La Tribune

Montauroux conforte sa croissance grâce à ses diversifications

latribune.fr  |   -  490  mots
Montauroux, plus connu via ses filiales Gagne et Gagnepark, poursuit sa croissance. Après avoir plus que doublé son chiffre d'affaires depuis la reprise de Gagne en 2004 et l'avoir porté à 60 millions d'euros en 2010, le groupe dirigé par Philippe Boléa vient de boucler une nouvelle acquisition. Il a racheté Alphamétal (2 millions de chiffre d'affaires, 20 personnes), entreprise de Saint-Malo spécialisée dans les travaux maritimes et fluviaux. Elle est intervenue notamment dans le chantier de désensablement du Mont-Saint- Michel et travaille à la maintenance de l'usine marémotrice de la Rance. Cette opération de croissance externe permet à Montauroux de compléter ses activités dans les ouvrages d'art et d'être présente dans le Grand Ouest.Ancien cadre dans le laboratoire pharmaceutique Merck, Philippe Boléa s'attache à « apporter de la valeur ajoutée au métier de la charpente métallique », l'activité originelle de Gagne. Depuis 2007, son groupe s'est successivement diversifié dans les parkings aériens métalliques, les ombrières photovoltaïques, les structures verre- métal, le montage de charpentes et d'ouvrages d'art, après le rachat de France Montage à Bordeaux, et la serrurerie avec la création d'une unité de production en Roumanie. 1 million d'euros investisEn trois ans, Gagnepark s'est affirmé comme le leader français dans son secteur, avec douze parkings métalliques à son actif, dont celui en cours de montage du Port autonome de Marseille, d'un coût de 3 millions d'euros. Cette filiale dirigée par Guillaume Dejean s'est également spécialisée dans les ombrières photovoltaïques de parking. Après en avoir posé 40.000 m2 à Mayotte et à La Réunion pour Green Yellow, elle poursuit sa collaboration avec la filiale du groupe de distribution Casino avec six chantiers dans le sud de la France, dont la couverture du parking aérien de l'hypermarché de la Valentine, à Marseille.Gagnepark a industrialisé la production de ces champs solaires modulaires sur un nouveau site de 5.000 m2 à Saint- Germain-Laprade (Haute- Loire), une ancienne usine textile. Le groupe a globalement investi 1 million d'euros dans ce projet qui a contribué à la création de 20 emplois dans un premier temps. « Nous disposons d'un carnet de commandes de plus de 100.000 m2 d'ombrières photovoltaïques pour 2011 », indique Philippe Boléa. Gagnepark va également couvrir un parking de poids lourds Truck Etap pour le compte de JMB Énergie à Béziers. Mais le patron du groupe Montaroux est inquiet face au contexte réglementaire « volatil » et au manque de visibilité tarifaire par rapport au prix du rachat de l'électricité passé de 60 à 37 centimes d'euros le kilowattheure en neuf mois.« Aujourd'hui, l'ombrière photovoltaïque est un produit qui permet de créer des emplois verts en France, même avec des panneaux d'origine chinoise, car tout le reste est fait en France », se défend le chef d'entreprise. Un produit qui « va dans le sens de l'histoire », souligne-t-il, dans la mesure où « il permettra de recharger des voitures électriques à l'avenir ».
Réagir