La Tribune

Microsoft veut utiliser l'eau des égouts pour alimenter ses data centers en énergie

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dominique Pialot  |   -  274  mots
L'entreprise américaine FuelCellEnergy planche sur un projet consistant à utiliser le biogaz émis par une station de traitement des eaux et une pile à combustible pour l'alimentation en énergie d'un centre de données de Microsoft.

C'est dans l'état du Wyoming que FuelCell Energy et Microsoft vont tester un nouveau mode d'alimentation en énergie d'un data center. Ces immenses hangars qui abritent des serveurs et dont les surfaces prolifèrent à mesure que les usages de l'Internet et le cloud computing se développent dans le monde représentent des consommations d'énergie (et des factures) de plus en plus gigantesques pour alimenter les serveurs et, surtout, les refroidir. Les différents acteurs rivalisent d'initiatives pour réduire ces factures tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre et s'acheter une conduite en «green IT».

Des émissions considérablement réduites

Dans le Wyoming, une pile à combustible de 200kW sera installée en début d'année prochaine à la station de traitement des eaux de Cheyenne puis reliée à un data center modulaire appartenant au géant de l'informatique. Le surplus d'électricité qui ne sera pas utilisé par le data center servira à alimenter la station de traitement de l'eau, ainsi qu'à chauffer les installations. Si la production d'électricité par pile à combustible n'est pas totalement neutre en carbone, en revanche le dispositif permet de réduire considérablement les émissions par rapport à d'autres types de générateurs, et d'éliminer presque totalement plusieurs polluants ainsi que le méthane produit par la station de traitement des eaux. Le projet est largement soutenu par les acteurs locaux et concourt pour l'obtention d'une subvention de 1,5 million auprès du Wyoming Business Council.
Cette initiative s'inscrit dans le projet de Microsoft de devenir «neutre en carbone» d'ici à 2013, qui le mène à explorer de nombreuses pistes autour des énergies renouvelables.
 

Réagir