Téléchargez
notre application
Ouvrir

Jean-Luc Cerdin : "l'adaptation se déroule en quatre phase"

Propos recueillis par C. G.  |   -  283  mots
Jean-Luc Cerdin est professeur à l'Essec, expert des questions de gestion internationale des ressources humaines. Il est l'auteur de « S'expatrier en toute connaissance de cause », aux éditions Eyrolles.s

Par quelles phases psychologiques les expatriés passent-ils lors de leur installation dans un pays étranger ?

Le processus d'adaptation interculturelle a été décrit comme une courbe en U présentant quatre phases. La première est celle de la lune de miel. L'expatrié apprécie, à l'instar d'un touriste, la nouveauté de son environnement. Puis vient une période de désillusion et de frustration. C'est le choc culturel. L'individu applique à son environnement son cadre culturel de référence, qui ne lui permet pas de réagir de façon adéquate. Commence alors la phase d'adaptation. Sans abandonner son propre cadre, l'expatrié apprend à se comporter selon les normes culturelles locales. La quatrième et dernière phase est celle de la maturité. L'individu est dès lors parfaitement à l'aise.

Tout le monde est-il a priori capable de s'adapter et de réussir son expatriation ?

Un chercheur américain a développé à la fin des années 1970 la notion d'ancre de carrière, qui désigne les valeurs essentielles sur la base desquelles un individu fonde ses choix d'évolution professionnelle. Parmi les huit ancres qu'il a identifiées, figure par exemple l'ancre « sécurité-stabilité », qu'on imagine peu compatible avec une mobilité géographique. En 2004, deux chercheurs leur ont ajouté une neuvième ancre, dite « internationale ». Pour les gens qui ont cet ancrage, l'expérience internationale s'affirme comme le moteur de leur carrière.

Comment savoir quel est son ancrage ?

Des tests permettent à chacun de l'évaluer. J'ajoute que je participe au Cultural Intelligence Project de l'université canadienne Simon-Fraser. Nous testons actuellement un outil de mesure en ligne visant à aider les entreprises à apprécier le niveau d'intelligence culturelle de leurs collaborateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :