La Tribune

Banque en ligne : dix ans de conquête

latribune.fr  |   -  486  mots
L'« épargne orange » d'ING Direct vient de souffler ses dix bougies en France. Avec 770.000 titulaires de livrets, le site devenu banque en ligne, a aidé à propulser l'ensemble des acteurs financiers dans l'offre de services bancaires à distance. Selon ING Direct France, il existe aujourd'hui 2 millions d'internautes financiers. En réalité, si l'on additionne aux clients d'ING, les 705.000 livrets d'Axa Banque, les 250.000 de Monabanq, les 150.000 de Fortuneo, les 107.000 comptes en banque de Boursorama, ou les 500.000 clients revendiqués par Groupama Banque, le total est dépassé.Le marché de la banque en ligne a connu une expansion croissante depuis sa création il y a dix ans. À la suite de « pure players » - des banques qui ont misé directement et uniquement sur ce segment de marché, comme le courtier Boursorama ou ING -, les assureurs puis les banquiers se sont lancés dans la banque en ligne.Des taux promotionnels, des frais de gestion minimaux, une structure transparente sont des arguments commerciaux de poids.L'autonomie du client, c'est en quelque sorte la vision que défendent et martèlent les banques en ligne. Pour la sociologue Jeanne Lazarus, une partie de l'engouement pour la virtualisation des relations est due au manque de satisfaction du client et à la défiance vis-à-vis d'une banque traditionnelle, qui cultive une dualité ambiguë entre « banque réconfortante, de service public » et vente à tout prix.Des frais parfois nulsInternet a permis une révolution dans les relations banquier-client?: il a redonné du pouvoir à ce dernier. Dans ses choix, mais aussi dans son pouvoir d'achat. Car les frais de tenue de compte et de gestion d'opérations sont réduits au minimum, voire parfois nuls. C'est ce que montre le palmarès 2010 des tarifs bancaires réalisé par Testé Pour Vous en partenariat avec « La Tribune », dont les banques en ligne occupaient 7 des 10 premières places.Par ailleurs, l'innovation technologique et la recherche marketing des banques permettent aux sites de proposer une offre toujours plus vaste, pour se rapprocher du standard de l'agence traditionnelle. Ainsi, jeudi, ING a annoncé le lancement en 2011 de crédit immobilier en ligne (ce que font déjà Boursorama ou Axa Banque). Le même jour, Fortuneo a dévoilé une nouvelle offre, celle du « chèque en ligne ». Une fois la demande du client saisie, la banque envoie le chèque imprimé au destinataire par la poste pour 1 euro.Et les clients rendent bien aux banques en ligne la démocratisation de leurs services?: ils sont de plus en plus nombreux à tester des services à distance tout en maintenant un compte dans une banque classique. Une multibancarisation qui va tendre à se développer (notamment avec l'effet accélérateur des réseaux sociaux) et dont les banques sur Internet seront les premières à bénéficier?: 12 % des titulaires de comptes bancaires se disent prêts à passer au tout-numérique, selon une étude Monabanq réalisée par le Credoc.
Réagir