Le débat Keynes-Hayek à la lumière de la crise

 |   |  920  mots
Les plans de relance économique, adoptés par de nombreux gouvernements pour remédier à la crise, ont remis au goût du jour les idées de John Maynard Keynes, réduites à l'intervention de l'Etat. Est-ce la fin du libéralisme de ces dernières décennies inspiré entre autres par Hayek ? Gilles Dostaler explique en quoi, au-delà des clichés, les deux sont utiles pour comprendre les raisons de la crise et les moyens d'en sortir.

Keynes et Hayek sont deux penseurs majeurs dont les ?uvres, plusieurs fois enterrées et ressuscitées, ont toujours à nous apprendre. Ils se sont durement affrontés, tout en se respectant et en entretenant même des liens d'amitié. Leurs analyses du fonctionnement des économies capitalistes étaient radicalement opposées. Ainsi, pour Keynes, rien ne garantit l'atteinte du plein emploi, une économie pouvant se trouver indéfiniment en situation d'équilibre de sous-emploi. Pour Hayek, le libre fonctionnement des marchés mène spontanément au plein emploi.

Il n'est pas surprenant que leurs explications de la crise déclenchée en 1929 aient été totalement inconciliables : effondrement de l'investissement pour Keynes, surinvestissement provoqué par des politiques monétaires laxistes pour Hayek. Les remèdes proposés sont en conséquence complètement différents. Pour Keynes, l'Etat doit stimuler la consommation et l'investissement pour rétablir la confiance et relancer la machine. La nécessité de cette intervention ne se limite pas aux temps de crises. Les pouvoirs publics ont un rôle essentiel à jouer pour assurer le plein emploi, la stabilité économique et la justice sociale.

Pour Hayek, la crise doit suivre son cours jusqu'à ce que soient rétablis les équilibres rompus par des politiques erronées. Un chômage important et prolongé est le prix à payer pour que les travailleurs se déplacent là où leurs services sont demandés. Tout en reconnaissant que l'État doit accorder un soutien aux plus démunis, Hayek estime que ses interventions économiques doivent être strictement limitées.

Cette opposition radicale ne doit pas faire oublier certaines convergences méconnues. Keynes et Hayek considéraient que l'économie n'était qu'un volet, en définitive secondaire, de la réalité sociale. A l'encontre de la majeure partie des économistes, toutes tendances confondues, ils ne croyaient pas que les sciences humaines soient assimilables aux sciences naturelles. Il n'est dès lors pas surprenant qu'ils aient manifesté une profonde méfiance face au processus de formalisation et de mathématisation de l'économie qui n'a cessé de prendre de l'ampleur dans les dernières décennies. Keynes a comparé l'économétrie à de l'alchimie et Hayek l'économie mathématique à de la magie.

Pour Keynes, l'être humain n'est pas un calculateur rationnel, mais un être mû par des pulsions en grande partie inconscientes, parfois pathologiques et perverses. Hayek estimait de son côté que la découverte des limites de la raison humaine constituait le fil conducteur de son ?uvre. Pour les deux penseurs, l'incertitude entourant le résultat des décisions humaines est une dimension capitale de la réalité sociale, politique et économique, qui les amène à rejeter toute forme de déterminisme.

S'ils ressuscitaient aujourd'hui, il est certain que leurs diagnostics de la situation comme les remèdes proposés divergeraient autant qu'en 1929. Pour Keynes, la crise actuelle confirmerait les propos énoncés dans la théorie générale sur les dangers de la spéculation, de la soumission de toutes les activités au critère de la rentabilité financière, sur l'occurrence inéluctable des crises et du chômage dans une économie déréglementée. Il insisterait sur le danger que fait courir à l'humanité cette dérive. Il répéterait sans doute qu'il a consacré le plus gros de ses efforts à établir un diagnostic de l'état d'un système qu'il n'aime pas, parce qu'il est fondé sur un amour pathologique de l'argent, mais qu'il n'y a pas de remèdes infaillibles, valables en tout temps et en tout lieu, pour le réformer. C'est là une différence essentielle entre la pensée de Keynes et ses multiples avatars connus sous l'appellation de keynésianisme.

On assiste aujourd'hui, non pas à un retour à Keynes, mais à une certaine forme de keynésianisme modéré qui a connu ses heures de gloire dans les trente années de l'après-guerre. Pour sa part, Keynes envisageait entre autres, pour guérir les pathologies engendrées par le capitalisme, "l'euthanasie du rentier" (au moyen, entre autres choses, d'une taxe importante sur les transactions financières) et la socialisation de l'investissement, comme voie transitoire avant d'arriver un jour à une société débarrassée du problème économique, de la rareté, source des conflits entre classes et nations.

Hayek n'a pas, comme Keynes, donné son nom à un mouvement, mais il est souvent considéré comme l'un des maîtres à penser de ce qu'on appelle le "néolibéralisme". Comme pour le keynésianisme, le contenu théorique et politique du néolibéralisme est à bien des égards différent de la pensée de Hayek, qui s'inscrit d'ailleurs en faux contre les libertariens qui se réclament de lui. Cela dit, "la Constitution de la liberté", qu'il publie en 1960, contient plusieurs éléments des nouveaux programmes économiques, privilégiant la déréglementation, la flexibilisation du marché du travail, la limitation du pouvoir syndical, l'érosion de la Sécurité sociale, qui seront mis en ?uvre, entre autres, par les gouvernements de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher, grande admiratrice de Hayek.

Cette inflexion majeure dans les politiques économiques, à partir des années 80, est l'une des sources de la crise actuelle et rend nécessaire le retour aux politiques interventionnistes prônées par Keynes, mais aussi par plusieurs autres penseurs de l'économie dans l'histoire. Le débat entre Keynes et Hayek est un débat constamment repris depuis les origines de la réflexion économique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
merci pour ce bel article
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cette crise économique majeure, n'ais pas née d'aujourd'hui, elle était au demeurant latente elle attendait des conditions idéales pour surgir des fins fond des turbulences macro-économiques des sociétés financières des nations, elle est le fruit aussi de la dérégularisation des échanges et du manque de contrôle de la volatilitées des capitaux employées pour telles spéculations boursières, et aussi des banques par trop laxiste pour prêter d'énormes fonds financiers aux sociétés financières, et de ces spéculations immobilières qui consistaient à engagéer d'énormes fonds
D'argents par les banques pour des engagements de prêts, avancer aux particuliers pour l'accès à la propreté aux Etats-UNis, une bulle immobilière qui s'est d'un seul coup dégonflé, du fait de l'effondrement des places boursières, " les maux de cette crise financière sont
que nos sociétes capitalistes ont crus naviguer sur la vague de l'opulence financière , mais n'ont pas vue les nuages obscurcirent les place financières de la planète, les états-unis ont crus disposer a loisir d'un certains
Néolibéralisme pour se croire encore au-dessus de toute crise économique, en se déportant d'un système économique
Régulé par les accords de 1947 à Bretenwood, où ils en sont sortis, il faudrait également un meilleurs contrôles
De ceux qui brassent des milliards à la bourse, ou à la Tete de grosse société financière, qui engage l'avenir d'une nation.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Article très intéressant. Merci en particulier de rappeler que Keynes est plus grand que le keynésianisme.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Il n'est pas surprenant que leurs explications de la crise déclenchée en 1929 aient été totalement inconciliables : effondrement de l'investissement pour Keynes, surinvestissement provoqué par des politiques monétaires laxistes pour Hayek."

Vous n'avez pas compris l'approche Autrichienne des cycles, il ne s'agit pas de "SURinvestissement" mais de "MALinvestissement".

Le MALinvestissement (qualitatif) diffère du SURinvestissement (quantitatif) sur les points suivants.

Les agents économiques sont TRES nombreux à se tromper lors des choix d'investissements (qui serviront à produire à moyen et long terme) du fait de l'abaissement excessif du taux d'intérêt et des demandes d'achats massifs (à crédit) qui sont faites au présent et à court terme par les consommateurs.

La disponibilité des ressources REELE n'est pas augmentée pour autant, elle est juste imaginée plus abondante par TOUS les agents économiques du fait de l'argent facile.

Du fait de l'accroissement d'offre de papier (fausse monnaie) pour obtenir des ressources REELES (donc limitées), les PRIX NOMINAUX augmentent et non pas les investissements REELS contrairement aux anticipations de TRES nombreux agents.

Les prix augmentent en premier lieux sur les biens qui s'achètent le plus à crédit, notamment l'immobilier, les titres mobiliers etc? comme ces biens sont aussi des biens avec un marché à la revente, il y a de fortes chances d'apparition de bulles spéculatives, du fait justement de l'augmentation continue des prix nominaux. Dans ce cas les ressources étant TOUJOURS rares, celles-ci sont détournées des usages où elles auraient été MIEUX employées.

La Correction (que vous appelez crise) se produit lorsque l'on se rend compte que l'on a MAL investit, et que par conséquent ces investissements ne valent plus rien.

Mais il n'y a PAS plus de ressources disponibles sous prétexte qu'il y a deux fois plus de PAPIER « monnaie » imprimé, il y a des ressources MAL employées.

À la baisse des taux, s'est ajouté l'incitation politique (freddy et fannie, etc...) des pauvres (maintenant SDF) à emprunter et la réglementation immobilière qui à réduit plus encore l'offre REELE de logements faisant exploser les prix.

Deux diaporamas explicatifs à chercher sous google.
ivan.ppt
cbm2006.ppt

Bon visionage

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :