Monétisation de l'Internet mobile : des "numéros verts" payés par Google & Co ?

 |   |  602  mots
Et si les Google-YouTube, Netflix, etc, payaient pour votre connexion à l'Internet mobile ? A l'heure où les opérateurs télécoms français réfléchissent encore à la manière de faire contribuer les fournisseurs de services consommant beaucoup de bande passante aux investissements dans leurs réseaux, d'autres pistes surgissent. Aux Etats-Unis notamment, le débat s'anime sur ce que les Américains appellent le « toll-free data », par analogie avec les « numéros verts », ces numéros de téléphone gratuits pour celui qui le compose. En version XXIe siècle. Le directeur financier de Verizon, Francis Shammo, a ainsi expliqué devant des investisseurs à la conférence sur les technologies organisée par Barclays à New York fin mai, que « certains fournisseurs de contenus commencent à dire qu'ils paieront pour [qu'on diffuse] leur contenu : ils disent ne facturez pas au consommateur le visionnage de mon contenu ». Aux yeux de Fran Shammo, « ce n'est rien moins qu'un numéro en 0.800, où l'entreprise paie pour l'appel, et non pas le consommateur. » Quid de la Net neutralité ? Sans nommer les entreprises, on comprend qu'il s'agit vraisemblablement de fournisseurs de contenus vidéo, en diffusion continue (streaming), qui consomment beaucoup de gigaoctets de données. « Vous allez voir l'écosystème évoluer. Vous allez voir des fournisseurs de contenus dire je suis prêt à payer pour mon contenu », prédit le dirigeant de Verizon qui fait valoir que le parc d'abonnés mobiles de l'opérateur américain représente une audience de « 100 millions de paires d'yeux, cela a de la valeur » aux yeux de ces acteurs. Et Verizon a construit « [son] réseau 4G et [son] système de facturation pour pouvoir séparer ce trafic si certains veulent payer pour cela. » De quoi faire s'étrangler les tenants de la neutralité du Net, qui défendent la non-discrimination des services. « Il ne faut pas confondre. La Net neutralité consiste à donner des priorités sur la distribution du contenu. Nous ne parlons pas de cela : les contenus seront distribués de manière équitable sur tout le réseau. C'est juste une question de qui paie la distribution», explique Fran Shammo (retrouvez la retranscription). Libre à Google-YouTube ou Dailymotion par exemple de payer pour être sûrs que les consommateurs regardent leurs vidéos sans être bloqués par leur plafond de « data », d'Internet mobile compris dans leur forfait. Pas de voie express ou de coupe-file mais plutôt un bidon d'essence gratuit, pour prendre une analogie autoroutière.La chaîne de sport ESPN prête à subventionner, comme Amazon Une semaine plus tôt, le patron de son concurrent AT&T, Randall Stephenson, avait également évoqué l'émergence de nouveaux modèles économiques dans lesquels les développeurs d'applications ou fournisseurs de contenus « paieraient les suppléments pour le consommateur, soit directement, soit par la publicité. » Le patron de la branche mobile d'AT&T, Ralph de la Vega, avait expliqué l'été dernier qu'il existait déjà des accords de ce type. Avec Amazon par exemple : les propriétaires de Kindle téléchargeant un livre ne payent pas la quantité de données consommées pour le faire, le géant de l'e-commerce prenant à sa charge la connectivité 3G que lui facture AT&T, dans le cadre d'un contrat de gros. Le mois dernier, le « Wall Street Journal » a révélé que la chaîne de sport ESPN était en négociation avec un opérateur mobile de premier plan en vue de subventionner l'accès du consommateur à ses contenus sur un appareil mobile. L'idée fait, visiblement, son chemin.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :