Uber France perd son porte-parole

 |   |  496  mots
Fin 2016, Grégoire Kopp a fini par devenir le porte-parole de l'entreprise, dans le contexte de la campagne présidentielle en France, lorsque Thibaud Simphal avait été promu, prenant en charge la région Europe de l'Ouest.
Fin 2016, Grégoire Kopp a fini par devenir le porte-parole de l'entreprise, dans le contexte de la campagne présidentielle en France, lorsque Thibaud Simphal avait été promu, prenant en charge la région Europe de l'Ouest. (Crédits : Capture d'écran Twitter)
Mauvaise nouvelle pour la filiale française d’Uber, le géant américain du VTC (voiture de transport avec chauffeur). Selon nos informations, le porte-parole et directeur de la communication d’Uber France, Grégoire Kopp, va quitter le navire cet été pour rejoindre une entreprise française.

Nouveau départ à la direction d'Uber. Quelques semaines après la démission du fondateur d'Uber, Travis Kalanick, Grégoire Kopp vient ajouter son nom à la longue liste des nombreux autres dirigeants ayant quitté l'entreprise, comme le responsable de la stratégie David Plouffe (ancien conseiller de Barack Obama) et la directrice de la communication et des affaires publiques Rachel Whetstone. En effet, le porte-parole et directeur de la communication d'Uber France a annoncé son prochain départ dans un mail interne qu'a pu consulter La Tribune :

"Je vous écris aujourd'hui pour vous dire que j'ai décidé de quitter Uber cet été. Si je pars, c'est pour une toute autre aventure : rejoindre une entreprise technologique française d'envergure mondiale en pleine expansion, leader européenne sur son marché, pour conseiller son CEO-fondateur."

Diplômé de Sciences-Po et avocat de formation, passé par l'association de consommateur UFC-Que Choisir et l'agence TBWA/Corporate, Grégoire Kopp avait rejoint Uber il y a un peu plus de deux ans en provenance du gouvernement, où il officiait comme conseiller en communication du ministre Alain Vidalies, d'abord aux Relations avec le parlement, puis aux Transports. Il n'était, à l'époque, pas en charge du secteur des taxis, qui dépendait du ministère de l'Intérieur. Cependant ce recrutement, bien que validé par la commission de déontologie, avait tout de même été assez médiatisé et suscité quelques interrogations.

La crise des taxis et des chauffeurs

Puis, très vite, le communicant a dû prendre le taureau par les cornes en gérant les manifestations de taxis durant la crise uberpop (le service de transport entre particuliers d'Uber, désormais suspendu). Grégoire Kopp a également affronté le courroux et les protestations de chauffeurs VTC eux-mêmes, après une première baisse des tarifs d'Uber en octobre 2015, puis en décembre dernier lors de l'augmentation des frais de service de la plateforme.

Fin 2016, Grégoire Kopp a fini par devenir le porte-parole de l'entreprise, dans le contexte de la campagne présidentielle en France, lorsque Thibaud Simphal avait été promu, prenant en charge la région Europe de l'Ouest. Dans ses interventions, il a toujours farouchement défendu la démocratisation du transport à la demande au bénéfice de la mobilité des Français, mettant en avant sa complémentarité avec les transports en commun, et la réduction de l'usage des voitures individuelles. Sans pour autant négliger la nécessaire refonte du statut des indépendants afin d'améliorer leur protection sociale. C'est d'ailleurs le ton qui ressort du dernier paragraphe de son email :

"En rejoignant Uber, je tweetais être heureux de rejoindre 'une société de technologie qui évolue aussi rapidement qu'elle fait bouger la société'. Je n'ai pas été déçu : Uber a un impact, apprend de ses erreurs et saura évoluer pour continuer de faire bouger un monde trop souvent sclérosé. Dans le bon sens, grâce à vous."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2017 à 10:50 :
bon vent !
certainement parti vers d'autres cieux plus prometteurs. UBER est en crise comme son modèle économique qui consistait à faire plier la loi en usant de méthodes de voyous .
L'entreprise n'est toujours pas rentable malgré tout.
L'ubérisation doit être combattue parce qu'il n'est pas un modèle de société porteur!
a écrit le 05/07/2017 à 10:53 :
Ben à défaut de faire bouger la société c'est lui que uber fait bouger.

Comme quoi les grandes déclarations d'amour quand tout va bien prennent une autre dimension quand cela ne va (déjà) plus.
Réponse de le 05/07/2017 à 11:32 :
c'est exactement ça.
Réponse de le 05/07/2017 à 13:16 :
Une lecture plus attentive vous aurais permis de voir que ce que vous appelez une "grande déclaration d'amour" est son e-mail de départ...
Réponse de le 05/07/2017 à 15:48 :
"Une lecture plus attentive vous aurais permis de voir que ce que vous appelez une "grande déclaration d'amour" est son e-mail de départ... "

Ben je le sais difficile de passer à côté et c'est bien à lui que je me réfère et donc ?

"rejoindre une entreprise technologique française d'envergure mondiale en pleine expansion"

"une société de technologie qui évolue aussi rapidement qu'elle fait bouger la société"

Vous ne voyez pas ce que je souligne là ? C'est du manichéisme sémantique, on prononce des phrases toutes faites qui au final sont dénuées de sens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :