Tarifs des compagnies aériennes : Macron demande des "clarifications"

 |   |  386  mots
La DGCCRF rattachée au ministère de l'Economie a été saisie par Emmanuel Macron d'une enquête sur les pratiques tarifaires de plusieurs compagnies aériennes, dont Air France, qui a formellement démenti toute entente sur les prix.
La DGCCRF rattachée au ministère de l'Economie a été saisie par Emmanuel Macron d'une enquête sur les pratiques tarifaires de plusieurs compagnies aériennes, dont Air France, qui a formellement démenti toute entente sur les prix. (Crédits : Reuters)
La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes va enquêter pour "entente" sur les prix, a indiqué mardi le ministre de l'Economie Emmanuel Macron. Air France a formellement démenti.

Après les comparateurs de vols, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) va s'atteler aux pratiques tarifaires des compagnies aériennes.  L'administration rattachée au ministère de l'Économie s'apprête à demander des "clarifications" à plusieurs d'entre elles, qu'elle soupçonne d'avoir établi une "forme d'entente" sur les prix, a indiqué mardi le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

Soupçons sur la liaison Paris - La Réunion

Le ministre, qui intervenait lors de la séance des questions au gouvernement de l'Assemblée nationale, a indiqué par ailleurs qu'il avait demandé à Air France, dont l'État est actionnaire à hauteur de 17%, "des clarifications des pratiques tarifaires" sur "La Réunion et sur d'autres liaisons". Il avait été interpellé par le député de La Réunion, Thierry Robert (MoDem), qui s'interrogeait sur une "entente" entre les trois compagnies françaises reliant l'île à Paris notant qu'elles avaient "récemment décidé d'augmenter leurs tarifs de manière quasi simultanée". Plusieurs autres territoires seraient également concernés.

"Les comportements que vous dénoncez ne sont pas satisfaisants et semblent indiquer qu'il y a une forme d'entente", a répondu Emmanuel Macron. "Nous avons observé des comportements tarifaires qui ne sont pas justifiés ou du moins pas justifiés jusqu'alors", a-t-il poursuivi faisant état d'"une augmentation par trois compagnies au moins, de 20 euros en classe économique en période basse et de 30 euros pour la saison haute".

Air France dément toute entente

"Air France dément formellement toute accusation d'entente tarifaire sur ses lignes", a indiqué la compagnie dans un communiqué diffusé dans la soirée de mardi. "Constatant le haut niveau de remplissage des vols sur l'axe France-Réunion, Air France a décidé le 22 janvier 2016 d'une hausse de ses tarifs publics de 20€ pour un aller/retour en basse saison (+30€ en haute saison) sur l'ensemble des tarifs structurels de la classe économique", précise le texte.

Cette hausse tarifaire "correspond à une hausse maximale alors qu'Air France n'avait plus augmenté ses tarifs structurels depuis 2014 sur cette ligne", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle "met régulièrement en avant" cette ligne "en offrant des tarifs promotionnels" et que la part des clients qui en bénéficient est en hausse.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2016 à 12:42 :
Mr le Ministre a raison de vouloir investiguer : il n'y a pas de concurrence sur les dom
Réponse de le 18/02/2016 à 15:35 :
Ah bon?corsair ?air caraïbe ?
a écrit le 17/02/2016 à 13:17 :
Macron ferait mieux de s'occuper de l'augmentation exponentielle des taxes ADP et de la taxe Chirac-Hollande qui grèvent les budgets de ces dites Compagnies .
a écrit le 17/02/2016 à 11:52 :
Pourquoi le ministre s'occupe du droit commercial privé ? Il veut revenir aux années 80 et fixer lui meme le prix du billet sur AIR FRANCE ?
A titre de comparaison, il était dix fois plus cher !
a écrit le 17/02/2016 à 11:03 :
Il est quand même bizarre que ces compagnies augmentent leurs tarifs lorsque le carburant est en hausse et, alors que celui-ci est au plus bas, ils ne baissent pas au contraire.
a écrit le 17/02/2016 à 10:51 :
Les (bonnes) questions seraient plutôt:
- Pourquoi les compagnies du Golfe ne peuvent pas desservir la Réunion et Mayotte (c'est bizare mais depuis que l'île Maurice a droit à son 380 du golfe, les prix ont fondus...) depuis leurs hubs ? Idem pour les compagnies africaines (Egyptair, Air Kenya, Ethiopian, RAM pour ne citer que celles qui ont des "objectifs" de développement)...

- Pourquoi la ligne vers le Cap ou vers Miami coute (beaucoup) moins cher et à qualité supérieure que les lignes vers la Réunion ou vers les Antilles...
a écrit le 17/02/2016 à 10:36 :
ça c'est du ministre de l'économie qui s'occupe efficacement de l'injustice que génère cette dernière vis à vis du peuple français hein...

Tout est bon dans le macron !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :