La Tribune

L'éolien français tourne de moins en moins rond

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dominique Pialot  |   -  416  mots
La filière attend avec inquiétude la décision du Conseil d'Etat concernant l'arrêté tarifaire pour l'électricité produite par les éoliennes à terre. Si le Conseil d'Etat suit la position du rapporteur public de l'annuler, comme demandé par la fédération « Vent de colère », tous les projets seraient gelés pendant un an.

A quelques jours des premiers résultats de l'appel d'offres pour l'éolien en mer (annoncés par Jean-Louis Borloo pour le 6 avril), dont on commence à douter qu'il permette d'atteindre les 6.000 MW promis par le gouvernement, voilà qu'un nouveau coup est porté à l'éolien à terre.  " Vent de colère ", qui fédère près de 900 associations anti-éoliennes et avait déjà réussi à faire annuler pour vice de forme l'arrêté tarifaire du 10 juillet 2006, vient de lancer une tentative similaire avec le tarif actuellement en vigueur.

L'arrêté tarifaire du 17 novembre 2008, qui remplace celui de 2006, l'a fixé à 82 euros le mégawatheure. Suite à l'initiative de " Vent de colère ", devant le Conseil d'Etat le 12 mars dernier, le rapporteur public a préconisé  son annulation. En cause, l'absence de notification de ce tarif à la Commission européenne au titre d'aide d'Etat. Le gouvernement a estimé que cette déclaration, "qui serait une première" pour le Syndicat des énergies renouvelables (SER), n'était pas nécessaire. Mais l'inquiétude est grande au sein de la filière.

Si le Conseil d'Etat suivait la position du rapporteur public, il faudrait soumettre à Bruxelles un nouvel arrêté, ce qui pourrait prendre un an. Et dans l'intervalle, les projets seraient gelés. Pour le SER, cela menacerait la majorité des quelque 10.000 emplois que compte aujourd'hui le secteur, et entraînerait la faillite d'un tiers des acteurs de la filière, soit une soixantaine d'entreprises. Celle-ci est déjà fragilisée par les nouvelles exigences issues du Grenelle 2, qui accroissent la lourdeur réglementaire des dossiers, notamment l'inscription au régime des installations classées pour l'environnement (ICPE).

Une filière déjà fragilisée

La mise en redressement judiciaire du fabricant de mâts d'éoliennes Céole, implanté en Côte d'Or, illustre cette situation de fragilité. Plus globalement, le SER prédit qu'une telle annulation ne permettrait d'installer que 4 à 500 MW en 2012 au lieu des 1.000 prévus. Or ces installations se sont déjà en 2011 avérées inférieures aux prévisions et à la tendance à suivre pour atteindre les objectifs du Grenelle (19.000 MW en 2020, dont 12.000 restent aujourd'hui à installer...). Le délai d'installation d'une ferme éolienne en France est d'ores et déjà deux fois plus long que chez la plupart de nos voisins européens. Le verdict attendu dans les prochaines semaines, mais le mal est fait : les effets de la position affichée par le rapporteur public se font déjà sentir auprès des investisseurs.
 

Réagir

Commentaires

capcha  a écrit le 02/04/2012 à 16:30 :

Plus de photovoltaïque, plus d'éolien, bientôt plus de nucléaire, un pétrole au prix fort, le gaz critiqué par greenpeace, il va bien falloir, et le plus rapidement possible, que l'Europe se dote d'une véritable politique énergétique sous peine de reculer de plusieurs siècles en arrière.

Mr Ducon  a écrit le 01/04/2012 à 15:46 :

Flash info : EDF vient de déclarer avoir mis au point une éolienne capable de produire sans vent 24 sur 24 . EDF déclare pouvoir ainsi produire 95 % de la puissance installée .
Une révolution inattendue qui va enfin permettre de justifier l'éolien et assurer une production économiquement saine .

sirius  a répondu le 10/06/2012 à 21:53:

Un e éolienne sans vent ,pourquoi pas un moulin à eau sans eau?

carlino  a écrit le 01/04/2012 à 14:58 :

Aucun bon gestionnaire d'Entreprise au monde n'achèterait une éolienne industrielle ...rapport puissance / production est trés faible . Elles sont en sus ingérables
puisqu'aléatoire ...on a jamais vu des machines produire quand elles veulent !!! . Un chef d'Entreprise va plutôt chercher a économiser , a optimiser , a augmenter la performance de chaque Euro dépensé ...non ! Alors pourquoi nos politiques font ils n'importe quoi !!!? en plus on sait bien que ces machines ne sont pas écologiques...trop espacivores , couplées avec du nouveau thermique , importées etc etc
alors stop aux tarifs artificiels inefficaces .

vertmifuge  a répondu le 11/05/2012 à 21:41:

@jean fait partie de ces lobyistes verts convaincus qui nous assènent leurs vérités avec force de n'importe quoi. Tous les journaux allemands les plus sérieux ont rapporté la véritable situation des énergies renouvelables ou prétendues renouvelable en Allemagne. De fait le pourcentage produit et le manque (très couteux) d'acheminement des dites énergies ne permet absolument pas de répondre aux besoins du pays et donc, on remet même en service des installations anciennes et poussives produisant de l'électricité à base d'énergie fossile donc de charbon, de fioul et de gaz, ce fameux gaz importé de Russie et promu par l'ex chancelier Schröder. Une vaste escroquerie. Il a fallu importer de l'électricité nucléaire de France et de Suisse ainsi que de l'électricité produite par du charbon d'Autriche. Les pays Baltes et la Pologne s'équipent de nouvelles usines nucléaires pour fournir entre autre à l'Allemagne, un comble. Voilà la vérité. Les émissions de gaz et de CO2 sont de ce fait plus élevées mais les verts continuent à se gargariser de faux résultats.

Calisson d'Aix  a écrit le 01/04/2012 à 10:00 :

Après avoir reçu un coup de bâmbou sur la tête hier avec la signature du préfet pour 35 éoliennes (( projet dément qui va apporter des nuisances extrêmes )) et ce hier c'est un peu de baume au coeur que cette nouvelle nous apporte.
Oui le combat continu et nous associations nous essaierons par tous les moyens de mettre un terme au saccage de nos paysages .dans les P O

Marc  a écrit le 01/04/2012 à 8:38 :

Comme le disait un promoteur que j'ai rencontré: "on sait que l'éolien industriel c'est n'importe quoi, mais il y a une demande, et si ce n'est pas pour nous ce sera pour qqun d'autre, alors autant y aller". Je trouve que ça résume bien la situation...

pmxr  a écrit le 31/03/2012 à 9:27 :

Autant l'éolien domestique est viable ... autant ces grands moulins à vent qui défigure nos paysage (entre autre) sont une une vaste bêtise !

Nicolae  a écrit le 31/03/2012 à 8:54 :

Bravo à Vent de Colère !
Vive la méthanisation, idéale pour un pays agricole comme le nôtre.Et beaucoup moins chère ...

Arnaud  a répondu le 02/04/2012 à 9:33:

Faux, l'éolien est l'énergie renouvelable la moins chère, même moins chère que le nucléaire type EPR

Lola  a écrit le 31/03/2012 à 8:47 :

face à des promoteurs sans scrupules, face à un gouvernement trop complaisant avec ces financiers verts, il ne reste que le Droit. Félicitations à ces associations qui se battent pour faire respecter l'environnement.
Il est urgent de déplacer le financement scandaleux de l'éolien vers le financement d'énergies renouvelables acceptées par tous.

@lola  a répondu le 31/03/2012 à 9:29:

lesquels ?

clodef  a écrit le 31/03/2012 à 7:46 :

Le dévellopement de l'Eolien ,sans doute nécessaire ,n'est par contre pas indolore pour les abonnés à l'électricité qui doivent payer le rachat de cette électricité de mauvaise qualité ( intermittence) à des prix double du KWH actuel (Mix actuel :nucléaire+ Hydro + THermique + un peu de solaire et d'éolien)

jixo  a répondu le 02/04/2012 à 21:06:

Depuis quand l'éolien fait augmenter les factures EDF?
Visiblement le dernier rapport de la Cour des comptes concernant l'énergie électrique en France n'a malheureusement pas été lu par beaucoup de contribuables, bien dommage...

Oldtimer  a répondu le 03/04/2012 à 12:55:

@jixo: regardez donc votre facture EDF et vous verrez que la CSPE augmente à un rythme effrenné, et encore Proglio dit que çà ne suffit pas...
Vous défendez le Syndicat des Energies Renouvelables qui arrose les mairies pour faire pousser les éoliennes!

Josh  a écrit le 30/03/2012 à 17:22 :

Ou comment se tirer une balle (voir un obus) dans le pied...

Arrêté tarifaire !!!  a écrit le 30/03/2012 à 17:09 :

Et avec ça, il y en a qui osent expliquer doctement que les prix sont libres et que la France s'enfonce dans l'ultra-libéralisme. Mis à part l'ultra-libéralisme des fonctionnaires qui font ce qu'ils veulent, très loin là-haut, au-dessus des lois, c'est l'enfermement collectiviste pour tous les autres.

Et après on fait quoi  a écrit le 30/03/2012 à 16:27 :

Le "vent de colère" préfère peut être le solaire ou le nucléaire.

Arnaud  a répondu le 02/04/2012 à 9:34:

Ils préfèrent surtout le néant, aucune proposition, juste de l'opposition stérile à la française