Société Générale : et si la banque devenait un musée d’art contemporain…

 |   |  913  mots
Dans ses immeubles de la Défense, la Société générale expose sa collection d'oeuvres art digne des plus grands musées. | REUTERS
Dans ses immeubles de la Défense, la Société générale expose sa collection d'oeuvres art digne des plus grands musées. | REUTERS (Crédits : DR)
Dans ses tours de la Défense, la Société Générale abrite une collection de 350 oeuvres d'art contemporain, de Warhol à Soulages. Un vrai musée...

Elles s'appellent Alicante, Granite et Chassagne ; elles dominent le quartier de la Défense ; elles en imposent de froideur et de rigueur et pourtant les tours de la Société Générale révèlent bien des surprises.

Car voilà presque vingt ans qu'elles abritent une collection d'art contemporain digne des plus grandes. Initiée en 1995 par la présidence du Groupe, elle comprend aujourd'hui pas moins de 350 œuvres signées par des artistes aux noms internationalement reconnus (voire des stars comme Andy Warhol, Sonia Delaunay, Marc Riboud, Barry Flanagan, Pierre Soulages, Zao Wou-ki…) mais pas seulement ; car la Collection Société Générale s'enorgueillit de faire connaître les artistes de la scène émergente. Résultat ? 

Une sélection de haut vol installée, dans sa totalité, dans les lieux de passages des trois gratte-ciel de la Défense. De fait, la collection est exposée en permanence dans les halls, les salles de réunions, cafeterias, restaurants, accueils et tous les lieux en accès public. Un vrai musée caché ! Qui tend néanmoins à s'ouvrir de plus en plus sur l'extérieur.

 

Passeur de savoir

Si aux origines de la collection, la volonté de mettre en lien le monde de l'art et de l'entreprise était une évidence - avec l'objectif sous jacent de développer la créativité des collaborateurs de l'entreprise -, aujourd'hui, le souhait de transmettre la connaissance et d'expliquer l'art contemporain, comme le ferait n'importe quelle institution culturelle digne de ce nom, est presque devenu une priorité. La banque serait même sur le point de devenir un fervent acteur de la démocratisation culturelle, combat des ministres de la culture depuis plus de cinquante ans.

L'éducation artistique et la transmission des savoirs ne seraient donc plus l'apanage des acteurs publics ? La Collection Société Générale fait en tous cas œuvre de pionnière en la matière, qui au lieu d'exposer ses œuvres  dans un endroit dédié (un bel hôtel particulier au cœur de Paris par exemple), a opté pour une visibilité au sein même de ses bureaux. « Pour autant, il est important de faire vivre la collection en dehors de nos murs, ajoute Aurélie Deplus, responsable mécénat artistique à la Société Générale. Nous prêtons régulièrement des œuvres à des musées régionaux comme le Palais des Beaux-Arts de Lille, le MAMAC de Nice ou encore le CAPC de Bordeaux.  Nous souhaitons élargir la collection à un plus large public, c'est pourquoi depuis quelques années, nous mettons en place une vraie stratégie d'ouverture sur l'extérieur. Nous avons un devoir de partage et de pédagogie ». Etles actions culturelles ne manquent pas au sein de la mission mécénat !

 

De la pédagogie avant tout

Non seulement les 13 000 collaborateurs de l'entreprise vivent au quotidien avec des œuvres d'art majeures, mais leurs sont proposées également des conférences (à raison de trois fois par mois), des visites guidées de la collection ; certains font même partie du comité de sélection d'achat des œuvres, d'autres du cercle des Amis de la Collection, d'autres encore participent au concours photographique qui a lieu chaque année pendant la Journée de l'Art, mise en place par le Groupe en 2007.

Il est étonnant de voir comment la place financière et la place culturelle vivent une colocation harmonieuse au service non plus des élites et autres collectionneurs ou amateurs avertis, mais au service d'un public qui ne met pas naturellement les pieds dans un musée et encore moins dans une galerie d'art. Et à surfer sur le site internet de la collection, on se dit que certains lieux culturels devraient suivre le pas. L'art contemporain y est effectivement expliqué d'une façon on ne peut plus claire et didactique : c'est un guide (sous forme de mini vidéos) qui tout le long de la visite virtuelle, explique la composition des œuvres. Idéal en préparation d'une visite ou tout simplement pour en savoir plus sur l'art contemporain.

 

Une exposition ouverte à tous

Depuis 2011, les actions culturelles se sont multipliées au sein de la Collection Société Générale. Un rapprochement avec le monde officiel de l'art s'est opéré pour laisser place à des collaborations fructueuses. Des commissaires d'exposition reconnus ont pris part à la mise en place d'expositions thématiques présentées dans l'espace dédié en transversalité des trois tours de la Défense. Plusieurs partenariats ont été mis en place, parmi lesquels ceux avec Sciences Po Paris, l'Université Panthéon-Sorbonne, Marseille-Provence 2013 ou encore la Fondation Maeght. Des visites pédagogiques sont organisées avec les écoles et, cerise sur le gâteau, les expositions sont dorénavant ouvertes au grand public sur simple réservation.

"Pour autant, nous n'avons pas vocation de devenir un musée, précise Aurélie Deplus. Simplement, nous souhaitons faire partager la chance inouïe que nous avons de  vivre au quotidien avec une collection d'art aussi prestigieuse. Toutes les visites que nous proposons se font avec des médiateurs dont le rôle pédagogique est indispensable pour comprendre les clés de l'art contemporain. Cela fait partie intégrante de nos missions".

Pour avoir fait la visite, le verdict est sans appel : mission réussie !

 

 

 

Exposition "L'Archipel des images", carte blanche à Françoise Docquiert, à voir jusqu'au 14 février 2014. Entrée libre sur réservation à [email protected]

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2013 à 9:13 :
Et si la salle des coffres devenait un lieu de rencontre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :