VTC : la loi Grandguillaume veut "protéger la rente des loueurs de taxis" (Augier, ex-DG de G7)

 |   |  1778  mots
S'attaquer aux sociétés françaises de VTC comme le fait cette loi va à l'opposé des objectifs affichés,  analyse Jean-Jacques Augier, l'ancien DG de G7.
"S'attaquer aux sociétés françaises de VTC comme le fait cette loi va à l'opposé des objectifs affichés", analyse Jean-Jacques Augier, l'ancien DG de G7. (Crédits : DR)
Dans sa version actuelle, le texte de loi du député socialiste Laurent Grandguillaume divise une partie des chauffeurs (taxis, VTC, Loti) et les plateformes type Uber. Entretien avec Jean-Jacques Augier, ancien DG de la G7.

Point de mesure dans les débats autour de la proposition de loi du député socialiste de Cote d'Or Laurent Grandguillaume déjà adoptée en première lecture à l'Assemblée. Les sénateurs ont ensuite simplifié le texte le 19 octobre. Si certains chauffeurs de VTC (voitures de transport avec chauffeur) semblent satisfaits de la direction prise par le texte, certaines sociétés, à l'instar d'Uber ou des plateformes membres de la FFTPR (dont Chauffeur-Privé, Allocab, Marcel et Snapcar), estiment qu'elle risque de les asphyxier. Pour Jean-Jacques Augier, ancien directeur général de G7, l'entreprise de taxis du groupe Rousselet qui possède également Taxis Bleus, l'histoire se répète et l'on assiste en réalité aux "mêmes causes" qui ont généré les "mêmes problèmes" actuels, déchaînant tout autant de passions. Entretien avec l'homme d'affaires qui fut aussi le trésorier de campagne de François Hollande.

LA TRIBUNE -  Que pensez-vous de la loi Grandguillaume, qui tente de pacifier le secteur du transport de personnes et de son passage en commission sénatoriale mercredi dernier ?

JEAN-JACQUES AUGIER - Je pense le plus grand mal de la loi Grandguillaume. Elle ne règle aucun problème, est antiéconomique et antisociale et ne conduit en réalité qu'à protéger la rente des loueurs de taxis. Elle va aussi favoriser à terme Uber contre ses concurrents français. S'attaquer aux sociétés françaises de VTC comme le fait cette loi va à l'opposé des objectifs affichés.

     >Lire: Grandguillaume défend les "pots de terre" contre les "pots de fer"

Côté taxis, cette loi va renforcer la pression financière exercée par les loueurs de taxi sur les locataires. C'est à se demander si les auteurs de cette loi sont conscients de ce qu'ils font. Quant à la commission sénatoriale de mercredi dernier, elle a rejeté tous les amendements qui pouvaient améliorer le texte, et en a retenu qui le rendent encore pire...

A ce propos, quel est votre point de vue sur la loi Thévenoud, qui n'a pas réussi à apaiser le secteur ?

Il n'y a pas un secteur, mais deux : celui des taxis, et celui des VTC. Je pense que le mieux pour le secteur des VTC, et surtout pour ses clients, serait que les pouvoirs publics interviennent le moins possible. Juste pour assurer une concurrence saine et loyale, ce qui n'est pas fait puisque, par exemple, Uber bénéficie d'avantages fiscaux. Il y a aussi un sujet temps de travail - d'ailleurs non traité par aucune des deux lois. Mais il n'y a pas aujourd'hui d'autres problèmes importants dans le secteur des VTC ; par contre, il y en a beaucoup chez les taxis, notamment du fait de l'arrivée des nouvelles technologies, mais pas seulement.

Au moins, la loi Thévenoud a eu le mérite d'aborder un peu les problèmes propres aux taxis  : elle a précisé et amélioré à la marge la situation des chauffeurs locataires. Mais alors que, pour eux, le problème est d'abord financier, les charges des locataires ne vont être diminuées du fait de cette loi, qu'en ce qui concerne les cotisations sociales, par l'affiliation au RSI au lieu du Régime général. Cela va coûter un peu moins cher aux chauffeurs locataires, mais en contrepartie ils seront moins bien couverts, surtout en matière de retraite... C'est bien maigre alors que les locataires de taxis sur-paient leurs locations.

On a le sentiment que les lois se succèdent mais que l'on ne règle pas les problèmes de fond en somme...

C'est exactement cela. Parce que les intervenants successifs - bien peu compétents sur le domaine il faut quand même le dire - font semblant de ne pas voir les problèmes ou, lorsqu'ils les voient, ne les traitent pas. Par exemple : pourquoi, dans la loi Grandguillaume, n'y a-t-il aucune mesure sur le rachat des plaques pour indemniser ceux des artisans taxis qui ont été trompés et les ont achetées trop cher dans un passé récent ? C'était pourtant une idée intéressante qui ressortait de la concertation faite préalablement à la loi. Je crains qu'elle n'ait été abandonnée - ou enterrée sous de faux prétextes - que parce que les loueurs de taxis ne veulent en aucun cas des mesures d'accompagnement d'une baisse du prix des plaques. Eux veulent que le prix des plaques continue de monter..... Alors que c'est antiéconomique, que cela pousse à la surexploitation des chauffeurs locataires et crée, pour l'avenir, un problème qui sera de plus en plus difficile à régler.

Je ne suis pas contre le statut des chauffeurs de taxi locataires, mais il faut que leurs charges restent raisonnables et cela est un vrai sujet. Il y a des rentiers installés dans le secteur. Les chauffeurs locataires travaillent beaucoup pour un revenu final de misère. Parce qu'ils paient leur location beaucoup trop cher. Aujourd'hui, un chauffeur locataire débourse pour la location du taxi, hors charges sociales, entre 3.000 et 4.000 euros TTC par mois, et 5.000 euros TTC pour deux dans le cas du doublage, alors qu'un chauffeur VTC débourse aujourd'hui 1.000 euros TTC par mois pour une voiture de meilleur standing. Le delta -en moyenne 2.500 euros TTC par mois pour un chauffeur unique- représente la rente encaissée par le loueur au titre de la plaque... Tout cela pour des plaques le plus souvent achetées très peu cher il y a très longtemps... Et je rappelle que l'Etat n'a rien touché sur ce prix - sauf de menus droits d'enregistrement lors des cessions - : c'est juste une rente qui s'est créée et que les pouvoir publics s'ingénient à protéger.

Tenez-vous bien : depuis les nouvelles lois, le prix de location est déjà à la hausse !

Comment expliquer cette hausse dont on ne parle pas et dans un tel contexte?

Je ne suis pas loueur de taxi, c'est à eux qu'il faudrait le demander. Peut-être pour monter un peu plus les chauffeurs de taxis locataires contre les VTC. On leur explique que sans les VTC il y aura plus de travail pour eux, qu'ils gagneront mieux leur vie.... En fait les rentiers continueront à les pressurer au maximum. C'est un jeu de dupes. Et n'oublions pas que toutes les études économiques sérieuses montrent que le développement du secteur des VTC ne s'est pas fait - ou ne s'est fait que de façon marginale - au détriment de celui des taxis. Grâce aux VTC le marché s'est élargi ; une nouvelle clientèle est apparue : tout le monde va pouvoir en profiter.

Mais il y a une petite période d'adaptation : aux taxis de montrer comment ils peuvent servir les clients de façon à les satisfaire. Si j'étais encore concerné par ces questions j'aurais beaucoup d'idées en la matière. Il faut savoir que certains artisans taxis s'en sortent toujours très bien et savent faire face à la concurrence. Ils ont des atouts que les VTC n'ont pas.

Comment justifier le silence des chauffeurs de taxi sur le sujet, en particulier les artisans ?

La réticence face au changement est dans la nature humaine : nous avons tous tendance à idéaliser le passé et du mal à envisager le futur. Alors quand les chauffeurs de taxis, quel que soit leur statut,  voient un jeune député qui présente bien leur promettre de travailler pour eux en arrêtant un progrès qui leur serait nuisible, ils le croient. Mais ils ont tort. Prétendre qu'on défend les chauffeurs alors qu'on travaille pour les loueurs va inévitablement entraîner un effet boomerang. Comme je le disais tout à l'heure, on va juste repousser le problème et le faire empirer.

A contrario, de nombreux chauffeurs VTC semblent satisfaits par la proposition de loi Grandguillaume...

Il est vrai que certains chauffeurs de VTC pensent que cette loi va les protéger en instaurant une barrière à l'entrée pour de nouveaux arrivants.... Presque un numerus clausus. Qu'ils seront ainsi en meilleure position de négociation vis-à-vis des plateformes et pourront améliorer leur situation. J'aurais tendance à dire : réflexe bien français !

Mais cette vision malthusienne est erronée pour des raisons économiques et d'ailleurs tous les chauffeurs ne la partagent pas. Les barrières à l'entrée de la profession vont entraîner une baisse de la qualité du service, car les plateformes ne pourront plus être aussi exigeantes qu'aujourd'hui vis-à-vis de chauffeurs devenus rares. Cela va entraîner aussi, inévitablement, une raréfaction des intervenants - soyons clair la disparition de la quasi-totalité des entreprises françaises du secteur - et donc un monopole ou quasi-monopole.... Et donc une hausse des prix.

Les mêmes causes produisent les mêmes effets : tout ce qu'on a connu dans le passé pour les taxis. Il y aura moins de service, plus cher, et moins de clients. Et comme pour les taxis d'aujourd'hui ce ne sont pas les chauffeurs qui en bénéficieront, mais les nouveaux rentiers que seront les - ou LA - société de VTC ayant survécu au désastre.

     >Lire : Uber, grand gagnant de la loi Grandguillaume ?

Comment voyez-vous les choses ? Auriez-vous une solution à proposer ?

Il faut se donner du temps et retirer le caractère d'urgence de cette loi mal conçue et aux effets délétères. Puis reprendre calmement les problèmes un par un : pour les VTC, revenir à une concurrence saine en mettant fin à l'avantage fiscal d'Uber - il y a des solutions, en sortant du régime de TVA par exemple ; peut-être aussi réfléchir au temps de travail des chauffeurs. Et abandonner l'idée même de ces examens d'entrée inutilement difficiles - et pour tout dire stupides- qu'on veut leur imposer.

Et pour les taxis : s'attaquer aux effets de rente créés par la réglementation passée, accompagner lorsqu'il le faut la baisse du prix des plaques pour les artisans, réfléchir à la façon dont les taxis pourraient retrouver une clientèle effectuant de petites courses, que tout le monde a perdue aujourd'hui, voir comment faciliter le retour des aéroports, etc., etc.

C'est un chantier très lourd, mais qui mérite qu'on lui consacre du temps et des efforts compte tenu de l'importance de ces services pour le public, pour les habitants de nos grandes villes, notamment les plus âgés, pour l'attractivité de notre pays, etc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2016 à 22:11 :
Je ne vois pas ce que cette loi peut vraiment apporter de concret... Quels seront les avantages indirects pour le client? Personnellement j'utilise les VTC souvent (Eden-Transport et Easy Transports) et je ne vois aucun changement positif avec cette loi.
a écrit le 15/11/2016 à 16:07 :
Cher(€)taxi. Vous êtes atterre peut être il n'empêche que ce que dit ce Mr Augier est tout a fait sensé. C'est un point de vue d'expert qui répond exactement au problème justement identifié. Ce que ne fait pas la loi blabla du dépité Gg. Mr Gg a été aveuglé par la dualité du rapport vtc (?)/taxi qu'il a limité son action au dialogue avec les différents syndicats. (Dans le jargon du management c'est l'étape diagnostic).
Mr Augier est certes1 expert mais pas 1 économiste. Quand il parle de 2 secteurs cela ne peut être vrai que si l'on élimine la maraude electronique. Or ce n'est pas le cas.
Par contre il dénonce à juste titre l'obsession réglementaire du vtc.
Dans le vtc on se demande qui représente quoi . on a même vu le patron de voitures noires réclamer sa légitimité de représentation du secteur (pas moins) dans la presse.

Pour revenir a votre commentaire, la loi Gg n'apporte aucune solution au problème du taxi . Elle légalise le statu quo pour le taxi parisien et met dans le marasme le taxi en dehors de Paris à cause de la maraude electronique.
Pour les chauffeurs vtc il y a un mieux avec la fin des loti et un pire avec la formation digne d'1 MBA et l'équivalence donnée au tout venant du loti. Cela crée 1 distortion de la concurrence entre chauffeurs entre celui qui a débourse pour une formation et 1 dossier administratif et celui qui arrive comme 1 fleur.
Pour les pformes elle sacralise l'avantage concurrentiel (fiscal)d'UBER. Et enfin elle ajoute 1 couche au millefeuille administratif et un tremplin à 10k€/mois avec l'observatoire. Mais curieusement la loi n'inclut pas le fond de garantie de rachat des ADS. la seule innovation officiellement retenue par le gouvernement (1 entourloupe? ). Gg annonce d'ailleurs qu'il quitte la politique.

Concrètement rien ne va bouger. Les vtc continueront à racoller dans les gares ( 1 course gare du nord madeleine à 70€/5personnes) et les taxi moisir dans bases (parkings ADP).
Ne soyez donc pas étonné que le cours de la licence va chuter encore et des grèves de taxi en perspective.
a écrit le 04/11/2016 à 11:46 :
Quand Uber prélève 10/100 sur chaque course effectuée par un chauffeur, en fin d'année cela représente combien de plaques vendues détournées. Qui deviendront à terme les rentiers, et ce sans investir beaucoup de sueur liée à leur travail. Ce sont tous ces investisseurs, ces milieux d'affaires, ces politiques mafieux qui tirent les ficelles et que l'on nevoit jamais. Ce monopole n'est-il pas à terme plus néfaste pour notre modèle sociale : personne ne se pose la question.
a écrit le 26/10/2016 à 10:35 :
Je suis atterré par ce que raconte ce monsieur. Je suis chauffeur de taxi parisien . j'ai acheté ma licence en 2013 à 235000€. J'étais locataire avant et croyez moi je gagnais correctement ma vie avant que les VTC et les loti n'innondent le marché. Je ne sais pas quelles études a lu ce monsieur certainement celles commandées par les plateformes parce que d'autres viennent dire exactement le contraire. Le marché serait bien saturé: trop de chauffeurs et des revenus en baisse pour un temps de travail toujours plus long.
Moi j'ai perdu 40% de mon chiffre d'affaire. Je suis enchaîné à ma licence et ne peut jamais m'arrêter. Ce monsieur est certainement passé du côté des plateformes et avec l'adoption de la loi grandguillaume certains ont intérêt à nier les évidences.
a écrit le 25/10/2016 à 11:30 :
C'est le problème de toutes les professions réglementées , ceux qui vendent à temps profitent de la rente,ceux qui achètent trop cher dans l'espoir de faire pareil sont condamnés à trimer sans rente assurée ! Les licences de pharmacie sont également surpayées et on laisse croire aux petits acheteurs qu'ils seront sauvés en se regroupant..résultat il y a trop de diplômes sur le marché du travail ,les transferts sont devenus spéculatifs ,les prix montent dans les grands centres,les investisseurs financiers sont à l'affût ,les campagnes sont délaissées...et la santé publique devient une marchandise comme une autre...et les lobbys politiques bien rémunérés. !!!
a écrit le 24/10/2016 à 20:13 :
Comment il peut y avoir une conccurence entre deux acteurs qui font la meme activité l'un déboursé 150000 € et lautre 120 €
Et un dont les prix sont fixer par l'état et Un autre qui casse les prix car n'a pas de salariés
Ce qui me gonfle
C'est les clients radins qui cherchent toujours moins chers
Sachant que le prix des courses n est pas rentable
Chez les vtc tu bosse 70 heures semaines pour toucher à la fin 800 € par mois
Les clients participes à l'esclavage des chauffeurs
Réponse de le 25/10/2016 à 10:10 :
Bienvenue dans le monde libérale.
Réponse de le 25/10/2016 à 11:25 :
" Ce qui me gonfle C'est les clients radins qui cherchent toujours moins chers"
Donc si t'as pas les moyens et que tu achètes une télévision, tu prends la plus chère ?
En plus c'est la crise, le taux de chômage énorme, les gens vont prendre le plus cher ou le moins cher ?
a écrit le 24/10/2016 à 13:29 :
Il cherche surment une place chez uber
a écrit le 24/10/2016 à 12:07 :
A l'instar de ce qui fut fait lors de la loti pour les transports publics de marchandises en zone longue, il faut définir une licence universelle de transport public de personnes et une définir comme pour les marchandises la profession de commissionnaire de transport dont les plateformes feront partie avec des garanties financières et pour les tractionnaires (Vtc, taxis, autres...) des garanties d'une rémunération minimale au km garantissant salaire minimum couverture sociale et amortissement des coûts de production liés au véhicule et à la sécurité du transport.
a écrit le 24/10/2016 à 11:42 :
Où est donc passé l'esprit républicain qui consiste à abolir les privilèges sans indemnisation. Le privilège de taxi est donné par l'état en rupture du principe d'égalité avec un numerus clausus artificiel. Il doit être aboli purement et simplement. Enfin Il y aura ainsi assez de taxis pour que l'usage des voitures particulières en ville devienne obsolète.
Réponse de le 26/10/2016 à 10:51 :
j'ai lu toutes les réponses à mon commentaires . Mais sans vouloir vous froisser vous ne connaissez pas le métier et faites des conclusions hâtives.
Quand on obtient en 2009 une examen pour devenir taxi, il faut une licence pour travailler. Comment peut on faire alors : soit la louer au prix de 125€ par jour 334 jours de l'année, soit être salarié et travailler 60heures semaine pour le SMIC soit l'acheter à crédit moyennant un apport conséquent ce qui rester la solution la plus rentable, L'obtention d'une licence gratuite restant impossible avant 20 ans de métier. Les taxis parisiens qui exercent actuellement sont contraints par le système qui s'est mis en place bien avant leur arrivée et dont l'Etat a une grande part de responsabilité.
a écrit le 24/10/2016 à 11:06 :
Et quand est-il de la rente des capacitaires sous loti qui loue des laguna intérieur tissus jusqu'à 3000e par mois à des chauffeurs "Vtc" qui n'ont pas la carte pro et peuvent travaillé seulement avec un permis b, sans aucun contrôle de la préfecture sur leur antécédent, certain travaillant meme avec des bracelets électroniques?
Je suis chauffeur Vtc et je suis satisfait de cette loi dans sa grande largeur car elle mettra peut être un terme au abus des loti pousse par Uber à recruté en masse de la chair à canon qui leur permettent de baisser les prix et dominer le marché sans se soucier de la rentabilité de leur Chaufeur "partenaire".
Et tout le lobbying pro Uber autour de cette moi me degoute.. Le Vtc ce n'est pas que Uber..
Réponse de le 26/10/2016 à 10:53 :
mon mari est chauffeur de taxi mais je suis tout à fait d'accord avec vous.
a écrit le 24/10/2016 à 10:44 :
Je suis atterrée parce que raconte ce monsieur. Mon Mari a acheté sa licence en 2013 à 235000€ Avec l'apparition des VTC nous avons perdu 40% de nos revenus. Il est enchaîné au remboursement de sa licence. Il ne peut jamais s'arrêter et les mois difficiles, il ne dégage aucun revenu. Avant d'acheter sa licence, il était locataire et croyez moi sans les VTC, il gagnait mieux sa vie. Quant aux études dont il parle , je ne sais pas lesquels il a lu (sûrement celles commanditées par les plateformes), mais les dernières en date démontrent le contraire de ce qu'il raconte. Elles disent que le marché est saturé, qu'il y a trop de chauffeurs et que l'apparition des VTC n'a pas boosté la demande mais qu'un transfert s'est opéré au profit des VTC . Les besoins de mobilité sont satisfaits par les modes de déplacements alternatifs: autolin, autopartage, covoiturage.
Soit il a des comptes a réglé avec G7, soit il est passé du côté des Plateformes.
ET quelles peuvent bien être les ressources dont disposeraient les taxis et que n'auraient pas les VTC?
Réponse de le 24/10/2016 à 12:24 :
Acheter une license +200000 euros alors qu' elle à été délivrée par la puissance pulique gratuitement. elle est là l' érreur et le risque inouïe.
C' est comme ci les banques nous demandait réparations parceque leurs actions sur le marché n' aurait pas porté leurs fruits...
Si vous obtenez quoi que ce soit de l' état ce n' est que clientélisme .
Réponse de le 24/10/2016 à 13:16 :
@vherSi je peux comprendre votre dépit étant en quelque sorte le dindon de la farce votre mari étant du milieu aurait du réflechir avant de payer une licence 235000.€ il m'est arrivé dans ma carrière de mettre en garde les futurs taxis contre le prix devenu aberrant des licences en leur disant que cela ne pourrait durer certains comprennaient d'autre refusaient d'écouter. pourtant sans acheteur le prix des licences baisserait mécanquement et cela aurait éviter à certains comme vous de payer la plus value faite par le vendeur qui lui n'a pas eu de scrupule!!
Réponse de le 25/10/2016 à 17:23 :
Il faut se rendre à l'évidence
Les taxis n'ont plus leur place ...et oui le prix de la licence c'est Cômme tous les taxis malheureusement votre mari va être esclave toute sa vie de son taxi
Vive le vtc
a écrit le 24/10/2016 à 9:40 :
Alalala.exDG de G7.
1, vous êtes contre l'examen commun de vtc/ taxi! Bien. Mais pourquoi ne pas simplifier l'examen de taxi comme la questionnais chez les vtcs???
2. Parlons d'argent maintenant, la location taxi est chère. Entre 3000€ et 4500€ par mois. Mais si on déduire tous les charges. Ça va rester 1000€ environ. Pour une investirent de 250k €. La rentabilité est équivalent celle d'immobilier. Raisonnable non??arretez de parler tous les temps la rente péjoratif.
Chez les vtcs. Prenons la location chez voiture noir, ça coûte déjà 1000€-1500€. ( + 0.25 € par km au delà de 5000km), et et et la commission de 20%_25%??? ! Vous l'avez oublié???!!!C 'est normal. Parce que vous êtes payé par la plateforme .
Réponse de le 05/12/2016 à 17:37 :
je pense que tout cela est un faux débat, nous sommes tous sur le même bateau vtc, loti, taxi. le problème ce sont les parasites de notre métier qui se gavent sur notre dos et qui font tout pour nous diviser et nous appauvrirent. Mais n'oublions pas chers collègues que sans chauffeur aucun loueur, plate forme, application et autre ne peut exister. Alors unissons nous et faisons entendre la voix de tous les chauffeurs , stop a l'esclavage moderne, ou ,sont les 35 heures, les congés payés, le droit d'être indemnisé en cas de maladie ou d'accident etc...Stop au 70 heures voir plus par semaine , exigeons de ces intermédiaires un revenu minimum garantit pour tous. Nous avons la possibilité d'arrêter d'être les victimes de notre profession et de nous rassembler pour faire bouger les lignes. Alors à tous je vous dis L'UNION FAIT LA FORCE !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :