La Brosse & Dupont vole de ses propres ailes

 |   |  532  mots
Fin 2010, LVMH a cédé la totalité du capital de La Brosse & Dupont à dix cadres dirigeants de cette entreprise qui a donc quitté le giron du groupe de luxe où elle était entrée en 1998. Pour autant, le PDG, François Carayol (actionnaire non majoritaire), se déclare « serein » pour l'avenir, La Brosse & Dupont étant, selon lui, « solide sur ses bases ». La société, installée à Villepinte (Seine-Saint-Denis), vient d'aligner trois exercices bénéficiaires consécutifs : 2008, 2009 et 2010. Pour le dernier, le chiffre d'affaires consolidé ressort à 130 millions d'euros (20 % à l'export) avec 750 salariés, dont 560 en France (y compris une force de vente de 240 personnes). Grandes marquesRecruté par LVMH en 2004 pour « repositionner » La Brosse & Dupont alors en grande difficulté, François Carayol a cédé les activités non rentables (dont l'usine de brosses à dents de Beauvais) ne conservant qu'une seule fabrication (balais, pelles et balayettes) dans l'Oise, à Béthis (40 salariés). « Ces produits, qui nécessitent peu de main d'oeuvre, sont fabriqués par les mêmes machines dans le monde entier ; nous restons compétitifs pour les fabriquer ici et livrer les magasins en France. » Pour tout le reste, La Brosse & Dupont fait fabriquer en Europe de l'Est et en Asie et se positionne, en intermédiaire, comme prestataire de services pour l'ensemble de la grande distribution à laquelle elle fournit des « gammes longues » d'accessoires (brosses à cheveux, ciseaux à ongle, produits de maquillage, etc.) qui se répartissent entre la maison (35 % de l'activité), la coiffure (30 %), l'hygiène-beauté (20 %) et la mercerie (15 %). La PME s'appuie sur un portefeuille de marques à forte notoriété qu'elle fournit aux distributeurs, parmi lesquelles Jacques Dessange (coiffure), Vileda (balais), Steripan (premiers secours) ou encore Manix (préservatifs). « Nous offrons une bonne centaine de références par mètre linéaire, contre une quinzaine habituellement », explique François Carayol.La Brosse & Dupont agit sur les deux bouts de la chaîne. D'une part, sur les fournisseurs avec lesquels des partenariats de long terme ont été noués, fondés sur « une politique de qualité auditée et certifiée, ainsi que sur des engagements sur les prix de leur part et de volume de notre part ». Et sur ses clients, d'autre part, auprès desquels la société vend la qualité de sa « prestation de service », pouvant aller jusqu'à la gestion du réassort des rayons. « Nous vendons des petits produits pas chers qui ne tournent pas beaucoup, mais notre savoir-faire réside dans la maîtrise de toute la chaîne de valeur, souligne le PDG. Nous prouvons au distributeur qu'il est gagnant si nous nous occupons de l'ensemble de la prestation. »La Brosse & Dupont, pour livrer ses quelque 7.000 magasins clients, a choisi de rester maître de sa logistique, en spécialisant ses entrepôts. Celui de Longueil-Sainte-Marie, près de Compiègne (Oise), par exemple est dédié aux produits livrés en palettes de l'activité « maison » ; celui de Hermes, près de Beauvais (Oise), sert les supermarchés, et celui de Tarare (Rhône), les grands hypermarchés. Pour gérer 30 gammes et 5.000 références actives, François Carayol a mis en place une organisation très « décentralisée ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :