La Tribune

La production allemande d'énergie solaire a augmenté de 60% en 2011

Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  169  mots
Hausse des prix de l'énergie conventionnelle, baisse des coûts du solaire et environnement réglementaire stable ont favorisé le développement de cette énergie.

Selon l'association de l'industrie solaire allemande BSW-Solar, le pays a produit 18 milliards de kilowattheures (kWh) d'électricité solaire en 2011, soit 60% de plus qu'en 2009. Cette production équivaut à la consommation du Land de Thuringe et pourrait fournir en énergie 5,1 millions de ménages pendant une année entière. L'association attribue cette hausse à l'augmentation des prix du pétrole et du gaz, et à la baisse du coût de l'énergie solaire.

Le déploiement des installations s'est poursuivi en 2011 en dépit de plusieurs baisses de tarifs de rachat, dont la dernière, de 15%, est intervenue le 1er janvier 2012. Les coûts, pour leur part, ont baissé de 50% depuis 2007. Résultat : dès 2013/2014, le secteur ne devrait pas avoir besoin de subventions supérieures à celles accordées à l'éolien "offshore".

BSW-Solar a aussi souligné le rôle positif joué dans ce développement du solaire par une réglementation stable et le principe d'un calendrier des évolutions de réglementation et de tarif annoncé par le gouvernement et scrupuleusement respecté.

Réagir

Commentaires

Energie+  a écrit le 06/01/2012 à 0:58 :

@ Européen : avec la création du réseau ENTSO-E qui regroupe une quarantaine de pays donc au delà de l'Europe (perspectives Desertec), y compris une partie du Moyen- Orient et de l'Afrique, la source de fourniture électrique varie continuellement et cà n'a donc pas de sens de dire qu'à tel moment pendant un laps de temps relatif tel pays à utilisé l'énergie en excédent de tel autre, d'autant que c'est variable. On ne raisonne plus en binaire et on n'a d'ailleurs jamais travaillé comme celà dans l'énergie ces derniers temps. Tout l'avantage est en effet de travailler en réseaux et coordination. La vision binaire est purement lobbyiste et/ou politique mais certainement pas technologique. La réalité est que ce n'est pas tellement la source française ou allemande qui compte telle ou telle année mais le mix global sur la durée qui doit tendre vers la plus grande efficacité, le meilleur rendement, le moins de pollution et la meilleure sécurité possibles puisque c'est bien celui-la qui produit et fonctionne en Europe et au delà et qui a un fort impact. Il faudrait passer à une vision d'avenir qui se met en place et non perdurer dans ce stérile débat "les allemands auraient eu tort et nous on a raison ou vice et versa" qui n'est que du lobbying et/ou de la politique. Les français vont devoir investir 50 milliards d'euros pour sécuriser leur nucléaire, les iraniens menacent de bloquer le détroit d'Ormuz, Total s'enlise dans des arnaques pétrolières et gazières en Caspienne, le pétrole se raréfie, le prix du gaz remonte, il y a pourtant beaucoup de solutions très loin d'être pleinement exploitées à commencer par l'efficacité énergétique au sens large qui est encore quasi inexistance en France après une période de gabegie énergétique et à côté toute une gamme d'énergies (on fait encore brûler des torchères en France ! on a très peu d'unités de biogaz, on valorise très mal les déchets contrairement à des villes comme Stockholm par exemple et qui peuvent faire mieux encore. Et je ne peux tout développer ici même très résumé tellement il y a de solutions. Un seul électroménager de classe A+++ en Europe c'est près d'une dizaine de réacteurs nucléaires en moins. C'est dire si l'énergie est un concept global et non des débats binaires stériles qui n'ont d'ailleurs pas vraiment lieu chez les énergéticiens dont les stratégies évoluent comme vous pouvez le constater dans le monde. L'énergie et un aspect très important en particulier dans l'économie actuelle de l'Europe et il ne faut pas se laisser dépasser par les lobbies comme l'a fait la présidence européenne de la Pologne récemment avec celui du charbon, ce n'est pas comme cela que l'on va avancer rapidement. C'est un concept global qui doit faire intervenir de multiples spécialités désormais et non tel ou tel énergéticien dans telle ou telle technologie seulement et qui ne prêche que pour son intérêt. Avec cette approche globale les avancées sont spectaculaires.

Oldtimer  a répondu le 14/01/2012 à 15:49:

D'accord avec la ringardise du raisonnement binaire, mais à condition d'augmenter notablement (en gros d'un facteur 2) les réseaux d'interconnexion: çà se chiffre en centaines de milliards, et l'acceptabilité par les riverains (des millions!) n'est pas garantie.

européen  a écrit le 05/01/2012 à 20:23 :

C?est cela, c?est cela.................l?arrêt du nucléaire a déjà provoqué le besoin de se fournir d?urgence en électricité depuis l?Autriche laquelle est produite avec du combustible fossile. Je me suis permis de citer mes sources, ce jour d?un grand magazine allemand mais motus, verboten par les censeurs de la Tribune. Ce n?est pas avec ce genre de nouvelle que vous allez nous convaincre du succès du solaire pour remplacer le nucléaire. manip et rétention d?information n?ont jamais contribué au bon débat. Pas mal aussi la fin de l?article citant pas besoin de subventions supérieures à l?éolien tout en prétendant que les coûts de l?électricité solaire auraient baissé.