L'inconscient allemand et le « french bashing »

 |   |  999  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans un éditorial au vitriol, le quotidien allemand Die Welt règle son compte à la France. Un exercice que la perte du triple A ne va pas faire passer de mode de sitôt outre-Rhin. Mais pourquoi un tel ton polémique?

Les Français n'ont guère le don des langues. Et quand ils en savent une, c'est souvent celle de Shakespeare. Aussi sont-ils fort sensibles aux critiques émanant des médias britanniques et américains, comme la couverture récente de The Economist l'a une nouvelle fois démontré. Mais s'ils savaient aussi bien celle de Goethe, ils découvriraient que le «french bashing» a également une autre patrie : l'Allemagne.

«Grande Nation»?

Déjà, cet été, Der Spiegel avait réalisé une série de portraits des pays en crise dans la zone euro. La France en était et, à la différence de celui sur l'Italie, le dossier était clairement à charge. On y retrouvait la doxa habituelle des Allemands vis-à-vis de la France : la « Grande Nation » (comme s'acharnent à écrire non sans ironie les journalistes allemands, ignorant que le terme est hors d'usage de ce côté-ci du Rhin) déclassée et irréformable qui vit sur ses illusions. Malheureusement, l'annonce de Moody's sur le triple A français est arrivée trop tard pour que les plumes de la presse allemande puissent entonner à nouveau cette chansonnette. Les rédactions allemandes bouclent tôt outre-Rhin, et le "Ferienabend", la fin de journée, c'est chose sacrée. Ce sera donc pour demain matin.

Editorial au vitriol

Pour se consoler, on pourra toujours se régaler avec un éditorial au vitriol paru lundi dans Die Welt, le quotidien dit « sérieux » du groupe Springer, et poétiquement titré « Du beaujolais et des baguettes dans la faillite de l'Etat. » Son auteur, Marko Martin, ne pardonne rien à la France et ne lui laisse aucun espoir. Ce pays qu'il qualifie de « quasi-socialiste » lui est visiblement insupportable. Son élite d'abord, « unie dans son étatisme, ses initiatives de petits-bourgeois et son protectionnisme généralisé, qui sans vergogne sert une rhétorique anticapitaliste de « l'égalité toujours » (en français dans le texte). » Une élite à qui, en passant, Marko Martin reproche beaucoup : l'affaire du sang contaminé, le massacre des tutsis au Rwanda et l'intérêt des Français pour les affaires de c?ur d'Arnaud de Montebourg (sic !) et de Nicolas Sarkozy.

Louis Gallois traité de mi-bolchévique

« Et pendant ce temps, résume Marko Martin, les exportations reculent, le chômage des jeunes explose, l'antisémitisme se répand dans les banlieues, le système social s'effondre et la banqueroute d'Etat menace. » Même Louis Gallois ne trouve pas grâce aux yeux de l'éditorialiste allemand. Celui qui «a mené une carrière de fonctionnaire grassement payé par l'Etat » tient un discours « mi- bolchévique, mi-dandy qui convient parfaitement au domaine de l'ennemi déclaré de la mondialisation, le ministre du Redressement productif, Arnaud de Montebourg (re-sic !). »

« Jacasseries » et Amélie Poulain

Bref, la France est terminée, finie. Ses jeunes ne veulent être que fonctionnaires, sa structure est autoritaire, sa presse aux ordres, et sa société « emprisonnée dans un mode de jacasseries creuses » et qui s'enferme dans le monde irréel d'Amélie Poulain. Voici qui fait froid dans le dos. Qui voudrait d'un tel pays comme partenaire ?

C'est du reste là le fond de la pensée de l'éditorialiste qui commence son texte par une critique en règle des initiatives franco-allemandes « où l'on a dépensé tant d'argent du contribuable. » Ici, on ne peut que lui donner raison : à le lire, on voit mal en effet à quoi cet argent à servi. Tout ceci semble en effet illusoire et la lecture même brève ce matin des commentaires aux articles sur la perte du triple A est aussi éloquente que le commentaire de l'institut économique patronal IW Köln, qui s'interroge sur la "capacité des Français" à accepter les réformes. Les Français vont bientôt goûter les joies des critiques que l'Allemagne réservait jusqu'ici aux malheureux Grecs.

Force est donc de constater que l'incompréhension domine encore des deux côtés du Rhin et que, si les effets de la guerre en ont apaisé les effets durant deux ou trois générations, rien n'est vraiment réglé. Un article comme celui de Marko Martin, aussi pertinent soit-il par ailleurs, perd de sa valeur par ce ton arrogant qui aurait pu naître sous la plume d'un éditorialiste conservateur au temps de Guillaume II.

Haine de soi?

Il existe en allemand un mot qui traduit le sentiment qu'éprouvent de nombreux Allemands à la vue des difficultés de leur voisin occidental : Schadenfreude. C'est une joie que l'on éprouve devant le malheur de l'autre. Le mot n'existe pas en français, mais il serait hardi d'en tirer des conclusions. Pas plus qu'on ne se hasardera à rappeler à Marko Martin que la société allemande a aussi ses handicaps : son vieillissement, son égoïsme, la corruption et l'incompétence de ses élites (que l'on se souviennent de l'affaire Guttenberg) et, comme en France, ses passions stupides comme celle pour ce petit ours polaire, Knut, qui passionna le pays pendant des semaines voici quelques années. Une lecture quotidienne de Bild Zeitung suffit à rassurer le Français sur l'état culturel de sa propre société.

On ne se hasardera pas davantage à rappeler que l'Allemagne est également en fâcheuse posture et que la chute de la France signifierait celle de la république fédérale. Ni que sa vision de la France est surtout celle de la France rêvée par les Allemands, où les ministres sont des aristocrates et où les habitants rêvent de boire du beaujolais et de vivre dans le monde d'Amélie Poulain.

Mais en revanche peut-être rappellera-t-on à Marko Martin, jadis journaliste pour le très à gauche quotidien Taz qu'il a vécu à Paris dans les années 1990 et qu'il a collaboré à la revue de Bernard-Henri Levy La Règle du Jeu. Voilà qui est bien germanopratin et bien élitiste parisien, mein Herr ! La haine des autres est souvent bien proche de la haine de soi...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2014 à 14:39 :
J'invite la Tribune à dénoncer au vitriol la politique mercantiliste allemande: Salaires scandaleusement bas pour dégager des surplus exportables et sous évaluation du D-Mark avec lequel elle est entrée dans l'euro. Tout le reste n'est que l'effet de cette politique qui fait contre la France et le reste de l'Europe une guerre économique pour que, selon la sortie bismarckienne de Gerhard Shröder: "Le 21ème siècle lui donne ce que le 19ème et le 20ème lui ont refusé. Pour plus d'information, rechercher sur internet.
a écrit le 13/12/2012 à 9:01 :
Bien Envoyé !! et on oubliera pas la GROSSE RIGUEUR ALLEMANDE avec cette belle ecriture de 50 milliards passées à l'envers dans des comptes qui découverte , 6 mois apres l'arrete des comptes , redonnait un ballon à la dette allemande ..... Heureusement qu'il s'agissait d'une strucuture d'isolation d'actifs pourris(car les casseroles l'allemagne en a aussi).
a écrit le 12/12/2012 à 8:09 :
"French bashing au Bundestag" Ne vous en faites pas, Berlusconi est de retour, ils adorent le dénigrer, c'est un sport national en Allemagne de dénigrer tout ce qui vient du sud.
Die "Theorie der Herrenrasse" ist wieder hoffähig. (Arthur de Gobineau)
Je me demande ce qu'ils faisaient de cette «Theorie de la Herrenrasse » pendant que les cosaques en 1945 se défoulaient dans les greniers et les caves de Berlin.
a écrit le 03/12/2012 à 18:13 :

Le quotidien DIE WELT est un habitué des diatribes profanées à l'encontre des gouvernants français qui ne passent pas dans son optique néo-conservatrice : http://hendaye.environnement.over-blog.fr/article-relations-franco-allemandes-111734674.html
L'auteur de l'article, Markus Martin, est connu pour être de la même trempe que journal dans lequel il écrit. Il participe par ailleurs à la rédaction d'un blog dénommé « L'axe du bien » (Die Achse des Guten), dans lequel néo-conservateurs (version Neocons-USA) et anti-islamistes sont légion.
a écrit le 29/11/2012 à 23:31 :
On se permettra de recommander ceci sur le XIXème :
http://www.contreligne.eu/2012/09/sans-grand-changement-benedetto-croce-et-lallemagne/

Et ceci sur la situation actuelle :
http://www.contreligne.eu/2012/09/question-allemande-economie-euro-histoire-diplomatie/


a écrit le 26/11/2012 à 14:08 :
"(comme s'acharnent à écrire non sans ironie les journalistes allemands, ignorant que le terme est hors d'usage de ce côté-ci du Rhin)"

"Voilà qui est bien germanopratin et bien élitiste parisien, mein Herr "

Le "Terme" est hors d'usage de ce coté-ci du Rhin aussi,

"Ferienabend" LOL ....
Réponse de le 06/04/2013 à 9:41 :
Oui ca m'a aussi fait rire, le ferienabend. kesako? Oh la la, nous voila bien avancés
a écrit le 26/11/2012 à 10:54 :
Article absolument nul.
a écrit le 24/11/2012 à 2:28 :
Article mal recherché, exemple: la fin de la journée de travail ne s'appelle pas Ferienabend mais Feierabend. Tout les jours je tombe sur des fautes importantes dans les articles de journaux. On peut pas les prendre au sérieux.
a écrit le 23/11/2012 à 22:16 :
Nous vivons l?Europe allemande ! C?est-à-dire une Europe conforme aux intérêts des seuls rentiers allemands, retraités ou en passe de l?être, qui ont choisi la retraite par capitalisation. Il s?agit là de 15 % de la population, la plus aisée, installée aux postes de commande et servant de caution aux intérêts parallèles des mêmes rentiers dans toute l?Europe qui aiment l?euro fort et les cours de bourse stables ou en hausse dont dépendent leur revenus présents ou futurs.
a écrit le 23/11/2012 à 22:15 :
Nous vivons l?Europe allemande ! C?est-à-dire une Europe conforme aux intérêts des seuls rentiers allemands, retraités ou en passe de l?être, qui ont choisi la retraite par capitalisation. Il s?agit là de 15 % de la population, la plus aisée, installée aux postes de commande et servant de caution aux intérêts parallèles des mêmes rentiers dans toute l?Europe qui aiment l?euro fort et les cours de bourse stables ou en hausse dont dépendent leur revenus présents ou futurs.
a écrit le 22/11/2012 à 17:18 :
Que de réaction malsaine... Et tout ça pour un pauvre article paru dans die Welt... ça fait peur.
Réponse de le 22/11/2012 à 17:52 :
ce genre d'articles est paru dans Bild, Handelsblatt, FAZ...
il n'est pas l'exclusivité du journal die Welt.
On voit que vous ne parlez pas allemand.
Réponse de le 23/11/2012 à 0:08 :
Contrairement à vous, moi je pense que CH01 parle et lit allemand.
Réponse de le 23/11/2012 à 13:56 :
Feierabend:la fin de la journée et non Ferienabend
a écrit le 22/11/2012 à 16:32 :
La mode du french bashing est une illusion bien française qui n'existe pas. Le frensh bashing consisterait à taper sur la France à tout propos. Mais pourquoi les étrangers de tous les pays nous donnent-ils unanimement d'aussi bons conseils, à savoir sortir du socialisme, s'ils nous voulaient du mal ? Au contraire, s'ils avaient de mauvaises intentions et voulaient détruire la France, ils nous encourageraient à faire encore plus de socialisme puisque chacun sait, s'il est bien éduqué, que le socialisme est condamné à échouer dans la crise et la pauvreté. Certes, nos voisins ont un intérêt puissant à nous prodiguer de bons conseils : si la France s'effondre, c'est toute la zone euro et partant l'économie mondiale qui s'effondrera. En vérité, il n'y a pas de french banshing mais du "socialism bashing". La fin du socialisme en France, la mise au rebut des politiciens et des hauts fonctionnaires actuels, n'est pas la fin de la France. Au contraire, ce sera sa renaissance. Vive la France libérée du socialisme !
Réponse de le 23/11/2012 à 12:16 :
Vous devez faire erreur mais n'est-ce qu'une faute de frappe certainement. fin du socialisme ou fin de l'UMPisme ?
a écrit le 22/11/2012 à 16:09 :
Nos politiques PS et UMP ont fait le choix dans les années 90 d'axer le moteur de la France sur la Consommation, en laissant tomber notre Industrie, c'est une des raisons pour laquelle nous sommes en panne : mauvais choix stratégique de nos décideurs.Par contre l Allemagne a fait le choix de baser son économie sur son Industrie et utilise ses voisins de l Est, comme la Roumanie et la Bulgarie dont le Smic est à 200 ?/mois, ce qui induit une compétition déloyale à l intérieur des 17 pays de l'Euro.
L Euro cher s explique aussi par le fait que la population allemande est vieillissante et préfère la Rente d où son choix de nous imposer l Euro fort.


Réponse de le 22/11/2012 à 16:26 :
Je suis d'accord avec toi mais de toute façon avec le vieillissement de la population allemande dans 20 ans ils feront moins les malins quand ils pourront plus payés leurs retraite !
Réponse de le 22/11/2012 à 16:33 :
L'Allemagne fait ce qu'elle veut. Crois-tu pouvoir t'y opposer, gros malin ?
a écrit le 22/11/2012 à 16:07 :
cit. "pourquoi les journalistes de qualité ne s'emploient pas à nous faire comprendre un peu les cultures différentes de la notre au lieu de les critiquer à partir de notre prisme national?" = une solution: lisez cafebabel.com
a écrit le 22/11/2012 à 16:03 :
Dans son livre Jean-Pierre Chevènement : La France est-elle finie ? Editions Fayard.

Page 40, il nous raconte comment une clause d'harmonisation fiscale préalable en Europe était prévue dans le Traité de Luxembourg. En 1989, celle-ci sauta sous la pression de Helmut Kohl, malgré l?opposition de son ministre des Finances, Gerhrard Stoltenberg, qui dut démissionner.



a écrit le 22/11/2012 à 15:31 :
Comme si les médias français ne faisaient pas dans l'anti-anglosaxonnisme avec les méchants financiers de la city et de Wall Street ou de l'anti-germanisme avec Merkel.
Sauf que eux ils ont de meilleures raisons que nous: on est de plus en plus à la ramasse.
Ce n'est pas parce qu'on critique l'élite d'un pays que l'on critique un pays. Personnellement je n'ai aucun solidarité avec notre élite politique qui s'acharne à détruire la France. Qu'il faille attendre que les médias étrangers face ce constat et pas la presse française subventionnée c'est désolant.
Réponse de le 22/11/2012 à 16:23 :
Quelle blague... Justement on se faits insultés de partout et nous on a juste à les critiquer un peu pour être qualifié de raciste !
Réponse de le 22/11/2012 à 16:56 :
+10
a écrit le 22/11/2012 à 14:44 :
L'auteur ne semble pas bien connaître la langue allemande. Son expression "Ferienabend"
ne signifie en aucun cas "Feierabend" = fin de journée. Je doute même que "Ferienabend"
se trouve dans le "Duden". Polémiquer contre un article polémique n'enrichit pas le débat !
Mais cela remplit un journal !
Réponse de le 22/11/2012 à 14:54 :
le fait que le journaliste se soit trompé dans l´orthographe de ce mot ne modifie en rien le contenu de l´article qui semble explicite et (malheureusement) véridique.
Personne ne vous oblige à lire cet article si le titre ne vous inspire pas.
a écrit le 22/11/2012 à 14:14 :
Autant je comprends qu on ne soit pas d accord avec l article de Die Welt (qui est clairement a charge) autant il est erronné de le critiquer en citant des problemes allemand. Surtout ceux qui n en sont pas !
-natalite: l Allemagne vieillit (mais la france aussi) mais notre solution est elle vraiment meilleure ? Le lapinisme francais fait qu on produit des tas de bebe, mais comme en france on privilegie les vieux, on economise ensuite sur l education (cf les diverses restrictions de Sarkozy sur l ecole) puis uen fois adulte ils auront le choix entre le chomage, un emploi sous paye (mais largement leste en cotisation sociale aux profits desdits vieux) ou l exil)
- la corruption: la ca a mourir de rire. zu Guttenberg (c est un baron, n oubliez pas la particule ;-)) a ete pris la main dans le sac pour avoir plagie sa these de doctorat et a du demissionner. Outre le fait qu aucun de nos politiciens ne perdrait son temps a ecrire un memoire universitaire, on a des ex presidents fortement soupsonnes de pots de vin (chirac et Sarkozy), un premier ministre condamne (6 mois avec sursis pour prise illegale d interet). La classe politique allemande est surement bien plus honnete que la francaise. Simplement en RFA, il n y a pas de copinage presse/politique. Ce l ex president Wulf a appris a ses depends (il a du demissionner pour ce qui en France est une pecadille). Un DSK aurait aucune chance en RFA
Réponse de le 22/11/2012 à 14:33 :
les français ne privilégient pas les vieux et font beaucoup pour les enfants: budget important en maternelle et primaire, scolarisation beaucoup plus jeune qu'en allemagne, subventions importantes pour les creches, allocations fam...........
Réponse de le 22/11/2012 à 15:26 :
"mais comme en france on privilegie les vieux, on economise ensuite sur l education". Voici encore une fausse idée ! Les budgets de l'EN n'ont cessé de croître depuis plusieurs dizaines d'années. La vérité, c'est que ces budgets sont très mal gérés et l'efficacité des politiques éducatives ne sont pas réellement mesurées... Dans tous les domaines, on peut trouver mille et une raisons d'augmenter constamment les sommes investies... encore faudrait-il se poser la question de savoir si les choses sont bien faites !
Réponse de le 22/11/2012 à 16:43 :
Beaucoup d'idées reçues et de suppositions :
- le vieiilissement : l'allongement d ela durée de vie est siilaire dans les deux pays, mais l'âge moyen est supérieur en Allemagne car la population diminue depuis deux ans et cela s'amplifiera dans les années à venir
- le lapinisme français et les privilèges des vieux : les dépenses en éducations augmentent constamment (mais leur utilisation est sûrement à améliorer) le maintien de la population est favorisé
- l'honnêteté allemande : il suffit de voir le classement de Transparency International Allemagne 15ième, la France un point derrière.
- DSK n'a eu aucune chance en France non plus
a écrit le 22/11/2012 à 14:12 :
il ya une chose que Marko martin a oubliée: nous avons une "silver bullet" pour nous sortir de cette mauvaise passe, car au contraire des Grecs qui ne veulent pas vendre leurs îles pour éponger leurs dettes, les français seraient contents de vendre LA CORSE!
Réponse de le 22/11/2012 à 23:38 :
Ah oui, la bonne blague, les corses ne seraient pas contents...
a écrit le 22/11/2012 à 14:07 :
Je vais de ce fait boycotter les produits allemands
Réponse de le 22/11/2012 à 14:41 :
Enlevez pour vous amusez toutes les machines-outils ou equipement et produits de haute technicité fabriqués en Allemagne des usines francaises.
Je nvous le garnatis, vous allez vite changer d´avis !
Réponse de le 22/11/2012 à 18:29 :
par contre, on est pas obligé d'acheter une voiture allemande.
a écrit le 22/11/2012 à 14:05 :
c est rien à côté des australiens!
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hp6J6PF47CM
a écrit le 22/11/2012 à 13:45 :
C'est ahurissant l'auto-dénigrement systématique des français. Ok, il y a plein de problèmes et il va falloir bouger. Mais on a su le faire à d'autre époque. C'est ce coté ?ailleurs c'est mieux? et geignard qui fatigue
Comme disent nos amis anglais : right or wrong, my country
a écrit le 22/11/2012 à 13:03 :
Beaucoup de passion dans ces messages... Revenons à la réalité: qu'un journaliste aigri fasse du "frechbashing", probablement plus par déception et jalousie qu'autre chose, passe.

Mais, travaillant depuis des années avec des entreprises allemandes, je peux vous dire qu'ils sont loin de nous mépriser, et que parfois même ils nous envient. Ils se font d'ailleurs souvent un point d'honneur à parler français, ne serait-ce que quelques mots. Seuls les Allemands qui ne sont jamais sortis de chez eux font (pas tous!) de l'antifrancisme primaire.

Et qu'un journaliste enfoce le clou, c'est tout simplement la preuve d'une profonde bêtise...

a écrit le 22/11/2012 à 12:38 :
Excellent
a écrit le 22/11/2012 à 12:17 :
Excellent, bravo pour cet article qui remet les compteurs à zéro.
Ce qui est inquiétant c'est les élites allemandes qui ont viré leur cuti il ya une vingtaine d'années pour épouser le social libéralisme (cf mini jobs), rêvent en, secret d'une Allemagne superpuissante après 70 ans de contrition post guerre. L'histoire et la culture d'oppostion entre les deux peuples va t-elle renaître? C'est mauvais signe pour l'avanir de l'Europe!
Réponse de le 22/11/2012 à 12:47 :
l Allemagne perdra de 5 a7 millions de personne jusqu?à a 2030.
un peuple vieillissant qui ne doit son expansion qu a ses exportations .ceci expliquant peut être son inquiétude actuelles .
Réponse de le 12/12/2012 à 12:11 :
Pff ! Si les salaires relatifs continuent à baisser dans le sud de l'Europe (dont la France) et à augmenter en Allemagne, les Allemands n'ont pas de souci à se faire pour leur démographie !
a écrit le 22/11/2012 à 12:08 :
Nous sommes dans un monde de vautours, le plus fort cherche à effacer le plus faible. Lorsqu'un adversaire présente des faiblesses, on l'affaiblit davantage puis on l'abat. C'est à la France de se réformer, de faire de concessions en son sein (Pouvoir public, patronat, syndicat, population) et de réagir. Sinon, elle risque d'être conduite vers la faille. Sortons des schémas rigides, adaptons-nous aux évolutions mondiales et soyons réactifs.
Réponse de le 22/11/2012 à 12:27 :
quand il s'agit de se reformer, la france explique qu'elle a une exception culturelle et qu'en consequence le reste de l'univers doit lui faire allegeance et s'incliner devant le roi soleil
a écrit le 22/11/2012 à 12:07 :
Je ne me souvient pas d'une quelconque charge contre l?Allemagne de la part de nos (mauvais?) journaux lors de la publication du rapport de l'OIT (janvier 2012) pointant du doigt les reformes Schröder de 2003. Je me permet de vous glisser le lien du Monde à ce sujet :
"http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/01/24/les-bas-salaires-allemands-seraient-a-l-origine-de-la-crise-en-zone-euro_1633684_1581613.html"

Alalah la France est loin d'être parfaite mais ces fanfarons Allemands devrait méditer ce proverbe bien connu "Avant d?enlever la paille de l?oeil de ton voisin, retire la poutre qui est dans le tien"
Réponse de le 22/11/2012 à 13:31 :
Ce n'est pas un proverbe mais dans la bible: Mathieu 7,3. Quant à la presse "Springer" ça les prend comme ça de temps en temps, comme à la TV français les films avec les méchants allemands et leur accent.
Réponse de le 22/11/2012 à 13:43 :
Merci pour cette correction Gigi, j'avoue ne jamais avoir lu ce roman à succès ni les innombrables spin-off qui l'entourent ;) Lafrague, Kropotkine et Thoreau traînent sur ma table de nuit.
Réponse de le 22/11/2012 à 13:58 :
Donner des citations, c'est comme pour des journalistes qui donnent leur avis sur un pays, sans savoir de quoi ils parlent, il ne faut pas tout croire.
Réponse de le 22/11/2012 à 14:14 :
Ahahah oui j'ai voulu me la jouer vieux sage érudit, tu aurais pu m'envoyer "la culture c'est comme la confiture moins on en a plus on l?étale" de Desproges
a écrit le 22/11/2012 à 12:02 :
L'antisémitisme se répand dans les banlieues ? C'est vrai que les Allemands ont des leçons de morale à donner ...Qu'ils viennent , on les re corrigera...En attendant refuser de consommer leurs produits....
Réponse de le 22/11/2012 à 12:24 :
il faut consommer des produits exclusivement non francais, histoire que le gourvernement sache ce qu'on pense de lui
a écrit le 22/11/2012 à 11:51 :
Juste un petit rectificatif : on dit "Feierabend" en Allemand, et non "Ferienabend". Très bon article !
a écrit le 22/11/2012 à 11:32 :
Merci pour cet article
a écrit le 22/11/2012 à 11:30 :
La France .... la Grèce de demain !
a écrit le 22/11/2012 à 11:16 :
Oui, bon un copier coller de "the économisth".Rien de neuf , et la peur de perdre à son
tour le triple A. On cherche un bouc émissaire pour ces talentueux gestionnaires qui n' ont
pas compris que les Français épargnaient plutot que de consommer.
Réponse de le 22/11/2012 à 12:26 :
le seul moteur qui marche en france, c'est la consommation; et ca ca va plus durer tres longtemps; je pense que vous confondez ' francais' avec ' allemand' ou japonais' ( c'est d'ailleurs pas pour ca que l'epargne francaise n'est pas elevee...)
Réponse de le 22/11/2012 à 13:08 :
détrompez-vous, les Français épargnent également beaucoup !
Réponse de le 22/11/2012 à 13:18 :
@Churchill : l'éparngne française pas élevée ? Première nouvelle : http://www.lefigaro.fr/placement/2012/03/28/05006-20120328ARTFIG00391-l-epargne-des-francais-au-plus-haut-depuis-pres-de-30-ans.php
a écrit le 22/11/2012 à 11:11 :
Les langues étrangères ne sont décidément pas le fort des français... outre Feierabend, le titre "Mit Beaujolais und Baguette in die Staatspleite" ne signifie pas « Du beaujolais et des baguettes dans la faillite de l'Etat. » mais plutôt "Avec le beaujolais et la baguette mais vers la faillite de l'Etat" -comprendre: les français ne veulent renoncer à rien, ils finiront par tout perdre
a écrit le 22/11/2012 à 11:01 :
Travaillant en Allemagne depuis un moment, je peux confirmer ce que dit l'article!! Les Allemands pensent que tout ce qu'ils font est ce qui se fait de mieux, ils sont incapables de s'adapter, avez-vous une BMW/audi modifier son design pour les besoins d'un pays (peugeot / renault ou meme ford font des modèles adaptés aux marchés locaux)? Pour l'automobile ca leur réussit bien mais pour le reste...cela finira pas leur couter cher! Et puis le plus souvent ils se fichent de l'europe! En allemagne quand on demande à n ingénieur ce qu'il pense des Eurocodes (normes de calcul) il répond c'est nul j'utilise les normes DIN de 1980!
En gros les allemands savent construire (et bien) mais sont incapables de sortir de ce schéma.
Bref l'Allemagne vit encore plus sur ses acquis que la France, et vu la pyramide des ages ici, je me fais plus de soucis pour eux que pour nous!
Quand à la culture Allemande, on n'entends quasiment jamais de chansons Allemandes à la radio! Et la plupart ne revent que d'une chose, visiter Paris et passer ses vacances aux Canaries pour 200? la semaine (et oui parce que pour rouler en A6 il faut se serrer la ceinture)!
Bon je caricature un peu mais c'est du à l'exaspération que me procurent les gens à me répéter quotidiennement que nous sommes aux 35H!
Réponse de le 22/11/2012 à 12:07 :
@ Expatrié , mon voisin est Allemand et au cours d'une conversation sur un emploi en
RDA . Il avait des contacts, c' est un commercial , parle 4 langues eh bien il a décliné l' offre
et sur un ton pas envie du tout. Je te souhaite bon courage....
Réponse de le 22/11/2012 à 12:09 :
Un bon conseil: partez, la vie la-bas semble manifestement vous blaser! A quoi bon s'astreindre a rester dans un pays et avec des gens que l'on aime pas? La vie est trop courte, profitez-en que diable!
Réponse de le 22/11/2012 à 12:10 :
@ Expatrié, mon voisin est allemand (il est commercial et parle 4 langues). Il avait des contacts pour un emploi en RDA qu'il a décliné sur un ton pas enjoué du tout. Je te souhaite bon courage.
Réponse de le 22/11/2012 à 14:23 :
je travaille pas dans la mecanique mais dans l informatique (en allemagne) et j ai une vue completement opposee.
En france, on a un sous investissement (j ai du souvent utiliser du vieux materiel care pas d argent pour chater du neuf) et les fonctions techniques sont mal considerees/payees. Pas ici
Pour s adapter, ils s adaptent autant que nous. Simplement en France on est plus "bricolo". Donc on va faire et tant pis si ca pete un peut plus loin. Au final je suis pas sur que ca soit mieux car client pigeonne ne revient pas
Sinon les allemands ont en effet des voitures bien meilleures que nous (et pas de limitation de vitesse sur autoroutes :-)) mais aussi depensent moins pour se loger.
Est ce bien la bonne solution de pousser les gens a avoir des enfants pour ensuite rogner sur leur education et leur offrir comme avenir l exil, le RSA ou un emploi sous paye
Réponse de le 22/11/2012 à 15:17 :
@Expatrié DIN depuis 1918 et non 1980. Pour les allemands c'est un peu comme pour les français le Franc ancien qui avait survécu longtemps, longtemps.
Réponse de le 22/11/2012 à 15:19 :
@ cdf ; ok sur le coté bricolo, et dur... on arrive au 31/12 quand méme, A moyen égal j' ai des
doutes sur leur compétence..Eh si on avait des investissements supérieurs?
a écrit le 22/11/2012 à 11:01 :
le journal allemand ne raconte pas la baisse des exportations allemandes de 3,7% en octobre et laugmentation de celles de la Framce, modeste mais de 0,5%. Ces journaux voguent sur la vague populiste et demagogue, c'est clair. J'imagine que cela rempli les esprits allemands d aprioris anti francais et quqe ca plait outre rhin. Je dirais ou est la reconciliation franco allemande, je pense qu on s en eloigne.
Réponse de le 22/11/2012 à 11:28 :
Il n'y a pas de reconciliation encore moins d'amitie Franco- allemande .Les allemands ne nous on jamais estime et comme on dit ici nous sommes les ennemis heriditaires .Bon sang que les francais le comprennent une fois pour tous.L'allemand comprend que la force dans tous les sens du terme..
a écrit le 22/11/2012 à 11:01 :
le journal allemand ne raconte pas la baisse des exportations allemandes de 3,7% en octobre et laugmentation de celles de la Framce, modeste mais de 0,5%. Ces journaux voguent sur la vague populiste et demagogue, c'est clair. J'imagine que cela rempli les esprits allemands d aprioris anti francais et quqe ca plait outre rhin. Je dirais ou est la reconciliation franco allemande, je pense qu on s en eloigne.
a écrit le 22/11/2012 à 11:00 :
Schadenfreude ... montre bien la mentalité allemande... je e saisis toujours pas pourquoi on prend des pincettes avec les llemands... si l'ont regarde objectivement les chiffres, l'allemagne n'est pas en meileure situation que la france ....
ils crachent sur les autres pour cacher leur misere ..
on devrait arreter de le choyer, et faire egalement des articles en mettant leurs chiffres en avant. ! !
Réponse de le 22/11/2012 à 11:05 :
"je ne saisis toujours pas pourquoi on prend des pincettes avec les allemands". Vous voulez la réponse ? C'est parce que ce sont eux qui payent le plus pour les autres à tous les coups... Si la France était capable de gérer son budget déficitaire depuis 30 ans, on serait à leur place !
Réponse de le 22/11/2012 à 11:23 :
une difference de mentalité c'est aussi que les francais sont tres peu patriote, voir pas du tout pour les politiques, les journalistes et l'elite economique.
Réponse de le 22/11/2012 à 12:13 :
je suis totalment d'accord avec carl sur le patriotisme....
c'est une carence impardonnable ....
maintenant en reponse a eliot .... ne t'en fait pas, ils paient mais pas sans contre partie ... comme toute banque .... leur developpement d'apres guerre s'est faite grace a l'europe ainsi qu'une partie du poid financier de la reunification...non non , ils n'ont pas de lecon a donner, et a n'avoir qu'une polituqe nationale lorsuqe les autrs ont une politique europeenne!
Réponse de le 22/11/2012 à 15:34 :
@hades. Ne vous méprenez pas, je ne m'inquiète pas pour les allemands... plutôt pour les français... Quand à l'illusion de croire que les français ont une politique plus européenne que les allemands, cela reste vraiment à prouver ! Prenez la PAC, cela sert nos intérêts, mais pas ceux de l'Europe dans son ensemble et ça ne nous empêche de faire des pied et des mains pour conserver le système tel qu'il est !
Réponse de le 22/11/2012 à 16:18 :
@eliot ... ok pour le pac..
Réponse de le 23/11/2012 à 2:07 :
L'Allemagne paiera... Vieux slogan et certains disent que c'est les Allemands qui ne changent pas et ne veulent pas de nous... Quand Mitterrand a fait des pieds et des mains pour empêcher la réunification !
a écrit le 22/11/2012 à 10:59 :
La critique vient toujours de l'incompréhension. Pourtant en toute bonne foi personne ne peut prétendre que 10 millions de Grecs ont tout faux ou ont une culture viciée, et personne ne peut prétendre cela non plus de 60 millions de Français, de Britannique ou d'Allemands. Ma seule interrogation, est, pourquoi les journalistes de qualité ne s'emploient pas à nous faire comprendre un peu les cultures différentes de la notre au lieu de les critiquer à partir de notre prisme national?
Réponse de le 22/11/2012 à 12:15 :
Oui et non... "Pourtant en toute bonne foi personne ne peut prétendre que 10 millions de Grecs ont tout faux ou ont une culture viciée", certes pas en ces termes, mais il ne faut pas non plus gommer les differences culturelles bien relles entre les peuples. Indeniablement, statistiquement vous observerez des differences comportementales significatives entre 10 millions de francais et 10 millions d'anglais (ou autres). En particulier, le rapport au travail, a l'entreprise, au risque, seront sensiblement differents. Cela etant dit, ca n'enleve rien au fait que cet article allemand est inutilement agressif dans son ton et pas toujours juste sur le fond...
a écrit le 22/11/2012 à 10:55 :
Romain pourrait se gausser à raison si un seul de nos partenaires nous éreintait. Mais voilà : la totalité de nos partenaires tient un discours similaire, qu'ils soient Américains, Anglais, Allemands, Italiens, Espagnols, Suisses, et même Japonais, Chinois, Indiens, Brésiliens ou Russes, sans parler de l'OCDE, du FMI, de l'OMC. Tous disent exactement la même chose, décrivent exactement les mêmes maux, prévoient exactement la même fin catastrophique si le conservatisme socialiste suicidaire maintient la France dans la même direction. Et on vous rappelle qu'en France, de très nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer la lente dérive de notre pays vers le gouffre, exactement dans les mêmes termes. Il faut vraiment être obtus pour ne pas tenir compte d'un tel unanimisme. Il faut vraiment être borné pour croire à l'illusion de l'exception française. Il faut vraiment être infantile quand, pour toute réponse, on dénonce les petites pailles dans les yeux de nos voisins alors qu'on refuse de voir la poutre socialiste en béton armé qui défigure le visage de la France.
Réponse de le 22/11/2012 à 11:06 :
+1000
Réponse de le 22/11/2012 à 11:36 :
A voir la liste des pays où les journalistes nous examinent à la loupe et nous donnent des conseils, on ne peut que se sentir important, ils nous aiment vraiment beaucoup pour être si préoccupés de notre avenir ! Mais pourquoi, si on est si mauvais, bêtes et méchants ? ou bien y aurait-il une autre raison? Ils doivent aussi sentir qu'ils sont plus compétents que nous pour savoir quels sont les remèdes qui nous soigneraient. Sont-ils tous d'accord. Avec un telle science ils sont sûrement en meilleur état que nous : voyons voir .... finalement j'ai quelques doutes ...mais sûrement il faut faire ce qu'ils disent et pas ce qu'ils font. Si tu ne sais pas faire, enseigne.
Réponse de le 22/11/2012 à 23:50 :
Qui aime bien, châtie bien...
a écrit le 22/11/2012 à 10:49 :
le terme exact est Feierabend et n'on pas Ferienabend.
Réponse de le 22/11/2012 à 23:53 :
Traduction: Fin du travail de la journée? Est-ce que je me trompe?
a écrit le 22/11/2012 à 10:47 :
Malheureusement ce journaliste allemand a raison sur toute la ligne. Quel declin de notre pays et quelle arrogance .Pourqoi chez nous aucun journaliste n'est capable d'un tel article sur la France il faut que se soit un allemand qui tape dans le mille et revele la decadence irresistible de notre pays dans un language clair et categorique.
Réponse de le 22/11/2012 à 11:01 :
que le groupe Springel se paie ses voisins c'est de bonne guerre , idem pour The Economist: faire passer à la caisse les râleurs et pas trop cultivés c'est pas trop difficile, mais plus sérieusement allez chercher des commentaires un peu moins "peuple" c'est faisable: au fait lisez le bon contenu de la "Croix" de ce jour sur la question du budget européen..
a écrit le 22/11/2012 à 10:47 :
Très bonne analyse de la Tribune. Je rajouterai que la France hormis sont économie vacillante fait encore rêver ce qui n'est pas le cas de l'Allemagne. Ayant vécu en Allemagne, je peux le confirmer. L'histoire de Knut est révélateur de l'immaturité des Allemands. Leurs shows télé sont affligeant de bêtises. N?espérez pas voir un film d'auteur au cinéma. Culturellement, les allemands sont pauvres.
Je ne parle même pas de la délation qui est LE sport national accompagnée d'une dose d'hystérie des passants si par mégarde vous traverser la rue au petit bonhomme rouge.
Franchement, rappeler à la France l'affaire du sang contaminé ou le massacre des tutsis au Rwanda alors que l'Allemagne a inventé les chambres à gaz. D'ailleurs, si l'Allemagne panique lorsqu'on évoque les mots référendum ou dévaluation, c'est bien parce que le gouvernement allemand n'a pas confiance en son peuple.

Bref, il faut avoir voyager pour comprendre que l'on a beaucoup de chance de vivre en France. Et lire certains commentaires de français qui cassent à longueur de journée notre pays est simplement scandaleux.

Réponse de le 22/11/2012 à 11:03 :
J'espère que c'est du 2nd degré, sinon, c'est gravissime !
Réponse de le 22/11/2012 à 12:18 :
en tout cas moi, j'aurai ecrit cela au 1er degré. !
cdlt
Réponse de le 22/11/2012 à 12:32 :
@thomas: "si l'Allemagne panique lorsqu'on évoque les mots référendum ou dévaluation" c'est notamment la devaluation massive d'apres la premiere guerre et la surchauffe de la planche a billets qui a precipite l'Allemagne dans l'hyperinflation et a permis au plus tristement celebre dictateur de prendre le pouvoir... Les Allemands s'en souviennent trop pour penser qu'on pourrait regler nos problemes bien reels de rapport niveau de vie/richesse creee d'un coup de baguette magique ("devaluer", "emprunter a taux 0 a la BCE" comme certains disent), sans avoir a lacher quoi que ce soit. De ce point de vue, ils ont bien raisons et nous avons bien torts. Ce qui ne justifie en rien par ailleurs cet article inutilement agressif, sans mesure, bref d'un niveau etonnamment bas, qui d'ailleurs n'a rien a voir avec les bons articles de The Economist qui ont fait polemique la semaine derniere...
Réponse de le 22/11/2012 à 14:26 :
je suppose que vous ne regardez pas la TV francaise. Chaque fois que je rentre en france je suis effondre par tant de betise et vulgarite
Faite sune cure de TF1 (la chaine la plus regardee de france :-( ) et parlez ensuite du niveau culturel des allemands
PS: en RFA vous avez la grande majorite de la population qui parle un bon anglais voire un francais potable. Combien de francais parlent allemand ? deja l anglais est souvent pas terrible ( a part chez les jeunes)
a écrit le 22/11/2012 à 10:43 :
Si le monde entier nous critique, peut etre faut il entendre .
Proverbe chinois:Si tu veux cracher sur tout le monde tu n'auras pas assez de salive, si tout le monde crache sur toi, tu périras noyé.
a écrit le 22/11/2012 à 10:32 :
Deux traits dominants caractérisent les deux peuples : les français dénigrent et critiquent systématiquement tous ce qui se passe dans leur pays (ou ailleurs), les allemands considèrent que leur culture est bien supérieure à toutes les autres. Ceci ressort à la fois dans l'article (par ailleurs fort bien écrit et avec un agréable humour léger) et dans les commentaires, souvent plus lourds.
Mais ce ne sont que des généralités, les articles au vitriol, à tendance nationaliste montrent effectivement une grande faiblesse de celui qui les écrit.
a écrit le 22/11/2012 à 10:31 :
Je suis a laeroport. Je fini l'article et je vois audrey a la une sur af magazine! Die welt est une cible facile. Mais la france aussi.
Réponse de le 22/11/2012 à 10:39 :
il y a des affaires qui font moins de bruit qu'une rolex !!! http://leplus.nouvelobs.com/contribution/659810-audrey-pulvar-aurait-des-lunettes-a-15-000-euros-so-what.html
a écrit le 22/11/2012 à 10:22 :
Si nous avions tous fait les reformes structurelles allemandes, l' Allemagne ne serait pas aussi fleurissante et arrogante aujourd'hui?
a écrit le 22/11/2012 à 10:20 :
votre article est tres bien tourné mais je pense qu'une de vos dernieres phrases est l'explication unique de ces articles à répétition contre la france actuelle: " la chute de la France signifierait celle de la république fédérale "
Réponse de le 22/11/2012 à 10:29 :
Effectivement, c'est la peur de l'immobilisme français qui fait parler nos partenaires de la sorte. Et il y a de quoi car cela fait des décennies que cela dure ! Ceci étant, tant que l'Allemagne et les autres coulent avec nous, cela à l'air de satisfaire pleinement une grande partie de nos concitoyens. C'est, ça la grande classe made in France : "Si je coule, tu coules avec moi !" Non vraiment, qui ne rêverait pas d'un tel partenaire ?
a écrit le 22/11/2012 à 10:11 :
Que les marchés attaquent enfin la dette française. Cela poussera enfin les politiques à réagir et sauvera notre pays et notre jeunesse.
Réponse de le 22/11/2012 à 10:26 :
a 180 milliards a emprunter tous les ans, passer a 5% sur le 10 ans, ca fera mecaniquement 9, puis 18, puis 27, puis... milliards d'impots en plus ( vu qu'il est urgent de ne pas depenser moins!) ;-)
Réponse de le 22/11/2012 à 10:41 :
que les marché attaquent ? c'est cela que voulez pour votre pays ? les marchés financiers veulent des reformes pour gagner toujours plus d'argent, ils n'en ont rien à faire de notre jeunesse. J'ai plus confiance en Sarkozy ou Hollande qu'en Goldman Sachs pour savoir de quelle reforme nous avons besoin.
a écrit le 22/11/2012 à 10:10 :
La France fait n'importe quoi ! La crise à l'UMP, l'incompétence du gouvernement à faire de vraies réformes structurelles (simplifier la vie de l'entrepreneur, simplifier les lourdeurs administratives, diminuer les dépenses publiques) illustrent un pays en crise. Je comprends que les allemands pètent un câble et je me demande s'ils ne regrettent pas le temps où ils occupaient la France et que les français filaient droit !
Réponse de le 22/11/2012 à 10:51 :
Tout a fait mais par le biais de l'economie ils reviendrons...
Réponse de le 22/11/2012 à 14:31 :
Comment se fait il que l'Allemagne dépose beaucoup plus de brevets que la France et donc fabrique des produits plus performants ? J'y suis payé double d'en France pour faire ça.
a écrit le 22/11/2012 à 9:59 :
Excellent article. Très bien écrit et avec humour, au contraire de la grossière charge du dit Marko Martin. Il est vrai que vous écrivez dans la langue de Molière.
Il y a un cas "Die Welt" qui multiplie les charges racistes et xénophobes contre les voisins européens et d'abord les grecs. Mais cet article n'est malheureusement pas un cas isolé et certains politiciens allemands jouent volontiers de la démagogie raciste contre les voisins du sud, exactement comme certains politiciens français contre les Roms et les immigrés.
On voit malheureusement où tout cela mène.
On nous a vendu l'Union Européenne comme le moyen d'en finir avec les guerres et de développer l'amitié entre les peuples d'Europe. La concurrence économique "vraie et non faussée" est entrain de tourner à la guerre économique en attendant pire.
C'est désolant.
Réponse de le 22/11/2012 à 10:25 :
Mouais... Bon c'est clair que c'est caricatural, mais la plupart des partenaires de la France pensent la même chose. On l'a d'ailleurs récemment lu dans la presse espagnole et italienne. Il faudra quand même un jour que les français arrêtent de se croire au dessus du lot, car c'est bien de cela dont il s'agit. Quant à la question des roms, s'il est clair que certains dénoncent leur présence pour des raisons qui sont aussi politiciennes (vous pouvez dire que vous parlez de Sarkozy), d'autres laissent la situation se pourrir pour des raisons tout aussi politiciennes (et là je pense à tous ces maires socialistes qui ont dénoncé le fait que Sarkozy aborde ce thème, mais qui pour autant n'ont pas levé le petit doigt pour les roms depuis des années et se sont parfaitement accommodés et ont collaborés aux expulsions, comme Aubry à Lille)... Donc par pitié, si on pouvait arrêter les clichés sur la gauche=gentils et droite =méchants, sans compter « l'amitié entre les peuples », car le meilleur moyen pour que tout le monde s'entende, c'est que chacun prennent ses responsabilités. C'est ce que la France ne fait plus depuis une trentaine d'années, quelque soit le parti au pouvoir.
Réponse de le 22/11/2012 à 11:29 :
Je n'ai parlé ni de gauche ni de droite, car la démagogie est malheureusement très bien partagée. Je n'ai pas non plus pris la défense de la France. Tout le monde peut constater que nos gouvernements n'ont plus de politique européenne.
L'ennui c'est que l'Allemagne elle en a une, égoïste et sans scrupule. Les grecs en savent quelque chose. Pour appuyer cette politique, une partie de la presse allemande et beaucoup de politiciens utilisent volontiers un discours démagogique - nous allemands travailleurs et responsables, nous payons pour tous ses fainéants - visant à monter la population allemande contre les autres peuples d'Europe rendus responsables de tous les maux. Ces propos atteignent parfois un niveau tel qu'en France ils seraient passibles des tribunaux pour "incitation à la haine raciale.
Je le déplore, mais il est bon de le savoir. Les articles de la Tribune sur ce sujet tabou - on préfère disserter sur l'amitié franco-allemande - sont une alerte utile.
La construction européenne est entrain de se fracturer suivant les vieilles lignes des intérêts nationaux. Il faut reconnaître le danger si on veut pouvoir le combattre.
a écrit le 22/11/2012 à 9:57 :
Quand la France comprendra que l'autosatisfaction ne mène à rien, on arrivera peut être à sortir de l'ornière...
a écrit le 22/11/2012 à 9:55 :
il faut savoir bien lire et interpreter les analyses de la presse allemande,voir: Der Spiegel et
Die Welt.Il y a toujours une certaine verité que nous " à priori " ne voulons pas accepter en
raison que intellectuellement on pense d'etre les meilleures ou bien comme dise les allemandes " die Klassebeste " ou primus et donner des leçons au monde entier.....
a écrit le 22/11/2012 à 9:54 :
Le pire est qu'ils ont en grande partie raison !
a écrit le 22/11/2012 à 9:41 :
Quand tout vos partenaires (crédibles) ont une opinion de vous , vous pouvez dire qu'ils sont tous méchants , bêtes et ignorants ou vous poser des questions sur ce que vous êtes, ce que faites et vos dires...
Réponse de le 22/11/2012 à 11:00 :
Ce sont nos voisins qui devraient faire preuve d'humilité !!! C'est comme pour les 35 h, un véritable réussite que personne n'a voulu reconnaître par pure mauvaise foi. Si ces étrangers avaient au moins l'honnêteté d'accepter la supériorité de la civilisation française et de nous laisser prendre les rennes de l'Europe et de leur destin, tout pourrait s'arranger... Mais, ils sont probablement trop limités pour cela, surtout les allemands. Ce sont de bosseurs, il faut le reconnaître, mais un peu bruts de décoffrage, sans conscience de l'Universel, comme nous autres français. Pas non plus de véritable culture... quoique nous leur avons tout de même apporté quelques rudiments lors des invasions napoléoniennes. Je ne parle même pas de gastronomie... avec leur patates et leurs saucisses... tant de simplicité, c'est touchant, non ? Ah ! Ah ! Ah ! Mais quand j'y repense, quels ingrats de nous traiter de la sorte aujourd'hui alors que nous leur avons pardonné leurs écarts, et par deux fois ! Deux guerres dont ils ont pourtant l'entière responsabilité, comme tout le monde le sait. Mais restons positif, ils finiront forcément par reconnaître notre génie. Et puis, à leur décharge, il faut comprendre que cela ne doit pas être facile de vivre dans le voisinage d'un pays aussi parfait et rayonnant que le notre. C'est humain, mais nous saurons les aider à trouver la voie... Vive la France !
Réponse de le 24/11/2012 à 13:07 :
Blaise, j?espère que c'est du second degré sinon c'est très grave.
Réponse de le 12/12/2012 à 9:17 :
Blaise, ce texte est magnifique et m'a fait hurler de rire ! Merci pour ce bon début de matinée !
a écrit le 22/11/2012 à 9:39 :
Pas de fume sans feu.
a écrit le 22/11/2012 à 9:35 :
Erreur, à ma connaissance il n'y a que 75% des jeunes qui veulent être fonctionnaires et non 100%. Il y a donc encore un peu d'espoir !
a écrit le 22/11/2012 à 6:09 :
Depuis environs 18 ans l'Allemagne a un excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne. Excédent réalisé principalement en Zone Euro et grâce à l'endettement des pays importateurs de biens allemands (y compris l'armement pour la Grèce). Malheureusement les bénéfices ainsi réalisés par les grosses entreprises allemandes ont très souvent été réinvestis en dehors de la Zone Euro dans les anciens pays du bloc soviétique et non pas dans les pays ou ils avaient été réalisés, avec pour conséquence le chômage des jeunes dans les pays déficitaires dont la France. L'Allemagne déplace ainsi le centre de gravité économique et politique de l'Europe vers l'Est, ce qui la met au centre de l'Europe. La France est en partie responsable de ce développement, les accords imposés par l'axe franco-allemand aux autres membres de l'UE avantagent surtout l'Allemagne, la France n'ayant pa su en profiter ! En tous cas espérons que le temps où l'Allemagne et la France se mettaient d?accord avant un sommet pour imposer leur solution aux autres soit révolu, parce-que c'est bien cela qui a conduit l?Europe au bord du précipice et qui a permis à l'Allemagne de s'engraisser aux dépens des autres économies européennes
Réponse de le 22/11/2012 à 14:14 :
Absolument lumineux. Bien sûr que l'Allemagne faire barre toute à l'Est ! Pologne, Slovaquie, Tchéquie... et d'autres. Et c'est la langue officieuse la plus parlée, là bas. Cette "basse-cour" d'ailleurs leur permet de bénéficier d'une MO bon marché, et techniquement au point et volontaire. De plus ils ont su devenir une plateforme d'importation des produits techniques, informatiques chinois !
Mrs les anglais, va falloir s'entendre si nous ne voulons pas d'une nouvelle discorde en Europe...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :