Comment tester des services numériques à très haut débit

 |   |  535  mots
Préparer les entreprises à aborder sereinement l'utilisation des réseaux très haut débit en fibre optique, c'est le but de la plate-forme THD (pour très haut débit) qui offre un terrain d'expérimentation original. « C'est un des premiers projets que notre pôle de compétitivité a labellisé car THD donne de la valeur à tout l'écosystème », explique Henri Verdier, président de Cap Digital. Le pôle de compétitivité compte 600 adhérents, dont une majorité de PME, spécialisés dans tous les secteurs du numérique : logiciels, services mobiles, jeux vidéo, image, robotique ou encore éducation (voir ci-dessous). Lancé en 2008 avec 12 partenaires (Orange, Groupement des Cartes Bancaires, Afnic, universités...), la plate-forme THD fonctionne avec un budget de 7 millions d'euros (dont 80 % proviennent du secteur public). Depuis deux ans, 30 projets ont été testés sur cette plate-forme expérimentale pour des durées comprises entre 6 mois et un an. Les PME peuvent bénéficier d'un cofinancement de l'expérimentation par Oséo.THD a accueilli des projets dans des domaines très divers comme le jeu vidéo en ligne, la TV intractive, le cinéma, la musique ou la formation à distance. La plate-forme a ainsi permis de tester un service de transfert de fichiers volumineux par Internet, une interface d'immersion virtuelle dans les fonds marins, un navigateur urbain immersif ou encore une chaîne TV en haute définition. « THD est un dispositif inédit en France à la croisée de la R&D et de l'industrialisation. Les PME peuvent prototyper les applications très proches du marché en toute sécurité », explique Olivier Jonas, directeur du cabinet de conseil en technologie TecDev qui pilote le portail.Moyens techniquesLes moyens techniques sont conséquents : un banc d'essai situé à l'université de Paris XIII à Villetaneuse, avec un accompagnement méthodologique et technique de l'entreprise pour élaborer le prototype ; un « data center » raccordé aux réseaux très haut débit des opérateurs et un portail avec des services en ligne. Ces équipements permettent d'effectuer des tests de charge, vérifier la robustesse d'une application. L'avis des usagers est bien sûr primordial. Des « beta-tests » sont organisés par l'Institut Telecom. Un panel de plus de 2.000 foyers d'Ile-de-France équipés en fibre a été recruté par Médiamétrie. Des focus groupes permettent aux entrepreneurs un retour d'expérience qui entraîne parfois un repositionnement des services proposés. Le dispositif est complété par un espace de démonstrations situé dans l'espace « carrefour numérique » de la Cité des sciences et de l'industrie à Paris.Vendredi dernier, les promoteurs de THD ont présenté un premier bilan portant sur 15 entreprises sorties de la plate-forme. Si les ressources techniques sont jugées intéressantes, c'est surtout les retours utilisateurs qui sont appréciés des entreprises. 50 % d'entre elles ont immédiatement commercialisé leurs services et seuls 10 % ont abandonné les leurs. L'expérience THD doit s'achever en avril prochain. Pourtant ses créateurs voudraient la pérenniser dans le projet d'IRT (institut de recherche technologique) « Vie numérique » proposé par plusieurs universités et centres de recherche dans le cadre des appels à projets du programme des investissements d'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :