Uber : "Nous sommes rentables aux Etats-Unis, pas en Chine" (Kalanick)

 |   |  290  mots
Uber, non cotée en Bourse mais valorisée quelque 70 milliards, est présente dans 40 villes chinoises et projette de s'étendre à 100 d'entre elles d'ici la fin de l'année.
Uber, non cotée en Bourse mais valorisée quelque 70 milliards, est présente dans 40 villes chinoises et projette de s'étendre à 100 d'entre elles d'ici la fin de l'année. (Crédits : Reuters)
Uber perd plus d'un milliard de dollars chaque année en Chine, où l'entreprise est engagée dans une guerre des prix effrénée avec son concurrent local Didi Kuaidi, a déclaré le directeur général de la plateforme qui met en relation passagers et voitures avec chauffeur (VTC).

Un milliard de dollars. Voici ce que perdrait chaque année Uber en Chine, où l'entreprise -non cotée mais valorisée 70 milliards- est engagée dans une guerre des prix effrénée avec son concurrent local Didi Kuaidi, selon le directeur général de la plateforme qui met en relation passagers et voitures avec chauffeur (VTC).

La branche chinoise d'Uber a vu sa valorisation augmenter le mois dernier à plus de huit milliards de dollars (7,2 milliards d'euros), après une levée de fonds d'un milliard.

     | Lire Bataille de chiffres entre Uber et son rival local Didi Kuaidi

L'application de réservation de voitures avec chauffeur peine cependant à être rentable en Chine en raison de la forte concurrence qui y règne.

Uber rentable sur sa terre d'origine

"Nous sommes rentables aux Etats-Unis mais nous perdons plus d'un milliard de dollars par an en Chine", a déclaré Travis Kalanick. Des responsables d'Uber ont confirmé ces déclarations dans un courriel adressé à Reuters.

"Nous faisons face à un concurrent qui n'est rentable dans aucune des villes où il opère mais il gagne des parts de marché. J'aimerais que le monde ne soit pas comme ça", a-t-il ajouté.

Dépenser pour gagner toujours plus de parts de marché

Comme Uber, Didi Kuaidi, financé par Tencent Holdings et Alibaba Group Holding, a dépensé sans compter afin de gagner des parts de marché, pariant sur l'avenir du marché chinois des transports en ligne, susceptible selon eux de devenir le plus important au monde.

À ce jour, Uber est présent dans 40 villes chinoises et projette de s'étendre à 100 d'entre elles d'ici la fin de l'année.

>> Aller plus loin Pourquoi Uber considère la Chine comme sa mine d'or

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2016 à 15:04 :
Uber ou l'extrême capitalisme le libéralisme le retour à l'esclavage mais les con sommateurs sont heureux de payer moin cher donc ils ont tous les droits bien-sûr .
a écrit le 19/02/2016 à 14:37 :
UBER n'est pas rentable est perd l'argent de ses investisseurs qui pense qu'une société qui est valorisé reflète la réalité. UBER n'a que 5milliard en cash qui brûle à petit feu
a écrit le 19/02/2016 à 11:54 :
ben ça n'a pas l'air de les inquiéter de perdre un milliard chaque année. Dans quel monde on vit quand même...
a écrit le 19/02/2016 à 10:53 :
Le capitalisme chinois face au capitalisme occidental sait fort bien calculer et gérer : aux USA, le salaire horaire minimum légalisé serait autour de 10 $ ; qui dit mieux ? Y en a qui ne doivent pas rire jaunes, les petits pauvres.
a écrit le 18/02/2016 à 19:14 :
Il suffira de l'étendre aux pousse-pousses.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :