La Tribune

Safilin cherche de nouvelles utilisations industrielles pour le lin

latribune.fr  |   -  568  mots
Le lin est présent depuis la plus haute Antiquité dans les vêtements et le linge de maison. Mais depuis quelques années, il fait son entrée dans l'industrie en tant que composant de polymères de nouvelle génération. Safilin, la dernière entreprise française de filage de fibres de lin, participe ainsi à plusieurs programmes de recherche avec des entreprises aussi variées qu'EADS, Alstom, Aston Martin ou Eurocopter. Une nouvelle étape pour cette société fondée en 1778 à Sailly-sur-la-Lys, près d'Armentières (Nord), longtemps capitale du filage du lin de France. « Les vertus du lin en font un élément particulièrement intéressant pour les industriels à la recherche de gains de poids, d'élasticité et de matériaux naturels particulièrement bien recyclables, explique Christian Mekerke, président de Safilin. Il y a en ce moment de nombreux tests sur l'utilisation du lin dans des applications telles que l'aménagement intérieur des avions (coffres à bagages, sièges, revêtements de sol, etc.) ou le nautisme, notamment pour les planches de surf. » En attendant ces développements industriels, Safilin (17 millions d'euros de chiffre d'affaires prévus en 2010, + 20 %) continue à produire des fils de lin pour ses marchés traditionnels - l'habillement et l'ameublement - dans deux usines en Pologne (400 salariés), tout en conservant une petite activité à Sailly (30 personnes). « Nous avons fait ce choix en 1995 à la fois pour des raisons économiques et géographiques car la filature de lin nécessite beaucoup de main-d'oeuvre. Si la filature de coton est aujourd'hui entièrement mécanisée, celle du lin nécessite un véritable savoir-faire et il faut deux semaines entre l'entrée de la matière première dans nos ateliers et la sortie du fil », explique Christian Mekerke. Autre spécificité du lin, la sélection des lots de matière première est primordiale dans la qualité finale du produit. « Nous achetons par lots le lin d'une parcelle, d'une variété, récolté à une même date chez un liniculteur, ajoute le président de Safilin. Nous faisons alors des assemblages à partir de plusieurs lots d'années différentes pour obtenir un produit de qualité uniforme, un peu à l'instar de ce qui se pratique pour le champagne. »Deux destinations pharesUne qualité reconnue dans le monde entier : Safilin exporte 80 % de sa production jusqu'au Japon et en Amérique du Nord. Jusqu'alors principalement utilisé pour le tissage, la fibre de lin sert depuis quelques années à fabriquer de la maille. Une nouvelle application qui a nécessité des améliorations techniques : pour pouvoir être enfilée dans les aiguilles de tricotage, la fibre doit être parfaitement lisse, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. « Avec la maille de lin, on obtient une matière très sexy et agréable à porter qui séduit aussi bien les créateurs que des marques à fort volume telles que Petit Bateau, Lacoste ou Eminence pour les sous-vêtements », précise Christian Mekerke. Quant à l'ameublement, là aussi la tendance est au lin. En tant que premier fabricant, Safilin a enregistré une hausse de + 40 % des demandes l'année dernière, ce qui en fait le leader mondial du secteur. « Le lin donne un aspect chaleureux et végétal aux intérieurs sobres et se marie très bien avec l'acier et la pierre, en vogue en ce moment », ajoute le dirigeant.
Réagir