Faut-il désenchanter le travail ?

 |   |  1034  mots
(Crédits : Reuters)
La jeune génération serait dit-on moins bien disposée à l'égard du travail. Pire : la valeur travail serait en France en pleine dégringolade. Dominique Méda, philosophe et sociologue, et Patricia Vendramin ont enquêté et livrent le résultat dans "Réinventer le travail" (Puf, 2013), un ouvrage qui aide à s'interroger sur la place du travail dans nos vies. Salutaire.

La France n'est jamais à un paradoxe près. Chez nous, on aime son travail mais on en souffre. Entre amour et haine, entre espoir et illusion, les français entretiennent avec le travail une relation...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Offre découverte, 1€ le premier mois!

*Durée limitée, offre sans engagement,
100% numérique

Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2013 à 10:39 :
Le problème est que tout a été fait pour que le salarié oubli pourquoi il travail. Lorsqu'un jour il se demande pourquoi il n'a plus le temps de manger le midi, de jouer avec ses enfants le soir, de sortir entre amis, d'avoir un hobby, il se rend compte de la manipulation dont il a fait l'objet. Et c'est à ce moment là que la démotivation arrive. Les jeunes sont plus lucides car ils bénéficient de l'expérience de leurs aînés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :