La Tribune

Le "cas Kindle" d'Amazon signe-t-il l'acte de naissance du contenu numérique ?

Frédéric Abella  |   -  1312  mots
Par Frédéric Abella, consultant "media & telecoms" chez Devoteam Consulting.

Juillet 2009 restera un mois marqué par la suppression de plusieurs livres, directement et à distance, sur les lecteurs de livres électroniques de clients. Cette opération maladroite, initiée par un distributeur majeur de contenus numériques, à cause d'une problématique de droits d'auteur, a provoqué la colère des consommateurs qui avaient acquis ces livres en parfaite légalité. Décryptage...

Nous avons, à mon sens, affaire ici à un acte fondateur dans l'histoire du livre électronique, et par extension de tous les contenus numériques. En effet, la décision d'Amazon permet à tous de comprendre qu'un livre numérique n'est pas la simple transposition d'un livre physique. Nous assistons donc bien aujourd'hui à la naissance publique du contenu numérique à part entière, ainsi que d'un écosystème qui lui est propre.

Ceci peut paraître paradoxal, car l'opinion générale parle plutôt d'un coup d'arrêt ! Il s'agit effectivement d'un sentiment de blocage, tout un chacun réalisant l'ampleur du phénomène et des chantiers à venir. Et à travers la perception justifiée d'intrusion par l'opinion générale, cette décision met en lumière la méconnaissance du grand public dans l'utilisation des appareils électroniques communicants. Elle ranime même une véritable méfiance envers les "boîtes noires", également applicable aux mécanismes de paiement ou aux systèmes de vote électronique, par exemple.

C'est pourquoi je préfère parler de naissance. Car cette affaire révèle l'apparition du livre électronique, dans toute son entièreté et sa complexité numérique dans un monde virtuel : droit des contenus numériques (droit d'auteur, de copie...) et maîtrise du système (administration de l'équipement terminal, ingérence dans l'espace privé...). Elle place également en avant des acteurs, qui permettent à chacun un contrôle du monde numérique, comme les tiers de confiance, ou les gestionnaires de certifications, dont nombre de promesses encourageantes viennent de l'open source, plus indépendant.

Maintenant, la difficulté est d'expliquer au grand public cette "destruction" opérée par Amazon, d'un objet acquis légalement par des clients et détenu sur un équipement privé de surcroît. Ces derniers ont bien acheté le Kindle, qui est donc devenu leur propriété privée, tout comme le serait un lecteur MP3, par exemple. Mais il est important de savoir que ce Kindle contient aussi un logiciel propriétaire qui renseigne Amazon sur le contenu de l'équipement et sur leurs actions.

Les clients pensent également avoir acheté un livre "électronique", en tous points similaire à un livre "papier". En réalité, ils n'ont acquis qu'un droit de lecture sur ce contenu ; le contrat Amazon sur l'utilisation des contenus numériques précise bien en effet que la licence confère "un droit non-exclusif de conservation [sur ce type d'appareil] d'une copie pour usage individuel [lecture, affichage, visualisation] à but non commercial".

Cette intrusion dans le système privé d'une tierce personne s'apparente donc à un viol du droit, en application de l'article 323-3 du Code Pénal relatif à l'introduction, la suppression ou la modification frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé. Des actions sont d'ailleurs en cours aux Etats-Unis.

La suppression des livres, au nom du respect des droits d'auteur, est assez paradoxale puisqu'elle entraîne de facto la destruction des notes et commentaires écrits par les clients, qui deviennent par conséquent auteurs eux aussi ! Finalement, il est légitime de se poser la question : qu'est-ce qu'un livre électronique ? Il est en fait ce que nous voulons en faire, en fonction du contenu, du support et de ce que l'on possède !

Le contenu est le texte, qui est produit (écrit) par un auteur et consommé (lu) par un lecteur. Le support est ce qui permet de lire ce texte. L'objet possédé résulte ainsi de l'addition "texte plus support", jusqu'à maintenant sous une forme papier, et plus récemment audio. Ce livre peut être acheté - neuf (dans une librairie) ou d'occasion -, il peut être prêté ou donné (par un ami), ou bien encore attribué de façon temporaire (gratuitement ou via un abonnement en bibliothèque).
Un point crucial réside dans le fait que le livre papier que vous achetez est à vous : vous pouvez ensuite le prêter, le donner, le vendre, ou le conserver dans votre bibliothèque. C'est le vôtre, il est unique (différent de celui de votre voisin) avec sa forme, sa présentation caractéristiques, son histoire, et il n'est plus lié à la manière dont vous l'avez acheté.

Aujourd'hui, les acteurs comme Amazon nous proposent une nouvelle possibilité de lire ce texte, sur un support électronique unique et avec une offre qui n'est pas la vente d'un texte, mais la mise à disposition d'un contenu numérique, qui constitue la copie d'un contenu original. La force du numérique est de réaliser une reproduction parfaite, sans défaut donc sans passé, sans unicité et sans originalité. C'est ce que nous avons déjà avec la musique et les mp3. Cette disparition de l'objet unique perturbe certaines personnes d'autant plus qu'on leur explique que cette copie ne leur appartient pas !

Alors, l'objet unique électronique n'existerait donc pas ? Non, ou du moins pas encore. Il pourrait être, pour le grand public, la combinaison d'un texte (original) et de ses propres notes, par exemple. En effet, il est aujourd'hui possible de rendre unique un contenu numérique en lui adjoignant un "tatouage" par la technique du watermarking. Ainsi, le livre numérique contenant le texte de "1984" avec les notes de Joël de Rosnay ou de Bill Clinton, n'aura pas la même valeur qu'une copie parfaite standard. Et on pourra envisager de le donner ou de le vendre. Rappelons que cet objet unique n'est qu'une possibilité parmi d'autres.
Quelles sont donc les perspectives que l'on peut déjà identifier dans un avenir proche ? L'union d'Internet, des hyperliens et d'un livre mobile offre à notre imaginaire créatif un champ de possibilités infinies. Prenons trois cas d'applications limités à un texte donné :

- Lié à internet, le texte devient ouvert ; vous pouvez en temps réel commenter et annoter le texte de manière communautaire, le partager avec le public à l'instar de ce qui se pratique actuellement sur des blogs, voire échanger avec l'auteur et participer ainsi à la création

- Libéré du papier, le texte devient vivant ; l'histoire peut évoluer en fonction de vos choix. Le livre s'adaptera à votre niveau afin de vous former, en vous posant des questions. Il s'adaptera en fonction du lieu où vous vous situez, ou de vos caractéristiques et comportements personnels.

- Le texte devient libre de son support ; vous pouvez acheter un texte et le lire de façon différente : sur papier, via Kindle, sur votre SmartPhone... Vous devez pouvoir aussi le stocker en ligne pour le retrouver partout, quel que soit son format d'acquisition. La séparation des droits de lecture, de copie et de support vous permettra alors de pouvoir acheter le livre papier, ou bien de ne payer que le support pour l'avoir en version numérique complète, ou encore de payer un droit de lecture audio en partie pour un temps défini, louer un chapitre, etc...

L'analogie du secteur de l'édition ou de la presse avec les autres filières média (musique, vidéo...) montre que la lecture en ligne (ou "streaming") doit être possible. Ainsi, à l'image des DVDs, on pourra disposer de plusieurs variantes du texte (version courte, director's cut...), des commentaires de l'auteur ou de l'éditeur, de son père, de l'acteur qui joue le rôle dans l'adaptation au cinéma du film tiré du livre, etc. Une fois cette révolution des techniques et des usages accomplie, alors le livre constituera un véritable contenu numérique...

Réagir

Commentaires

Laurent  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Je crois qu'en fait, le numérique permet beaucoup de choses, et notamment une : consommer quelque chose sans forcément le détenir. C'est déjà le cas de la musique, de la VOD...de modèles à l'acte (streaming ou écoute en ligne). Après tout, si l'utilisation permet tout, même sans la détention physique de l'objet, c'est très louable car très "développement durable" : on partage la même chose, sans l'avoir, des millions de fois. Et alors ? lorsqu'on va au cinéma, on paye bien pour "voir" une fois un film, que l'on ne détient pas. Lorsqu'on consulte des news sur la presse en ligne, on s'informe, sans détenir le texte ou le journal. Le résultat est le même sur la satisfaction client : c'est l'usage que l'on achète, et rarement l'objet en soi...Mais j'accorde que le changement de comportement est assez difficile, d'autant que les supports pour lire des ebooks, ne sont pas encore assez aboutis (si en plus ils sont intelligents et aspirent ce que vous avez dûment acheté alors...!)
C'est sur que plus que la technologie, et les supports, les mentalités doivent évoluer, mais surtout, il faut expliquer les choses pour que le consommateur comprenne. Et sur ce sujet, force est de constater que le chemin est encore long...