La Tribune

Jean-Luc Cerdin : "l'adaptation se déroule en quatre phase"

Propos recueillis par C. G.  |   -  283  mots
Jean-Luc Cerdin est professeur à l'Essec, expert des questions de gestion internationale des ressources humaines. Il est l'auteur de « S'expatrier en toute connaissance de cause », aux éditions Eyrolles.s

Par quelles phases psychologiques les expatriés passent-ils lors de leur installation dans un pays étranger ?

Le processus d'adaptation interculturelle a été décrit comme une courbe en U présentant quatre phases. La première est celle de la lune de miel. L'expatrié apprécie, à l'instar d'un touriste, la nouveauté de son environnement. Puis vient une période de désillusion et de frustration. C'est le choc culturel. L'individu applique à son environnement son cadre culturel de référence, qui ne lui permet pas de réagir de façon adéquate. Commence alors la phase d'adaptation. Sans abandonner son propre cadre, l'expatrié apprend à se comporter selon les normes culturelles locales. La quatrième et dernière phase est celle de la maturité. L'individu est dès lors parfaitement à l'aise.

Tout le monde est-il a priori capable de s'adapter et de réussir son expatriation ?

Un chercheur américain a développé à la fin des années 1970 la notion d'ancre de carrière, qui désigne les valeurs essentielles sur la base desquelles un individu fonde ses choix d'évolution professionnelle. Parmi les huit ancres qu'il a identifiées, figure par exemple l'ancre « sécurité-stabilité », qu'on imagine peu compatible avec une mobilité géographique. En 2004, deux chercheurs leur ont ajouté une neuvième ancre, dite « internationale ». Pour les gens qui ont cet ancrage, l'expérience internationale s'affirme comme le moteur de leur carrière.

Comment savoir quel est son ancrage ?

Des tests permettent à chacun de l'évaluer. J'ajoute que je participe au Cultural Intelligence Project de l'université canadienne Simon-Fraser. Nous testons actuellement un outil de mesure en ligne visant à aider les entreprises à apprécier le niveau d'intelligence culturelle de leurs collaborateurs.

Réagir