Les tableaux de classe Ulmann font leur rentrée

 |   |  380  mots
(Crédits : DR)
Moribonde il y a dix ans, l'entreprise est aujourd'hui le dernier fabricant français de tableaux pour les écoles.

Un tableau sur deux, dans les écoles, est signé Ulmann. L'entreprise, fondée en 1873, reste le dernier fabricant français sur ce marché, où elle côtoie des mastodontes comme PolyVision. Vingt mille tableaux (noirs et blancs) sont produits chaque année à Saint-Valérien (Yonne) où la PME emploie 60 salariés. Ils équipent notamment l'université de Jussieu et l'ENS Cachan, visibles sur un catalogue mis à jour au printemps dernier. Avec le programme national d'équipement des écoles rurales, Ulmann a développé une gamme de tableaux interactifs, dont elle a livré 200 exemplaires en 2009. « Je pense que c'est un produit qui prendra son essor dans les cinq à dix ans », avance Emmanuel Dubois.

Rachat et redressement

Le président de la SAS a racheté l'entreprise en 2002, un an après son recrutement par la Compagnie d'importation de laine pour liquider cette activité. Une activité alors en redressement judiciaire, qui affichait plus d'un million d'euros de pertes. Après la vente des bureaux parisiens, situés dans un hôtel particulier de Saint-Germain-des-Prés, Emmanuel Dubois a développé le négoce des articles scolaires, que l'entreprise opérait déjà depuis les années 1960. Du stylo aux ciseaux, en passant par la peinture, Ulmann importe sur ces gammes 80 % de son catalogue, qui compte aujourd'hui plus de 450 références destinées à la grande distribution qui représente désormais 55 % de son chiffre d'affaires (12 millions d'euros au total).

Mais le dirigeant a également conduit une politique de diversification en menant, dès 2004, deux opérations de croissance externe. TAS et Plan-it lui ont permis d'étendre sa gamme aux accessoires magnétiques et à ces fameuses cartes plastifiées qui habillent les murs des salles de classe (cartes du monde, planches éducatives etc.). Aujourd'hui, Ulmann a poursuivi cette logique de diversification, en développant toutes sortes de surfaces communicantes, depuis les écrans de projection jusqu'aux panneaux d'affichage ou d'exposition, à destination des écoles, entreprises et commerces. Parmi ses clients?: la mairie de Paris, la RATP, la Fédération française de tennis ou encore l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Grâce aux quelque 800.000 euros investis depuis 2002 par Emmanuel Dubois, Ulmann est la seule entreprise française à bénéficier, pour ce type de produits, des normes NF Environnement et PEFC. Alexandra Caccivio

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :