Aspentech réduit la soif d'énergie des chimistes

 |   |  405  mots
La société a développé un logiciel modélisant le fonctionnement des installations.

D'une crise à l'autre. Ou comment un programme de recherche du MIT (Massachusetts Institute of Technology) créé en 1976 pour modéliser la gazéification du charbon en pleine crise pétrolière retrouve un intérêt pour les industriels de la chimie au c?ur d'une autre crise économique? Ce projet était porté par Larry Ewans, un professeur en ingénierie chimique du MIT, qui a vite compris l'intérêt de proposer sa solution au monde de l'entreprise. En 1981, il crée Aspentech autour d'un logiciel capable de modéliser et optimiser le fonctionnement des industries de process (basées sur un procédé chimique). Et donc d'économiser de l'énergie. La société a acquis une solide réputation mondiale pour son expertise dans ce secteur. 80 % de ses 1.600 employés sont ingénieurs chimistes. Aspentech revendique 1.500 clients dans le monde, dont des noms prestigieux comme Shell, BP, Exxon Mobil, Dow, Rhodia, Air Liquide ou encore Pfizer et Novartis.

3 champs d'application

Le logiciel AspenOne et ses nombreux modules couvrent trois champs d'application : la conception et l'amélioration d'un site ; l'optimisation des procédés de production ; la gestion de la chaîne logistique. Dans une raffinerie, des milliers de paramètres sont à prendre en compte. Tout changement dans le rythme de distribution du gaz, de l'électricité, de l'eau ou de la vapeur peut entraîner de fortes pertes d'énergie. D'où l'intérêt d'ouvrir les robinets au bon moment. « Un industriel qui veut augmenter la capacité de production d'un site va utiliser notre outil pour réduire la phase de transition en optimisant la distribution d'énergie », explique Jean-François Hénon, vice-président de Aspentech Europe. Le logiciel gère aussi une vaste base de données des propriétés physiques des composants chimiques permettant de bâtir rapidement une modélisation précise.

« Les nouvelles réglementations internationales sur l'environnement et la crise que nous vivons redonnent une actualité forte à notre logiciel », explique Jean-François Hénon. En plus du c?ur de métier lié aux industries chimiques et à l'énergie, de nouveaux besoins sont apparus dans les mines et la métallurgie. L'installation du logiciel et la maintenance pour une grosse raffinerie coûtent environ 1 million d'euros par an. Avec à la clé des économies d'énergie de l'ordre de 2 % à 5 %. Quand les clients d'Aspentech ont la puissance d'un Total ou d'un BASF, le choix est vite fait.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :