Voies sur berges : "La voiture n'est pas un modèle rationnel de transport" (1/2)

 |   |  1348  mots
La voiture n'est pas un modèle rationnel de transport. À 15 km/h, elle est moins rapide que le métro ou qu'un vélo. Surtout, en termes de capacité de transport, une voie pour voiture a moins de capacité qu'une voie pour vélo ou de bus, explique Christophe Najdovski, adjoint aux transports à la Ville de Paris.
"La voiture n'est pas un modèle rationnel de transport. À 15 km/h, elle est moins rapide que le métro ou qu'un vélo. Surtout, en termes de capacité de transport, une voie pour voiture a moins de capacité qu'une voie pour vélo ou de bus", explique Christophe Najdovski, adjoint aux transports à la Ville de Paris. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
[ La Ville en face-à-face 1/2 ] Alors que la bataille des chiffres fait rage autour de la fermeture des voies sur berges, La Tribune a rencontré les messieurs « transports » côté Ville et côté Région. S'ils sont tous deux d'accord sur la nécessité de réduire le trafic automobile en ville, ils divergent sur la méthode à utiliser. Ainsi que sur la place à consacrer aux voitures, notamment en matière d'infrastructures. Entretien, côté Ville, avec Christophe Najdovski, adjoint aux transports à la Ville de Paris.

LA TRIBUNE - La période d'essai de la fermeture des berges de Seine s'achèvera fin mars. Quels en sont les premiers enseignements ?

CHRISTOPHE NAJDOVSKI - Tout d'abord, il ne s'agit pas d'une période d'essai mais d'une période d'observation, pour ce qui est un engagement de campagne de notre programme commun avec Anne Hidalgo. Et ce projet est tout de même soutenu par la majorité des Parisiens. Selon plusieurs sondages, 60 % étaient favorables à la piétonnisation des voies sur berge en amont et 55 % au moment de sa mise en place, c'est-à-dire au plus fort de la polémique. Un arrêté conjoint a été pris par la préfecture de Police et la mairie de Paris, instituant une aire piétonne sur ce qui était auparavant une autoroute urbaine. D'ailleurs, si l'on replace ce projet dans un contexte historique, rappelons qu'il y a cinquante ans, ces berges étaient en partie piétonnes ! Cette autoroute urbaine a été créée ex nihilo, afin d'amener de la circulation automobile là où il n'y en avait pas auparavant.

Cette période d'observation a été établie pour voir si l'on constate la thrombose qui avait été évoquée : ce n'est pas le cas. Les chiffres montrent une diminution des flux de circulation sur les itinéraires de report entre les mois de septembre et de décembre 2016. Il y a du report sur le boulevard Saint-Germain et sur les quais hauts, mais la circulation sur la berge a disparu. Les reports se sont diffusés, en partie peut-être sur le périphérique, et aussi grâce à un phénomène d'évaporation.

Comprenez-vous l'opposition de la présidente de Région et des 168 élus de banlieue qui se sont associés au recours déposé par Valérie Pécresse le 24 novembre dernier devant le tribunal administratif ?

Les maires de banlieues qui s'opposent à la piétonnisation des berges font dans leurs villes des zones limitant la vitesse à 30 km/h et des centres-villes piétonniers. Pourquoi Paris n'aurait-elle pas le droit de le faire ? Aujourd'hui on constate, et c'est la DRIEA (Direction régionale et interdépartementale de l'équipement et de l'aménagement d'Îlede-France) qui le dit, qu'une bonne partie de la congestion autoroutière provient de ces mesures municipales. Le trafic, qui auparavant se faisait sur les voies secondaires, se reporte sur les autoroutes, qui à la base, étaient faites pour les trajets de longue distance. Aujourd'hui, elles sont empruntées pour quelques kilomètres entre deux sorties... Les travaux du tramway Nord et ceux des gares du Grand Paris Express créent aussi des perturbations. C'est donc bien plus complexe que les seules voies sur berge ! On n'a pas réduit les flux entrants, mais on peut aménager l'espace public pour le partager. Par exemple en créant un réseau express vélo d'est en ouest, notamment sur les Champs-Élysées.

Outre les aménagements que vous êtes en train de réaliser, que faudrait-il changer pour améliorer la situation ?

Aujourd'hui l'un des grands défauts, c'est l'absence de régulation sur le stationnement et l'absence de contrôles de la part de la préfecture de Police. On décompte actuellement quelque 90 % de fraude au paiement du stationnement de surface ! Sans parler des incivilités... Il faudrait remettre des agents de la circulation.

La Ville a pris du retard du fait de son architecture institutionnelle : Paris n'a pas la main sur la politique des transports - le Stif (Syndicat des transports d'Île-de-France) est présidé par la présidente de la Région. Ce qui n'est pas le cas des autres métropoles. Le maire de Paris est celui qui a le moins de pouvoirs en France. Mais avec le vote de la loi sur le statut de Paris, à partir du printemps, pour la première fois de son histoire, la maire de Paris aura de vrais pouvoirs en matière de circulation.

Vous êtes donc convaincu que cet aménagement va dans le bon sens et que cela va permettre, à terme, de diminuer le nombre de voitures en ville ? Finalement, c'est le changement qui pose problème ?

Il y a 15 ans, Bertrand Delanoë avait déclenché des cris d'orfraie avec ses couloirs de bus : ça allait être l'apocalypse. Or, personne ne les remettrait en cause aujourd'hui. C'est un éternel recommencement. Le rapport à l'automobile est passionné. Il y a eu un mouvement d'adaptation des villes à la voiture depuis l'avènement de l'automobile, qui a entraîné de la pollution, de la congestion, puis une remise en cause : il faut réduire la place de la voiture et la partager avec d'autres modes de déplacements comme les transports publics.

Il faut aussi prendre en compte la question de la fréquence d'utilisation du véhicule ! Les gens continuent de prendre leur voiture, mais moins souvent. C'est ce qui crée de l'évaporation. On n'a pas forcément réduit les flux aux portes de Paris, mais seulement au centre. Alors oui, entre 16 heures et 21 heures c'est compliqué. Mais on ne va pas en rester là. Nous avons lancé pour l'autopartage le service SVP, qui met plus de 200 places de parking en surface à la disposition d'opérateurs tels que Zipcar, et nous travaillons à réaliser des aires de covoiturage aux portes de Paris (porte d'Auteuil et à l'est de Paris).

Pourquoi êtes-vous contre le plan routier du Stif qui vise, notamment, à fluidifier la circulation afin de diminuer la pollution liée à la congestion ?

Nous ne sommes pas d'accord avec les infrastructures routières supplémentaires que cela implique. Sur l'intensification de la route, en revanche, on se rejoint. On pourrait transporter plus de personnes avec moins de véhicules. Cette équation est possible si on s'en donne les moyens avec des lignes de bus express, du covoiturage... C'est la solution à l'échelle de l'Île-de-France et cela se répercute ensuite dans Paris.

C'est une chimère de penser que les infrastructures vont tout régler. La réalité aujourd'hui, c'est que les routes sont sous-utilisées. Avec une moyenne de 1,2 occupant, la voiture n'est pas un instrument capacitaire. Dans une rue comme Rivoli, si vous faites disparaître la carrosserie des véhicules, il y a moins de monde sur la chaussée que sur les trottoirs aux heures de pointe. La voiture n'est pas un modèle rationnel de transport. À 15 km/h, elle est moins rapide que le métro ou qu'un vélo. Surtout, en termes de capacité de transport, une voie pour voiture a moins de capacité qu'une voie pour vélo ou de bus.

Le projet de piétonnisation des voies sur berge pourrait-il être remis en cause, notamment sous un nouveau gouvernement ?

On regardera cartes sur table quels sont les flux de circulation. Pour cela, un comité de suivi, composé de la mairie de Paris et de la préfecture de police, se réunit régulièrement. La Ville de Paris a ses propres mesures, grâce à ses capteurs, pour suivre l'évolution de la situation et observer la circulation sur les itinéraires de report, c'est-à-dire les quais hauts, le boulevard Saint-Germain et le périphérique. Mais la mairie ne compte pas revenir en arrière. Dans les textes, la maire de Paris a la compétence de prendre cette décision, après avis conforme de la préfecture de Police, qui aurait un droit de veto si elle émettait un avis défavorable.

Quel que soit le résultat des prochaines échéances électorales, je ne vois pas comment un nouveau gouvernement pourrait recentraliser ce qui a déjà été décentralisé. Paris est une ville particulière : l'État n'est jamais loin, mais sur les questions de choix à opérer, c'est nous qui allons devenir compétents en vertu de la future loi sur le statut de Paris, qui doit être votée en février. Je n'imagine pas qu'un nouveau pouvoir revienne sur cette question.

Propos recueillis par Dominique Pialot et Mounia Van de Casteele

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2017 à 14:57 :
85% d après IUARP n ont strictement rien à faire a Paris intramuro. Son contournement est possible par d autres itinéraires. C est uniquement pour le confort personnel un point c est tout
a écrit le 03/02/2017 à 14:34 :
Une vrais idiotie .Si tout ceux qui sont en voiture se tournaient vers les transports en commun pour se transporter seul ou chargés ,ceux ci serraient totalement incapables de les absorber d'autant qu'il est quasiment impossible d'en augmenter le trafic .Voila le probleme ceux qui tapent sur la voiture par idéologie alors qu'ils savent qu'elle est indispensable .Bien sur ces donneurs de leçons n'ont pas de voiture juré la main sur le coeur ha ha ha ha .......
a écrit le 03/02/2017 à 13:55 :
bla bla bla, vivement que cette equipe de bras cassé parte
Réponse de le 03/02/2017 à 15:00 :
Entre nous vous vous regardez de temps en temps dans une glace
a écrit le 03/02/2017 à 12:42 :
Ce n'est pas l'objectif qui pose le plus de problème, ce sont les méthodes pour y arriver : décisions abruptes sans large concertation de tous les intervenants, et dénigrement systématique des opposants, des études scientifiques, .... Où est la démocratie participative qu'avait incarnée Ségolène Royal en 2007 et qui préconise d'avancer en écoutant ce que les gens ont a dire ??
a écrit le 03/02/2017 à 12:00 :
Paris Intramuros n'est pas une métropole ! trop petit ! On ne va pas comparer le métro parisien à celui de Londres, dont la superficie est 15 fois plus grande que Paris intra-muros et 3,6 fois plus peuplée (ils planent à la mairie de Paris). C'est pour cela que ces fermetures sont aberrantes.
Une vrai métropole ferait que Paris Intramuros soit une mairie d’arrondissement (*).
Suivant le découpage administratif actuel, qu'il faudrait reconsidérer d'ailleurs, c'est donc la région qui est pertinente pour décider d'une infrastructure globale de transport en IDF en incluant Paris Intra Muros.
Personnellement, je me rends à Paris Intramuros en transport en commun, pas de souci, c'est équipé ! le reste non !
(*) on peut citer aussi le débauchage complètement idiot,avec des loyers subventionnés par la mairie, des start-up située à Saclay pour les faire venir à Paris intramuros alors qu'il y a seulement 20 km de distance !
a écrit le 03/02/2017 à 9:44 :
La mairie fait son job ce sont les constructeurs de voitures qui ne le font pas, tandis qu'il faudrait plus de petites voitures deux places, légères et qui consomment peu ils continuent de nous faire de bagnoles dans lesquelles on pourrait presque vivre même si hélas ceux qui vivent vraiment dedans ne peuvent pas en disposer, forcément.

Les multinationales de la bagnole continuent de faire passer la voiture pour un objet de rêve alors que ce n'est à la base qu'un moyen de transport et que la plupart des gens lui demandent de les déplacer du point A vers le point B de sorte que cela lui coûte le moins de temps, d'argent et d'ennuis possibles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :