La Tribune

Candia et Yoplait de retour au Salon de l'agriculture

latribune.fr  |   -  399  mots
Sur le stand de Sodiaal, dans le hall 1 du Salon de l'agriculture qui ouvre ses portes ce samedi Porte de Versailles, à Paris, le lait Candia va s'animer en 3D. C'est la première fois que l'entreprise coopérative (2,5 milliards de chiffre d'affaires en 2009) revient dans cette grand-messe agricole depuis 2003. « Nous voulons mettre en avant nos dernières innovations comme le Candia Silhouette Active, qui limite la sensation de faim, et montrer que Candia, comme Yoplait, ce sont aussi des hommes et des territoires », explique le porte-parole de l'entreprise, Jacques Caillaud. Renforcement sur tous les métiersMais ce retour au Salon symbolise surtout la réussite du grand plan de réorganisation de la coopérative, opéré par Claude Sendowski depuis son arrivée en 2005. Il s'est traduit par un renforcement de Sodiaal sur tous les métiers. Le lait, en rachetant 50 % d'Orlait, premier acteur en France pour le lait à marques d'enseignes ; le fromage, grâce à un joint-venture signé en février 2008 avec Bongrain pour les marques Coeur de lion, Rustique ou encore Richemont (500 millions d'euros de chiffre d'affaires) ; enfin, le lactosérum et autres matières protéiques pour l'alimentation infantile en créant Nutribio, toujours en février 2008, avec Entremont. « En 2005, Sodiaal, hors Yoplait, faisait 14 millions d'euros de pertes. En 2008, le résultat courant consolidé était de 19 millions d'euros et est encore supérieur en 2009 », se félicite le directeur général, Claude Sendowski.Numéro quatre en Europe Et ce n'est pas fini. Après sept mois de négociations compliquées, Sodiaal est désormais sur le point de racheter Entremont tout entier. Selon « Les Echos » de ce vendredi, il vient de tenir un conseil d'administration sur le sujet, et l'actionnaire majoritaire, Albert Frère, pourrait céder ses 63,5 % de l'entreprise pour 30 millions d'euros, au lieu des 100 millions réclamés initialement. « Nos discussions avec les actionnaires et les agriculteurs avancent de manière constructive, mais celles avec les banques n'ont pas démarré », confirme à « La Tribune » Claude Sendowski. Si l'acquisition réussit, le nouveau groupe sera le quatrième pôle de collecte de lait en Europe, avec 4,2 milliards de chiffre d'affaires et un portefeuille très varié de produits. Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, n'y sera pas pour rien, tant il s'est engagé pour la coopérative, au détriment du grand groupe privé Lactalis, lui aussi candidat jusqu'au bout.
Réagir