les trains du quotidien

Une comparaison internationale, menée par l'Autorité, place la France dans la moyenne des pays de l'Ouest de l'Europe en ce qui concerne la ponctualité de ses TGV et Intercités. En revanche, l'Hexagone est bien moins performantes pour ce qui est des "trains du quotidien" gérés par la SNCF, autrement dit les TER et les trains de banlieue en Île-de-France. L'Hexagone se situe ainsi dans le dernier tiers du classement pour ces deux catégories.

     | Lire TGV : la SNCF va indemniser tout retard au-delà de 30 minutes

Suite à un colloque sur la ponctualité ferroviaire organisé début mars par l'AQST, des pistes de bonnes pratiques ont émergé du débat, notamment la systématisation des comparaisons internationales. L'enjeu est également d'améliorer les infrastructures, notamment "un redéploiement des priorités des types d'investissement en faveur des nœuds et lignes proches de la saturation serait souhaitable pour améliorer la ponctualité ferroviaire", souligne l'Autorité.

>> Lire aussi SNCF : le prix moyen du train baisse et revient au niveau de 2010, à 48 euros

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2017 à 19:40 :
Depuis le début de l'année trois retards sur la ligne Paris Toulouse : 2 fois une heure et une fois 4 heures !!! Si l'on peut imaginer que cela est du à un défaut d'entretien des lignes et du matériel de traction j'ajouterai également un manque de réactivité et d'organisation de la mise en place des solutions de dépannage .
Pour en revenir à mon exemple de 4 heures de retard c'est le temps qu'il a fallu pour remplacer la motrice défectueuse alors que celle de substitution se trouvait à 30 kilomètres soit environ 30 minutes de temps !!! Je serai curieux de savoir si dans de tels cas il y a un retour d'expérience ( debriefing) pour analyser les défaillances de la chaîne de décision et surtout y apporter des améliorations car un tel retard a un coût important pour la sncf qui rembourse 75% du prix du billet !!!!!
a écrit le 16/03/2017 à 16:12 :
Les limitations de vitesse, les ronds points, eux font perdre combien à l'économie?
Réponse de le 16/03/2017 à 19:54 :
Même si les ronds points et les limitations de vitesse rendent la circulation en voiture pénible ils ne font rien perdre à l'économie et permettent surtout d'épargner des vies !!!
Pour rappel dans les années 70 il y avait 14.000 morts par an sur les routes à comparer avec les 3 ou 4.000 de 2016, l'état des routes, des véhicules plus surs , limitations de vitesse , contrôle d'alcoolémie .Les ronds point, les zones 30 avec ralentisseurs ou chicanes ,les radars pédagogiques les lignes continues toute cette panoplie contribue à rendre les routes secondaires moins dangereuses .
Dites vous que route vous ne faites jamais plus de 60 km/heure car il y aura toujours devant vous un camion, un camping car ou un tracteur agricole ...et une fois intégré tous ces obstacles vous reste plus qu'à partie assez tôt pour arriver à l'heure à votre rendez vous !!
Réponse de le 16/03/2017 à 22:31 :
Alors la solution. Si l'on veut Zéro mort et Zéro blessé sur la route il faut interdire la circulation routière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :